Evénements/ Events


Appel à communication du Troisième colloque international de la Société Internationales des Recherches sur la Fiction et la Fictionnalité / Association for Studies in Fiction and Fictionality (SIRFF/ASIFF)

les 18-19-20 octobre 2024

Université Kwansei Gakuin (Hyogo, Japon)

Les Degrés de la fictionnalité (Degrees of Fictionality)

Le concept de « degrés » semble peu compatible avec celui de fictionnalité, bien qu’il coïncide avec une approche intuitive de celle-ci (n’a-t-on pas tendance à penser qu’un conte de fée est plus fictionnel qu’À la Recherche du temps perdu ?). Pourtant, la plupart des définitions de la fiction sont binaires : John Searle compare un article de journal avec un passage du roman pour définir la fictionnalité comme « feintise » ; Paul Ricoeur estime que la ville de Paris, dans un roman, est aussi fictionnelle que les personnages, et ne constitue pas du tout une enclave référentielle ; dans une fiction, tout serait fiction. Les théoriciens de la fiction, de fait, ; opposent souvent la fictionnalité à la factualité, que ce soit dans une perspective ontologique ou pragmatique). On pourrait cependant concevoir le « propre de la fiction » (Cohn) de manière moins catégorique. Thomas Pavel a critiqué ce qu’il appelle le « ségrégationnisme » dans son livre pionnier, L’Univers de la fiction (1986), et prône une approche « intégrationniste », qui envisage la fictionnalité de façon plus nuancée. Jean-Marie Schaeffer souligne, en s’appuyant sur la « croyance » chez David Hume, que les différences entre fiction et non-fiction s’expliquent moins par des différences de nature qui caractériseraient les représentations mentales que par l’« intensité » des émotions. Les approches rhétoriques de la fictionnalité proposent, quant à elles, de distinguer entre fictionnalité locale et fictionnalité globale pour admettre qu’il y ait des moments fictionnels à l’intérieur de la non-fiction, et réciproquement. Comment pourra-t-on évaluer un tel mélange ? La fictionnalité est-elle une question de qualité ou de quantité ? Les textes hybrides ou certains éléments référentiels dans une œuvre de fiction impliquent-ils qu’il y ait des degrés de la fictionnalité ? Peut-on dire que certaines œuvres de fiction produites dans un contexte historique et culturel sont plus fictionnelles que d’autres ? Toutes ces questions nous amènent à réfléchir sur les « degrés » de la fiction, et à en tenter la définition, du point de vue des théories de la fiction, de la philosophie, des sciences cognitives, en prenant éventuellement en compte la réception et l’histoire des genres. On pourra aussi s’attacher à analyser les indices textuels de ces degrés de fictionnalité, et se demander s’ils sont les mêmes selon les époques, les aires culturelles et les médias.

L’objectif de ce colloque international et interdisciplinaire consiste en effet à explorer cette problématique dans différents domaines, en privilégiant, dans la mesure du possible, une perspective comparatiste et historique.

Perspectives possibles :

– « Vérité(s) » dans la fiction et la définition de la fictionnalité

– Modèles de catégorisation en science cognitive et définitions de la fictionnalité (par exemple : la théorie du prototype)

– Fictionnalité et genres de l’imaginaire (fantasy, fantastique, science-fiction)

– Questions du « pacte » ou du « cadre » dans les définitions pragmatiques de la fictionnalité

– Fictionnalité locale et fictionnalité globale : questions d’échelle et de totalité

– Questions du réalisme dans différents genres artistiques et discursifs

– Variations (trans)médiatiques de la fictionnalité (par exemple : « half-real » des jeux vidéo selon Juul)

– Variations culturelles et historiques (par exemple : fictionnalité « incomplète » dans les romans du « je » japonais)

Bibliographie 

Booth, Wayne C (1961). The Rhetoric of Fiction, Chicago, London: University of Chicago Press.

Caïra, Olivier (2011). Définir la fiction : du roman au jeu d’échecs, Paris: Éditions EHESS.

Cohn, Dorrit (1999). The Distinction of Fiction, Baltimore: John Hopkins University Press.

Currie, Gregory (1990). The Nature of Fiction, Cambridge, New York: The Cambridge University Press.

Genette, Gérard (1991). Fiction et Diction, Paris: Seuil.

Juul, Jesper (2005). Half-Real: Video Games betweeen Real Rules and Fictional Worlds, Cambridge: MIT Press.

Lavocat, Françoise (2016). Fait et fiction : pour une frontière, Paris: Seuil.

Nielsen, Henrik Skov, Phelan, James and Walsh, Richard. “Ten Theses about Fictionality.” Narrative 23(1) 61-73.

Pavel, Thomas (1986). Fictional Worlds, Cambridge, Massachusetts, and London: Harvard University Press.

Ryan, Marie-Laure (2019), “Fact, Fiction, and Media,” dans Monika Fludernik et Marie-Laure Ryan (dir.), Narrative Factuality: A Handbook, Berlin, De Gruyter, coll. Revisionen, 75–94.

Saint-Gelais, Richard (2011). Fiction transfuges : La transfictionnalité et ses enjeux, Paris: Seuil

Schaeffer, Jean-Marie (2020). Les Troubles du récit, Vincennes: Thierry Marchaisse.

Searle, John(1975). “The Logical Status of Fictional Discourse.” New Literary History, 6(2), 319-332.

Walsh, Richard (2007). The Rhetoric of Fictionality: Narrative Theory and the Idea of Fiction, Columbus: Ohio State University Press.

大浦康介(編)『フィクション論への誘い─文学・歴史・遊び・人間』、世界思想社、2013年。

高橋幸平、久保昭博、日高佳紀(編)『小説のフィクショナリティ─理論で読み直す日本の文学』、ひつじ書房、2022年。

Les propositions de communication, d’environ 300-400 mots en anglais, en français ou en japonais, doivent être envoyées à degreesoffiction2024@googlegroups.com avant le 31 janvier 2024.

La SIRFF/ASIFF décernera un prix pour le meilleur article d’un.e chercheur.se en début de carrière (doctorant.e ou docteur-e jusqu’à 3 ans après le doctorat), qui sera présenté à la conférence. Le Lauréat ou la Lauréate recevra un montant de $1000 (dollars). Si vous souhaitez être pris.e en considération pour ce prix, veuillez soumettre le texte complet de votre communication (3500 mots / 20000 signes maximum) à degreesoffiction2024@googlegroups.com, avant le 31 mars 2024. L’article devra être inédit.

Call for Papers

Société Internationales des Recherches sur la Fiction et la Fictionnalité  Association for Studies in Fiction and Fictionality (SIRFF/ASIFF)

Third International Colloquium

October 18-19-20, 2024

Kwansei Gakuin University (Hyogo, Japan)

Degrees of Fictionality

The concept of “degrees” seems to have little to do with that of fictionality, even if it coincides with an intuitive approach to the latter (don’t we tend to think that a fairy tale is more fictional than À la Recherche du temps perdu?). Yet most definitions of fiction are binary: John Searle compares a newspaper article with a passage from a novel to define fictionality as “pretense”; Paul Ricoeur considers that the city of Paris, when it appears in a novel, is as fictional as the characters and does not constitute a referential enclave; in a fiction, everything is fiction. Indeed, fiction theorists often contrast fictionality with factuality, whether from an ontological or pragmatic perspective). We may, however, take a less categorical view of the “distinction of fiction” (Cohn). Thomas Pavel criticizes what he calls “segregationism” in his pioneering book Fictional Worlds (1986), advocating an “integrationist” approach that takes a more nuanced view of fictionality. Drawing on David Hume’s analysis of belief, Jean-Marie Schaeffer points out that the differences between fiction and non-fiction can be explained less by differences in nature between mental representations than by the “intensity” of the emotions attached to them. Rhetorical approaches to fictionality, for their part, propose to distinguish between local fictionality and global fictionality, in order to recognize that there are fictional moments within nonfiction, and vice versa. How can such a mixture be evaluated? Is fictionality a question of quality or quantity? Do hybrid texts or the presence of referential elements in a work of fiction imply the existence of degrees of fictionality? Can we say that some works of fiction produced in a given historical and cultural context are more fictional than others? These questions invite a reflection on the “degrees” of fiction, and an attempt to define them from the point of view of theories of fiction, philosophy, and cognitive science, potentially taking reception and the history of genres into account. We might also analyze the textual signposts that point to these degrees of fictionality and ask whether they remain the same across different eras, cultural areas, and media.

This international and interdisciplinary colloquium therefore aims to explore this problematic in different fields, encouraging as far as possible a comparative and historical perspective.

Possible perspectives:

– “Truth(s)” in fiction and the definition of fictionality

– Categorization models in cognitive science and definitions of fictionality (e.g., prototype theory)

– Fictionality and genres of the imaginary (fantasy, the fantastic, science fiction)

– Questions of “pact” or “frame” in pragmatic definitions of fictionality

– Local fictionality and global fictionality: questions of scale and totality

– Questions of realism in different artistic and discursive genres

– (Trans)media variations in fictionality (e.g., Juul’s notion of the “half-real” in video games)

– Cultural and historical variations (e.g., “incomplete” fictionality in Japanese “I” novels)

Bibliography

Booth, Wayne C. (1961). The Rhetoric of Fiction. Chicago and London: University of Chicago Press.

Caïra, Olivier (2011). Définir la fiction : du roman au jeu d’échecs. Paris: Éditions EHESS.

Cohn, Dorrit (1999). The Distinction of Fiction. Baltimore: John Hopkins University Press.

Currie, Gregory (1990). The Nature of Fiction. Cambridge and New York: Cambridge University Press.

Genette, Gérard (1991). Fiction et Diction. Paris: Seuil.

Juul, Jesper (2005). Half-Real: Video Games betweeen Real Rules and Fictional Worlds. Cambridge: MIT Press.

Lavocat, Françoise (2016). Fait et fiction : pour une frontière. Paris: Seuil.

Nielsen, Henrik Skov, James Phelan, and Richard Walsh. “Ten Theses about Fictionality.” Narrative 23, no. 1: 61-73.

Pavel, Thomas (1986). Fictional Worlds. Cambridge, MA, and London: Harvard University Press.

Ryan, Marie-Laure (2019). “Fact, Fiction, and Media.” In Narrative Factuality: A Handbook, edited by Monika Fludernik and Marie-Laure Ryan, 75-94. Revisionen. Berlin: De Gruyter.

Saint-Gelais, Richard (2011). Fiction transfuges: La transfictionnalité et ses enjeux. Paris: Seuil

Schaeffer, Jean-Marie (2020). Les Troubles du récit. Vincennes: Thierry Marchaisse.

Searle, John (1975). “The Logical Status of Fictional Discourse.” New Literary History 6, no. 2: 319-332.

Walsh, Richard (2007). The Rhetoric of Fictionality: Narrative Theory and the Idea of Fiction. Columbus: Ohio State University Press.

大浦康介(編)『フィクション論への誘い─文学・歴史・遊び・人間』、世界思想社、2013年。

高橋幸平、久保昭博、日高佳紀(編)『小説のフィクショナリティ─理論で読み直す日本の文学』、ひつじ書房、2022年。

Proposals of 300-400 words, in French, in English or in Japanese, should be sent to degreesoffiction2024@googlegroups.com by January 31, 2024.

The SIRFF/ASIFF will offer a prize for the best paper by an early-career scholar (doctoral student or scholar who has received the PhD within the last 3 years), to be presented at the conference. The winner will receive a monetary award of $1000. If you would like to be considered for this award please submit your completed conference paper (no more than 3,500 words/20,000 characters) by March 31, 2024 to degreesoffiction2024@googlegroups.com. The article must be unpublished.