Franck Salaün

Professeur, Université Paul-Valéry Montpellier

frasalaun@orange.fr

Discipline : Littérature, philosophie, histoire culturelle

Champs de recherche : Fictions pensantes, littérature, philosophie

Ouvrage : Besoin de fiction. Sur l’expérience littéraire de la pensée et le concept de fiction pensante, Paris, Hermann, [2010], 2013.

Characters without names: the anonymous and the crowds

Proposal for an open group session at the XXIII ICLA Congress,

Tbilisi, Georgia, July 24-29, 2022

Charlotte Krauss, Université de Poitiers, charlotte.krauss@univ-poitiers.fr 

Françoise Lavocat, Université de la Sorbonne nouvelle, francoise.lavocat@sorbonne-nouvelle.fr

With the support of the ISFFS-SIRFF (https://fiction.hypotheses.org) and the Institut Universitaire de France

            This group session proposes to focus on those who, in fictional works, generally attract the least attention: the anonymous and the crowds. 

            The nameless characters are sometimes illustrious, like the protagonist of The little Prince, or Frankenstein’s creature (which is often called by the name of its inventor, a significant confusion). There are also genres, such as fairy tales, where the characters seem to need no name. In some periods and cultural areas, ancient Japan for example, high-ranking characters are most often called only by their titles (as in the Genji monogatari). But in the realist novel as well as in the theater, especially in the 19th century, it is mostly the servants, the peasants and the poor people who are deprived of a name or referred to by a first name only. Does the absence of a name then assign a secondary role to a character, or even almost no role at all? What effect does the deprivation of a name (or its reduction to an initial) have on a main character, such as Ah Q, in Lu Xun’s The True Story of Ah Q (1921), or K in Kafka’s The Trial (1925)? 

            As for crowds of anonymous people, we meet them in streets and department stores, at parties and balls, at the occasion of wars and revolutions. In European literature, it is the consideration of people as the constituents of nations since the beginning of the 19th century that has led to the representation of popular masses in literature and the assignment of an active role to the Forgotten in History. Thus, the Moscow crowd that “keeps silent” at the end of Alexander Pushkin’s Boris Godunov (1831) accepts the crimes of the state and bears a share of the blame. The bourgeois fear of “barbarians in the midst of society” is found in descriptions of uncontrollable and destructive masses, for example in the description of frenzied crowds in the naturalistic novel. Parallel to the emergence of film, early twentieth-century literature depicts crowds in accounts of city life under the banner of progress and comfort; socialist realism, meanwhile, focuses on masses of workers – but even joyful crowds struggle to stand out in the background, and the narrative often tends to follow a few select characters who are given a name. This struggle for an active role for the anonymous crowds might be one of the questions to ask in this group session. Similarly, it might be interesting to look at the differences across media type (novels, theater, film, comics…), eras and cultures.  

            Here are some ideas for reflection, which are not exclusive: 

– Unnamed characters: what are the genres, periods and cultural areas where all or a significant proportion of characters are not given a name? What are the effects produced by this phenomenon?

– Naming, gender and social class: is naming reserved for the upper classes? Is there a difference between the way female and male characters are named? Peasants and city dwellers? Workers and bourgeois? Children and adults? 

– Representation of crowds: what are the occasions when a crowd appears? Are there authors, periods, genres that privilege them? What roles are they given? 

The languages of the session are French and English. Diachronic approaches, large corpora, and quantitative analyses are particularly welcome.

*

Les personnages sans nom : les anonymes et les foules

Proposition pour une session de groupe ouverte lors du XXIIIe congrès de l’AILC,

Tbilissi, Géorgie, 24-29 juillet 2022

Charlotte Krauss, Université de Poitiers, charlotte.krauss@univ-poitiers.fr

Françoise Lavocat, Université de la Sorbonne nouvelle, francoise.lavocat@sorbonne-nouvelle.fr

Avec le soutien de la SIRFF-ISFFS (https://fiction.hypotheses.org) et de l’Institut Universitaire de France

            Cette session de groupe propose de s’intéresser à ceux, qui, dans les œuvres fictionnelles, attirent généralement le moins d’attention : les foules et les anonymes. 

            Les personnages sans nom sont parfois illustres, comme « le petit prince », ou la créature de Frankenstein (qui est d’ailleurs souvent appelée par les lecteurs par le nom de son inventeur, confusion significative). Il est également des genres, comme les contes de fées, où les personnages semblent n’avoir pas besoin de nom. Dans certaines périodes et aires culturelles, le Japon ancien par exemple, les personnages de haut rang sont le plus souvent appelés uniquement par leurs titres (comme dans le Genji monogatari). Mais dans le roman réaliste comme au théâtre, notamment au XIXe siècle, ce sont surtout les serviteurs, les paysans, les pauvres gens qui en sont privés, ou doivent se contenter d’un prénom. L’absence de nom programme-t-il alors un rôle secondaire, ou même presque nul, dans l’action ? Quel effet produit la privation d’un nom (ou sa réduction à une initiale) pour un personnage principal, comme Ah Q, dans L’édifiante histoire d’Ah Q de Lu Xun (1921), ou K dans Le Procès de Kafka (1925) ? 

            Quant aux foules d’anonymes, on les rencontre dans les rues et les grands magasins, à l’occasion des fêtes et des bals, des guerres et des révolutions. Dans la littérature européenne, c’est la prise en compte du peuple comme constituant de la nation qui, depuis le début du XIXe siècle, mène à représenter les masses populaires et à donner un rôle actif aux oubliés de l’Histoire. Ainsi, la foule moscovite qui « se tait » à la fin de Boris Godounov (1831) d’Alexandre Pouchkine accepte les crimes d’Etat et se rend coupable. La peur bourgeoise des « barbares au milieu de la société » se retrouve dans des descriptions de masses incontrôlables et destructrices, par exemple dans la description de foules déchaînées dans les romans naturalistes. En parallèle à l’émergence du film, la littérature du début du XXe siècle représente les foules pour rendre compte d’une vie citadine sous le signe du progrès et du confort ; le réalisme socialiste s’intéressera quant à lui aux masses d’ouvriers – mais même joyeuses, les foules peinent à se détacher de l’arrière-plan et le récit tend souvent à suivre quelques personnages choisis qui reçoivent un nom. Cette lutte pour un rôle actif des foules anonymes pourra être l’une des questions à poser dans cette session de groupe. De même, il pourrait être intéressant de regarder les différences entre les médiums (roman, théâtre, film, bande dessinée…), les époques et les cultures.  

            Voici quelques pistes de réflexion, qui ne sont pas exhaustives : 

– Personnages sans nom : quels sont les genres, les époques et les aires culturelles où l’intégralité ou une proportion significative de personnages ne reçoivent pas de nom ? Quels sont les effets produits par ce phénomène ?

– Nomination, genre et classe sociale : la nomination est-elle réservée aux classes supérieures ? Y-a-t-il une différence entre la façon de nommer les personnages féminins et les personnages masculins ? les paysans et les citadins ? les ouvriers et les bourgeois ? les enfants et les adultes ? 

– Représentation de foules : quelles sont les occasions où apparait une foule ? Y-a-t-il des auteurs, des périodes, des genres qui les privilégient ? quels rôles leur fait-on jouer ? 

Les langues de la session sont le français et l’anglais. Les approches diachroniques, les corpus larges, les analyses quantitatives sont particulièrement bienvenues. 

Indicative bibliography / Bibliographie indicative

Drouet, Pascale et Françoise Dubor (dir.), La Foule au Théâtre, dossier des Cahiers FoReLLIS, Cahiers en ligne, 2015, https://cahiersforell.edel.univ-poitiers.fr:443/cahiersforell/index.php?id=327.

Goulemot, Jean Marie (dir.), « Foules », dossier de Littérature et Nation, n°1 de la 2e série, Université de Tours, 1990.

Lavocat, Françoise, « L’étude des populations fictives comme nouvel objet et le “style démographique” comme nouveau concept narratologique », https://www.fabula.org/atelier.php?Populations_fictives 24 septembre 2020. 

Moretti, Franco, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History, London New-York, 2005.

Alessandro LEIDUAN

Enseignant chercheur, Université de Toulon

leiduanalex@hotmail.com

Discipline : Littérature

Champs de recherche : Fiction et croyances, fiction de l’ère digitale, fait et fiction

Publications :

Umberto Eco et les théories du complot. Contre le complotisme. Au-delà de l’anticomplotisme, Nice, Ovadia, 2019.

Critique de la raison narrative. Le récit dans l’ère digitale, Nice, Ovadia, 2021.

Congrès de la SFLGC: Les populations fictionnelles

Date de l’échéance : 15/01/2021

Congrès de la SFLGC – 25-26-27 Novembre 2021

Université de la Sorbonne nouvelle

Campus Condorcet

Les personnages de fiction, quelque soit leur support médiatique, sont par excellence un objet de comparaison. Il est traditionnel de comparer deux personnages qui partagent certaines caractéristiques (Raskolnikov et Lafcadio, Dom Juan et Valmont, Emma Bovary et Anna Karénine…) ; de comparer les personnages d’un roman au film ou à la pièce de théâtre qui en ont été tirés, ou d’une série avec ceux d’un jeu vidéo[1] . Il existe même des programmes en ligne pour comparer des personnages entre eux[2] ! Même si les dictionnaires de personnages existent depuis longtemps (surtout depuis le début du XXe siècle), une nouvelle façon d’envisager les personnages est apparue sur Internet, favorisant un autre type de comparaison : les listes de personnages se multiplient, par œuvre, par auteur/auteure, par genre, par ordre alphabétique, par caractéristique (les plus beaux, les plus riches[3] !) ou même par rapport aux émotions qu’ils suscitent (les personnages les plus aimés, les plus détestés…).

C’est cette approche, très contemporaine, des personnages comme ensemble, collectivité, population que nous souhaitons approfondir grâce à ce congrès. Les populations qui peuplent les fictions – qu’il s’agisse de romans, de cinéma, de théâtre, de jeux vidéo, de bandes dessinées – sont mal connues. Nous proposons donc d’aborder les personnages d’une façon nouvelle ; d’étudier non pas le personnage (qui a déjà fait couler beaucoup d’encre), mais lespersonnages : de les appréhender comme une population, genrée, ontologiquement hétérogène, socialement distribuée, très souvent migrante. Cette étude, à notre avis, est susceptible d’apporter une meilleure connaissance des univers fictionnels et d’éclairer des aspects de l’histoire du roman ou d’autres genres.

Les approches diachroniques, éventuellement statistiques et faisant appel aux humanités numériques seront particulièrement bienvenues.

On s’intéressera à tout ce qui constitue l’hétérogénéité ontologique de la population fictionnelle : la proportion et les caractéristiques (dans plusieurs œuvres, dans un genre ou une époque donnés) des différentes catégories de personnages : historiques ; féériques ; allégoriques ; des animaux ; des personnages à initiale ; des personnages sans nom… On tentera de répertorier, éventuellement de classer les espèces de l’humanité fictionnelle. Est-il vrai que l’imagination humaine, comme le pense Joseph Campbell, n’a conçu, depuis qu’elle produit des fictions, qu’un petit nombre de créatures possibles, similaires sur toute la surface du globe ?

  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?

On pourra proposer d’autres approches, pourvu qu’elles visent à l’analyse et la compréhension de la façon dont les univers fictionnels sont peuplés et habités, ou s’interrogent sur les différentes façons de classer les personnages ou de les aborder comme collectivité.

Les propositions peuvent aussi bien prendre la forme de communications individuelles, d’ateliers ou de tables rondes.

Le Congrès, organisé par le département de LGC de la Sorbonne Nouvelle, avec le soutien du CERC, se tiendra au campus Condorcet les  25-26-27 novembre 2021. Les propositions sont à envoyer à congressflgc2021@gmail.com avant le 15 janvier 2021.

Comité d’organisation : F. Lavocat, A. I. François, C. Le Blanc, Y-M. Tran-Gervat.

Bibliographie indicative

Alexander, Sam, Joyce’s Census: « Character, Demography, and the Problem of Population in Ulysses », NOVEL: A Forum on Fiction, Vol. 45, No. 3 (FALL 2012), pp. 433-454.

Beaufort, Romane et Melissent, Lucas, « Pour une analyse démographique de Game of Thrones », « https://www.demographie-got.com

Brémond, Claude, « Une enquête internationale sur le héros de film », 1895. 75 | 2015, DOI : 10.4000/1895.4965

Brugeilles, C. Cromer I., Analysing gender representations in school textbooks, Les collections du CEPD, Centre population et développement, 2009.

Campbell, Joseph [1949], Le Héros aux mille et un visages, Robert Laffont, 1977, réédité chez Oxus en 2010.

Chalvon-Demersey, Sabine, « Enquête sur l’étrange nature du héros de série télévisée », Réseaux, n° 165, 2011, pp. 183-214.

Forster, Edward Morgan, Aspects of the Novel [1927], Mariner Books, 1956.

Frye, Northop : Amatomy of Criticism, Princeton University Press, 1975.

Galleron, Ioana, « Conceptualisation of theatrical characters in the digital paradigm: needs, problems and foreseen solutions », Human and Social studies, De Gruyter, vol. 6, issue 1, 2017.

Hamon, Philippe, « Pour un statut sémiologique du personnage », Littérature, vol. 6, n° 6, 1972, p. 86-110.

Jauss, Hans Robert, « Level of identification of Hero and Audience », New Literary History 5. 2, Winter 1974: 283-317

Lavocat, Françoise, « L’étude des populations fictives comme nouvel objet et le “style démographique” comme nouveau concept narratologique », https://www.fabula.org/atelier.php?Populations_fictives 24 septembre 2020.

Moretti, Franco, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History, London New-York, 2005.

Plotz, John, The Crowd: British Literature and Public Politics, Berkeley, Los. Angeles and London, University of California Press, 2000.

Rosen, Jeremy, Minor Character have their Day; Genre and the Contemporary Marketplace, Columbia University Press, 2016.

Samoyault, Tiphaine, « La banlieue du roman: l’espace du personnage secondaire », Dossier Banlieues de la théorie (textes initialement parus dans l’Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008). https://www.fabula.org/atelier.php?Espace_du_personnage_secondaire

Woloch, Alex, The One vs. the Many, Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton University Press, 2003

[1] https://hitek.fr/42/the-witcher-casting-serie-compare-personnages-jeu-video_6271

[2] https://www.includehelp.com/code-snippets/c-program-to-compare-two-characters.aspx

[3] https://blog.impossible-dictionnaire.com/les-personnages-de-fiction-les-plus-riches/

[4] Cette étude a été menée par Romane Beaufort et Lucas Melissent à propos des personnages de Games of Thrones(https://www.demographie-got.com).Source de l’information : Françoise Lavocat

Zoé Schweitzer

Enseignant-chercheur, Université de Saint-Etienne / Ihrim

zoe.schweitzer@univ-st-etienne.fr

Discipline : Littérature comparée

Champs de recherche : théâtre XVIe-XXe, tragédies, théories du théâtre

La Scène cannibale. Pratiques et théories de la transgression (XVIe-XXIe siècle), Classiques Garnier, 2021

Pour en savoir plus : http://ihrim.ens-lyon.fr/auteur/schweitzer-zoe

Parution : Rêves de personnages

Les personnages rêvent aussi

Françoise Lavocat

Hermann éd., coll. “Fictions pensantes”

Paru le 17/06/2020

ISBN : 9791037003775

Les personnages vivraient paisiblement sur la planète Fiction, s’ils n’étaient menacés de disparition quand les humains les oublient. Comment contourner cette loi d’airain  ? Comment ranimer la flamme des lecteurs et des spectateurs ?

Sancho Pança, Mme Bovary, Mr Pickwick, Vautrin et quelques personnages de Woody Allen  se démènent pour assurer leur survie et celle de leurs concitoyens. Il leur arrive de raisonner sur leur condition et d’agiter quelques grandes questions : la mort et la résurrection de l’auteur, la morale, la concurrence entre les jeux vidéo et la littérature, les limites de l’interprétation, la différence entre fait et fiction….

De merveilleuses machines sont inventées pour mesurer le coefficient de fiction des personnages ou leur permettre (peut-être) de communiquer avec la Terre. Dans quel but  ? Neutraliser un metteur en scène qui les maltraite, par exemple.

Lire un extrait…

Voir le livre sur le site de l’éditeur…

*

Françoise Lavocat est professeure de littérature comparée à l’Université de la Sorbonne Nouvelle. Ses ouvrages les plus récents sont La théorie littéraire des mondes possibles (éd. CNRS, 2010), Interprétation littéraire et sciences cognitives (éd. Herman, 2016), Fait et fiction: pour une frontière (Seuil, 2016).

*

Table des matières

I. Shadavar

II. Jurys ontologiques

III. Les auteurs, ces salopards

IV. Lutte des classes

V. Variantes, pour le meilleur et pour le pire

VI. La mission Sororis

VII. Pour l’amour de la fiction

VIII. Le choix de Cecilia

IX. Les fictions rendent-elles les filles idiotes ?

X. La forêt de l’interprétation

XI. Une aventure de Don Quichotte

XII. Pour l’amour des faits

XIII. Le mariage de la princesse

XIV. Le procès

Juges et avocats

L’interrogatoire

Témoins et experts

Plaidoiries, verdict

XV. Le programme d’amélioration des avatars

Journal du docteur Ross 

XVI. Les cercles carrés

XVII. Épilogue

ANNEXES

Répertoire des personnages et des lieux fictionnels 

Index des personnes réelles

Résumé de La Rose pourpre du Caire de Woody Allen (1985)

Making-of

Stacie FRIEND

Professor of Philosophy, Birkbeck, University of London

staciefriend@gmail.com

For more informations : http://www.bbk.ac.uk/philosophy/our-staff/academic_staff/dr-stacie-friend

Anaïs GOUDMAND

Docteure de l’Université de Lausanne

anais.goudmand@gmail.com

Discipline : Narratologie

Champs de recherche : Sérialité, roman-feuilleton, bande dessinée, séries télévisées, réception, théorie de la fiction, réseaux sociaux

Voir le CV : https://lpcm.hypotheses.org/12886

Événement : Le personnage romanesque au miroir du lecteur

Event: The fictional character in the reader’s mirror

Procédés et formes de l’identification

Université de Poitiers

Colloque du FoReLLIS B2 organisé par Émile Pézard et Antonia Zagamé

Programme

Jeudi 2 avril

10h Accueil des participants

10h15 Introduction par Émilie Pézard et Antonia Zagamé

Session 1 : Théories de l’identification

10h30 Françoise Lavocat : Identification et empathie: rivalité ou complémentarité ?

11h  Vincent Jouve : L’identification et les jeux du désir

11h30  discussions

11h45  pause

12h  Véronique Larrivé : Mécanismes de l’empathie fictionnelle et rôle du lisart dans la lecture de romans

12h30  Étienne Boilliet : L’identification au personnage : un processus typiquement fictionnel ? 

13h discussions

13h15 déjeuner

Session 2 : De l’Antiquité au xviiie siècle

14h45  Michel Briand : Pour une généalogie de l’identification romanesque : jeux de catharsis et d’empathie dans le roman grec ancien

15h15  Yen-Maï Tran-Gervat : Retour sur la « folie par identification romanesque » aux siècles classiques

15h45  discussions

16h  pause

16h15  Côme de la Bouillerie : « Caton galant, et Brutus dameret » : le métissage du désir dans le roman héroïque au XVIIe siècle

16h45  Stéphane Pouyaud :Parodie et identification : de la rupture de l’immersion fictionnelle à la suspension volontaire de l’incrédulité   

17h15  discussions

17h30  fin de la journée

Vendredi 3 avril

Session 3 : xixe siècle

9h15 Accueil des participants

9h30 Brigitte Diaz : George Sand vue par ses lecteurs : un personnage très romanesque 

10h Marie Parmentier : Devenir une femme de trente ans en lisant Balzac : l’identification à un type ?

10h30  discussions

10h45  pause

11h  Anna Hanotte-Zawiślak : Premières impressions dans le procédé d’identification au personnage romanesque

11h30  Alexandra Delattre :Une vertu qu’il faut imiter ? Réflexions sur le statut politique de l’identification chez le personnage féminin au XIXe siècle

12h  discussions

12h30  déjeuner

Session 4 : xxe-xxie siècles

14h15  Anne Strasser : La réception du personnage autobiographique

15h  discussions

15h15  pause

15h30  Eric Hoppenot : Le critique déguisé en personnage. Sur la méthode Bayard

16h  Alix Mary : Ecrivains imaginaires et lecteurs authentiques, le petit théâtre de Jean-Benoît Puech

16h30  discussions

16h45  fin de la journée

Rana BAROUD

Docteur de l’Université Libanaise Beyrouth (Liban), Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

ranabaroud@hotmail.com

Discipline : Langue et littérature françaises

Champs de recherche : Stylistique, sociocritique, sociologie de la littérature, brachylogie

Articles publiés ou en cours de publication dans des revues et des actes de colloques nationaux et internationaux 

– « #Mots-dièse et écritures de soi : essai sur un activisme contemporain » Relief, revue électronique de littérature française, « Écrire le réel, tisser du lien : Écritures impliquées et littérature française contemporaine (1968 – 2018) », Volume 13, Numéro 1, Paris, 2019, en cours de publication.

– « Enseignement universitaire des langue et littérature françaises : interdisciplinarité et professionnalisme » (Université Libanaise, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Beyrouth, Fanar, 2018), actes du colloque L’interdisciplinarité en Lettres et Sciences Humaines.

– « La médiation culturelle ou la part de l’autre » (Université Libanaise, Rectorat, en partenariat avec l’Université Aix-Marseille, 2017), actes du colloque Combats pour la culture, combats de la culture, en cours de publication.

– « La nouvelle brachylogie dans la littérature libanaise d’expression française des années 70 jusqu’à présent » (Université Libanaise, Rectorat, Beyrouth, 2016, IIe séminaire de Brachylogie au Liban), revue Conversations, « Le Moyen-Orient : pensoir de la brachylogie », Numéro 6, Tunisie, 2018.

– « Les nouvelles tendances et pratiques littéraires, entre fiabilité et décloisonnement » (Université Libanaise, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Beyrouth, Fanar, 2016) actes du colloque La littérature française fin XXème, début XXIème : Modulations, innovations et réception.

– « Stylistique, musique et enseignement universitaire » (Université Jean Moulin Lyon, 2015, journée d’études intitulée « Stylistique et musique »), revue Musurgia, « Linguistique, rhétorique, stylistique, musique », Volume XXIII/1-3, Paris, 2017.

Nathalie TREGOUËT

Doctorante à Sorbonne Nouvelle-Paris 3, ED 120

nathalie.tregouet@orange.fr

Discipline : Littérature générale et comparée

Champs de recherche : Représentations du “fait divers”, rapports réalité/fiction, justice et transmission dans le fait artistique

Simone Müller

Professeure titulaire à l’Université de Zurich

simone.mueller@uzh.ch

Wissenschaftliche Mitarbeiterin /
Research Associate ERC Advanced Grant “Time in Medieval Japan” (TIMEJ)

Discipline : études Japonaises

Champs de recherche : littérature Japonaise

Déborah ABOAB

Professeur agregée et doctorante à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

deborah.aboab@sorbonne-nouvelle.fr

Discipline : didactique des langues et des cultures

Champs de recherche : didactique du français langue étrangère, approches littéraires et artistiques dans l’enseignement des langues cultures