Evénement/ Events



Colloque de fondation de la Société Internationales des Etudes sur la Fiction et la Fictionnalité / International Society on Fiction and Fictionality Studies

« La fiction change-t-elle le monde ? »

les 28-29-30 novembre 2019, Université de Chicago à Paris (6 rue Thomas Mann, Paris), Université Sorbonne nouvelle (Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, Paris).

Pour participer il faut adhérer à la société.

Le colloque de fondation de la Société internationale des études sur la fiction et la fictionnalité comprendra trois moments :

– Une demi-journée consacrée aux mots désignant la fiction dans différentes langues (voir appel ci-dessous)

–  Trois demi-journées consacrées au colloque : « La fiction change-t-elle le monde ? ». Deux séances en parallèle se dérouleront pour chaque demi-journée, avec des formats différents : « Atelier » ou « Communication ». 

            – Le format « Atelier » sera consacré à la discussion de papiers envoyés au moins un mois à l’avance (5 minutes de présentation par l’auteur du papier, 1 discutant 10 minutes, papier d’une quinzaine de pages maximum de 5 000 mots ou 30 000 signes).  

            – Le format « Communication » : 20 minutes + 15 mn de discussion.  

– Une séance sera consacrée à la présentation de projets collectifs.

Les papiers et les communications pourront être en français et en anglais ; si possible avec une version ou un résumé dans l’autre langue (même approximative, par Deepl ou google translate !)

Une même personne peut présenter un projet collectif et une communication ou participer à un atelier. 

I. « Fiction » : différents mots, différents sens ? 

La fiction en tant que production de l’imaginaire n’a pas toujours été appelée « fiction », et ce n’est pas sous ce nom qu’elle est désignée dans de nombreux pays du monde. Au Japon, par exemple, si plusieurs caractères peuvent désigner la fiction,  les locuteurs choisissent plutôt d’écrire le mot en katakanaet de le prononcer comme les anglo-saxons, suggérant par là qu’il s’agit d’une importation occidentale. Quels sont les mots qui désignent la fiction dans d’autres époques et dans des cultures différentes ? Quelle histoire, quelles conceptions recouvrent ces choix linguistiques ? Doit-on considérer qu’il y a différentes conceptions de la fiction, correspondant à des mots particuliers et des pratiques spécifiques, ou s’agit-il d’une compétence universelle, au-delà de la variété linguistique ? 

Les perspectives diachroniques et comparatives sont bienvenues. 

II. La fiction change-t-elle le monde ?

Le Barbier de Sévillea-t-il précipité la Révolution française ? Wertheret Renéont-ils déclenché une épidémie de suicides ? La Case de l’oncle Toma-t-il mis fin à l’esclavage ? The Matrixa-t-il favorisé un retour planétaire du religieux, dans une perspective New Age ? Les jeux vidéo ont-ils produit une génération plus violente que la précédente ? 

            De telles assomptions dont l’histoire littéraire et culturelle abondent, ne tiennent évidemment aucun compte de la « feintise ludique partagée », pierre de touche de la définition de la fiction, surtout à partir des années 1990.  Une telle définition, dans une démarche de réhabilitation de la fiction, était propre à désamorcer la hantise de l’emprise des simulacres, héritée de la longue tradition du platonisme et fondamentalement hostile aux fictions (Schaeffer, 1999). Trente ans plus tard, l’apport de la psychologie, des sciences cognitives et des théories évolutionnistes a contribué à populariser des thèses qui mettent en évidence, et peut-être exagèrent les effets, généralement considérés comme bénéfiques, des fictions sur les hommes et les sociétés. Si les religions et les régimes autoritaires se sont presque toujours méfiés des fictions, les créditant par conséquent du pouvoir de modeler les esprits, les théories concernant les artefacts culturels sont en fait divisées. Un des objectifs de ce colloque pourrait être de cartographier ces mouvements de balancier, concernant les effets que l’on prête, au non, à la fiction sur le monde, positifs ou négatifs, en tenant compte des époques, des genres, des disciplines. 

            On favorisera une dimension comparatiste, éventuellement intermédiale. Les cas d’étude extra-européens sont bienvenus. La dimension collective des effets de la fiction est privilégiée. 

            Certaines de ces questions ont déjà fait couler d’encre. Il s’agit ici, notamment, de faire un état des lieux, de proposer des expertises sur des idées couramment admises, éventuellement  de faire état de pratiques et d’expériences. 

            Le colloque vise aussi la confrontation de pratiques disciplinaires différentes. 

            Ce colloque propose d’explorer plus particulièrement ces voies :

  • Quelles sont les théories, les idéologies, les sciences, passées et présentes, qui démontrent les effets de la fiction sur les psychés individuelles et collectives, éventuellement en les comparant à ceux de l’histoire ou de l’expérience ? Il serait intéressant d’envisager la question de façon diachronique, en se demandant si les théories de l’emprise évoluent ou recyclent toujours les mêmes arguments
  • Quelles sont les fictions, dans l’histoire, qui sont censées avoir provoqué des comportements, des épidémies d’idées, des mouvements collectifs de grande ampleur ? On documentera ces phénomènes de réception (pour les attester ou pour les contester) de la façon la plus précise possible.
  • Comment les pouvoirs politiques ont-ils cherché à instrumentaliser les fictions, et pour quels résultats ? 
  • Quelles sont les fictions auxquelles on prête une dimension civilisatrice fondamentale ? Quelles sont leurs usages pédagogiques ?  Quelles sont leurs caractéristiques, dans des époques et des cultures différentes ? Ces effets sont-ils avérés ? Sont-ils durables ?    
  • L’apparition de chaque média fait ressurgir des discours sur l’emprise de la fiction. Peut-on faire un lien entre les affordances de chaque média et les effets (généralement néfastes) qu’on leur prête, ou bien s’agit-il du recyclage des mêmes arguments ? La relation avec l’héritage platonicien est-elle pertinente ?  

III.  Présentation des projets de recherche

Les projets de recherche sur la fiction se multiplient dans le monde, sans toujours être en relation les uns avec les autres. Un des objectifs de la société et de pallier cette carence. 

Nous invitons les porteurs de projets sur la fiction et la fictionnalité à présenter leurs orientations, leurs équipes, leurs réalisations.  

Founding Conference of the International Society for Fiction and Fictionality Studies/ Société Internationale des Etudes sur la Fiction et la Fictionnalité 

“Does Fiction Change the World ?”

28–29–30 November 2019,University of Chicago Paris Center (6 rue Thomas Mann, Paris), Université Sorbonne nouvelle (Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, Paris)

Participants are expected to become members of the Society. 

The founding conference of the International Society for Fiction and Fictionality Studieswill includethreecomponents. 

– A half-day dedicated to reflecting on the term and concept of fiction in different languages (see details below). 

–  Three half-days devoted to the topic, “Does Fiction Change the World?” There will be two parallel sessions for each half-day, with two different formats: “workshop” or “presentation.” 

            – The “workshop” format will be dedicated to the discussion of papers circulated at least one month in advance (5-minute presentation by author, 10-minute presentation by respondent; 15-page paper, maximum 5,000 words).  

            – “Presentation” format: 20-minute oral presentation + 15-minute discussion. 

– A session will be dedicated to the presentation of collective projects. 

Papers and presentations may be in French or English, if possible with a version or an abstract in the other language (even an approximate translation, with the help of Deepl or Google translate!).

Participants may present both a collective project and a presentation or workshop paper. 

I. “ ‘Fiction’: different words, different meanings?”

Fiction, understood as a creation of the imagination, has not always been called “fiction,” and isn’t designated as such in many parts of the world. In Japan, for instance, although several characters can designate fiction, speakers choose to write this word in katakana and to use the English pronunciation, implying that the word is a Western import. What words are used to refer to fiction in different periods and cultures? What history, and what conceptions of fiction are entailed by these linguistic choices? Should we consider that there are different conceptions of fiction that correspond to particular words and specific practices, or is fiction a universal competency that transcends linguistic variety?

Diachronic and comparative perspectives are welcome.

II. Does Fiction Change the World?

Did Beaumarchais’ Barber of Sevillehasten the French Revolution ? Did Goethe’s Wertherand Chateaubriand’s Renéset off epidemics of suicides? Did Uncle Tom’s Cabinput an end to slavery? Did TheMatrixencourage a planetary return to religion, in a New Age vein ? Have video games produced a more violent generation than the preceding one?

            Literary and cultural history abound in such assumptions, which run counter to the notion of fiction as “make-believe” or as “playful, shared pretense” that have founded theoretical approaches to fiction since the 1990s. The latter conception aimed to rehabilitate fiction by defusing fears about the influence of simulacra, anxieties inherited from a long Platonic tradition that was fundamentally hostile to fiction (Schaeffer, 1999). Thirty years later, the contributions of psychology, cognitive sciences, and evolutionary theories have helped popularize hypotheses that highlight the generally beneficial effects of fiction on individuals and societies. While religions and authoritarian regimes have almost always been suspicious of fictions, crediting them with the power to shape minds, theories on the impact of cultural artifacts are in fact divided on this question. One of the aims of this conference is study the cartography traced by these swings of the pendulum with respect to the (positive or negative) effects attributed to fiction—taking into account differences in period, genre, and discipline.

            We encourage comparative approaches, including intermedial perspectives. Non-European case studies are welcome. The focus of the conference will be on the collective dimension of the effects of fiction. 

            A great deal of ink has been spilled on some of these questions. The conference will aim to take stock of and evaluate received ideas, as well as to report on practices and experiments. The conference also aims to compare different disciplinary practices. 

            In particular, we propose the following lines of reflection:

  • What past or present theories, ideologies, and sciences have aimed to demonstrate the effects of fiction on individual and collective psyches, sometimes with reference to historical or empirical effects? The question might productively be examined from a diachronic perspective, in order to consider whether theories of fictional influence have evolved or simply recycled the same arguments. 
  • Historically, which fictional works are assumed to have provoked behaviors, epidemics of ideas, or large-scale collective movements? We will aim to document these phenomena of reception as precisely as possible (whether to attest to them or to disprove them).   
  • How have political actors attempted to instrumentalize fiction, and with what results? 
  • What fictional works have been considered to have a fundamental civilizing function? What are their pedagogical uses? What characterizes these fictions in different historical moments and cultures? Is there evidence for their effects, and are these effects durable? 
  • The appearance of each new media technology brings a resurgence of discourses on the influence of fiction. Can we link the specific affordances of each media to the (generally harmful) effects attributed to them, or do we simply encounter a recycling of familiar arguments? Is the Platonic legacy still relevant? 

III.  Presentation of research projects

Research projects on fiction are multiplying across the world, but are not always placed in relation to each other. One of the goals of our Society is to remedy this deficiency. We invite the directors of collective projects on fiction and fictionality to present their research teams, their orientations and their results.