Characters without names: the anonymous and the crowds

Proposal for an open group session at the XXIII ICLA Congress,

Tbilisi, Georgia, July 24-29, 2022

Charlotte Krauss, Université de Poitiers, charlotte.krauss@univ-poitiers.fr 

Françoise Lavocat, Université de la Sorbonne nouvelle, francoise.lavocat@sorbonne-nouvelle.fr

With the support of the ISFFS-SIRFF (https://fiction.hypotheses.org) and the Institut Universitaire de France

            This group session proposes to focus on those who, in fictional works, generally attract the least attention: the anonymous and the crowds. 

            The nameless characters are sometimes illustrious, like the protagonist of The little Prince, or Frankenstein’s creature (which is often called by the name of its inventor, a significant confusion). There are also genres, such as fairy tales, where the characters seem to need no name. In some periods and cultural areas, ancient Japan for example, high-ranking characters are most often called only by their titles (as in the Genji monogatari). But in the realist novel as well as in the theater, especially in the 19th century, it is mostly the servants, the peasants and the poor people who are deprived of a name or referred to by a first name only. Does the absence of a name then assign a secondary role to a character, or even almost no role at all? What effect does the deprivation of a name (or its reduction to an initial) have on a main character, such as Ah Q, in Lu Xun’s The True Story of Ah Q (1921), or K in Kafka’s The Trial (1925)? 

            As for crowds of anonymous people, we meet them in streets and department stores, at parties and balls, at the occasion of wars and revolutions. In European literature, it is the consideration of people as the constituents of nations since the beginning of the 19th century that has led to the representation of popular masses in literature and the assignment of an active role to the Forgotten in History. Thus, the Moscow crowd that “keeps silent” at the end of Alexander Pushkin’s Boris Godunov (1831) accepts the crimes of the state and bears a share of the blame. The bourgeois fear of “barbarians in the midst of society” is found in descriptions of uncontrollable and destructive masses, for example in the description of frenzied crowds in the naturalistic novel. Parallel to the emergence of film, early twentieth-century literature depicts crowds in accounts of city life under the banner of progress and comfort; socialist realism, meanwhile, focuses on masses of workers – but even joyful crowds struggle to stand out in the background, and the narrative often tends to follow a few select characters who are given a name. This struggle for an active role for the anonymous crowds might be one of the questions to ask in this group session. Similarly, it might be interesting to look at the differences across media type (novels, theater, film, comics…), eras and cultures.  

            Here are some ideas for reflection, which are not exclusive: 

– Unnamed characters: what are the genres, periods and cultural areas where all or a significant proportion of characters are not given a name? What are the effects produced by this phenomenon?

– Naming, gender and social class: is naming reserved for the upper classes? Is there a difference between the way female and male characters are named? Peasants and city dwellers? Workers and bourgeois? Children and adults? 

– Representation of crowds: what are the occasions when a crowd appears? Are there authors, periods, genres that privilege them? What roles are they given? 

The languages of the session are French and English. Diachronic approaches, large corpora, and quantitative analyses are particularly welcome.

*

Les personnages sans nom : les anonymes et les foules

Proposition pour une session de groupe ouverte lors du XXIIIe congrès de l’AILC,

Tbilissi, Géorgie, 24-29 juillet 2022

Charlotte Krauss, Université de Poitiers, charlotte.krauss@univ-poitiers.fr

Françoise Lavocat, Université de la Sorbonne nouvelle, francoise.lavocat@sorbonne-nouvelle.fr

Avec le soutien de la SIRFF-ISFFS (https://fiction.hypotheses.org) et de l’Institut Universitaire de France

            Cette session de groupe propose de s’intéresser à ceux, qui, dans les œuvres fictionnelles, attirent généralement le moins d’attention : les foules et les anonymes. 

            Les personnages sans nom sont parfois illustres, comme « le petit prince », ou la créature de Frankenstein (qui est d’ailleurs souvent appelée par les lecteurs par le nom de son inventeur, confusion significative). Il est également des genres, comme les contes de fées, où les personnages semblent n’avoir pas besoin de nom. Dans certaines périodes et aires culturelles, le Japon ancien par exemple, les personnages de haut rang sont le plus souvent appelés uniquement par leurs titres (comme dans le Genji monogatari). Mais dans le roman réaliste comme au théâtre, notamment au XIXe siècle, ce sont surtout les serviteurs, les paysans, les pauvres gens qui en sont privés, ou doivent se contenter d’un prénom. L’absence de nom programme-t-il alors un rôle secondaire, ou même presque nul, dans l’action ? Quel effet produit la privation d’un nom (ou sa réduction à une initiale) pour un personnage principal, comme Ah Q, dans L’édifiante histoire d’Ah Q de Lu Xun (1921), ou K dans Le Procès de Kafka (1925) ? 

            Quant aux foules d’anonymes, on les rencontre dans les rues et les grands magasins, à l’occasion des fêtes et des bals, des guerres et des révolutions. Dans la littérature européenne, c’est la prise en compte du peuple comme constituant de la nation qui, depuis le début du XIXe siècle, mène à représenter les masses populaires et à donner un rôle actif aux oubliés de l’Histoire. Ainsi, la foule moscovite qui « se tait » à la fin de Boris Godounov (1831) d’Alexandre Pouchkine accepte les crimes d’Etat et se rend coupable. La peur bourgeoise des « barbares au milieu de la société » se retrouve dans des descriptions de masses incontrôlables et destructrices, par exemple dans la description de foules déchaînées dans les romans naturalistes. En parallèle à l’émergence du film, la littérature du début du XXe siècle représente les foules pour rendre compte d’une vie citadine sous le signe du progrès et du confort ; le réalisme socialiste s’intéressera quant à lui aux masses d’ouvriers – mais même joyeuses, les foules peinent à se détacher de l’arrière-plan et le récit tend souvent à suivre quelques personnages choisis qui reçoivent un nom. Cette lutte pour un rôle actif des foules anonymes pourra être l’une des questions à poser dans cette session de groupe. De même, il pourrait être intéressant de regarder les différences entre les médiums (roman, théâtre, film, bande dessinée…), les époques et les cultures.  

            Voici quelques pistes de réflexion, qui ne sont pas exhaustives : 

– Personnages sans nom : quels sont les genres, les époques et les aires culturelles où l’intégralité ou une proportion significative de personnages ne reçoivent pas de nom ? Quels sont les effets produits par ce phénomène ?

– Nomination, genre et classe sociale : la nomination est-elle réservée aux classes supérieures ? Y-a-t-il une différence entre la façon de nommer les personnages féminins et les personnages masculins ? les paysans et les citadins ? les ouvriers et les bourgeois ? les enfants et les adultes ? 

– Représentation de foules : quelles sont les occasions où apparait une foule ? Y-a-t-il des auteurs, des périodes, des genres qui les privilégient ? quels rôles leur fait-on jouer ? 

Les langues de la session sont le français et l’anglais. Les approches diachroniques, les corpus larges, les analyses quantitatives sont particulièrement bienvenues. 

Indicative bibliography / Bibliographie indicative

Drouet, Pascale et Françoise Dubor (dir.), La Foule au Théâtre, dossier des Cahiers FoReLLIS, Cahiers en ligne, 2015, https://cahiersforell.edel.univ-poitiers.fr:443/cahiersforell/index.php?id=327.

Goulemot, Jean Marie (dir.), « Foules », dossier de Littérature et Nation, n°1 de la 2e série, Université de Tours, 1990.

Lavocat, Françoise, « L’étude des populations fictives comme nouvel objet et le “style démographique” comme nouveau concept narratologique », https://www.fabula.org/atelier.php?Populations_fictives 24 septembre 2020. 

Moretti, Franco, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History, London New-York, 2005.

Événément : Expériences de pensée

Event: Thought Experiments

Vendredi 2 avril, 9h30-17h30

L’événement est libre et gratuit, en ligne, en cliquant sur ce lien.

Programme :

Contacts :

Christine Baron (christine.baron@univ-poitiers.fr)

Charlotte Krauss (charlotte.krauss@univ-poitiers.fr)

Argumentaire :

La notion d’expérience de pensée, familière aux sciences, se décline de bien des manières en littérature ; qu’elle soit le fait d’un personnage de fiction ou que la pratique littéraire elle-même soit considérée comme une expérience de pensée. Cette journée d’études aura pour finalité de caractériser ce qu’on entend par expérience de pensée : un état provisoire, suscité en vue de résoudre un problème, une suspension du jugement, la création d’une fiction heuristique, ou encore l’émergence de ce qu’on appelle un « état intermédiaire de conscience ». S’il existe une tradition de l’analyse de l’expérience de pensée (notamment chez Musil), celle-ci peut être également réfléchie selon d’autres paradigmes, notamment en cinéma, en bande dessinée ou dans d’autres arts. Elle peut être aussi réfléchie à partir de la nature anthropologique des comportements qu’elle active (perception de la temporalité, de son propre corps, d’autrui, états mentaux et physiologiques etc…).

A quel type de rapport au réel, à la fiction ouvre l’expérience de pensée ? Comment est-elle surexposée dans certaines œuvres ? Comment constitue-t-elle la condition propre de notre relation à certains arts (immersion spectatoriale entre autres au cinéma ou dans le jeu vidéo) ? Y a-t-il des contenus spécifiques à celle-ci ? Autant de questions que cette journée d’études contribuera à poser à partir de diverses modalités et de divers arts et supports (BD, cinéma et numérique, littérature, série, musique).

Résumés :

Christine Baron (Professeur de littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) Emotions, jugement et états de conscience

On a coutume de dissocier émotion et jugement, or, les neurosciences mais aussi la description littéraire d’états de conscience médians nous enseignent qu’il est difficile de séparer ces deux éléments. Nous examinerons cette question à travers quelques exemples de jugement en contexte judiciaire en mobilisant la distinction entre émotions primaires et secondaires, mais aussi en faisant appel à des notions utilisées en psychologie expérimentale (système 1 et 2 de pensée, monitoring et blunting).

Laurence Dahan Gaida (Professeur de littérature comparée, Université de Besançon) Y a-t-il des expériences de pensée littéraires ?

Proposée par Ernst Mach au début du 20ème siècle, la notion d’expérience de pensée a rapidement connu une expansion qui lui a fait dépasser les limites de la science, pour s’appliquer à une multitude de domaines, dont la littérature. Or la pertinence de la notion d’expérience de pensée en littérature a été remise en question, notamment par Roy Sorensen, qui dénie à cette dernière toute fonction de connaissance. Dès lors, il s’agira de s’interroger sur la pertinence de cette critique et de se demander s’il existe des expériences de pensée littéraires. Pour répondre à cette question, on s’appuiera sur les notions de «concept fictif» (Wittgenstein) et de «personnage conceptuel» (Deleuze et Guattari) pour voir comment elles pourraient nous aider à cerner la spécificité des expériences de pensée littéraires. Ces concepts seront mis à l’épreuve dans l’œuvre de Musil et de Valéry.

Francisco Gonzalez Fernandez (Professeur de littérature française, Université d’Oviedo, Espagne) Si une expérience m’était contée…

En tant que fiction heuristique, l’expérience de pensée trouve souvent des modèles dans des œuvres littéraires ; le conte, notamment tel qu’on le concevait au XVIIo siècle, parce qu’il tend à l’abstraction, met en place des scénarios et des formules qui seront repris, consciemment ou non, par de nombreux savants, mais aussi par des écrivains (Tavares, Cortázar, Süskind, Quignard, etc.) dont l’écriture évoque ouvertement ce genre de récits scientifiques où l’imagination est primordiale. Le rôle emblématique que jouent les objets – mais aussi les animaux et les génies – et la nature merveilleuse qu’on leur attribue aussi bien dans les contes (bottes, anneaux, lampe, chaperon, chat, fée, etc.) que dans les expériences de pensée(bateau, train, pomme, chat, démon, etc.) mettent en évidence un lien dont il s’agira d’étudier la portée.

Charlotte Krauss (Maître de conférences HDR, littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) La vengeance du comte Skarbek ou la bande dessinée comme expérience de pensée

Parue en 2004/2005, la bande dessinée La vengeance du comte Skarbek est une œuvre aussi complexe que captivante qui repose sur un pari quelque peu fou. Invité de créer un scénario de roman graphique pour une collaboration avec Grzegorz Rosiński, le scénariste Yves Sente releva en effet le défi de concevoir une BD « idéale » qui associe tous les thèmes chers au célèbre dessinateur polonais : la terre natale polonaise, le goût pour la peinture, mais aussi celui pour l’aventure, le « cape et épée », les histoires de pirates et des

scènes érotiques. Non seulement l’œuvre-monde finalement créée réussit ce tour de force et permet une plongée dans une vision très complète du XIXe siècle, mais elle se termine également de façon surprenante, avec plusieurs fins successivement annulées – autant d’expériences de pensée auxquelles le lecteur est invité. Ma communication étudiera le plaisir d’une lecture de La Vengeance du comte Skarbek entre texte et image, fondée sur le jeu malicieux que le scénariste et le dessinateur jouent avec les attentes du lecteur. Les expériences de pensée projetées sont donc, me semble-t-il, fictionnelles, intermédiales et intertextuelles à la fois.

Mathias Lavin (Professeur d’études cinématographiques, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) L’image pense-t-elle quand elle parle ?

Le point de départ de cette intervention sera la représentation du processus de création (en l’occurrence littéraire) dans deux films récents : Paterson de Jim Jarmusch, qui suit le quotidien d’un poète chauffeur de bus et dont l’intertexte évoque l’œuvre de William Carlos Williams ; et Rêveurs rêvés (Die Geträumten) de Ruth Beckermann, consacré à la relation entre Ingeborg Bachmann et Paul Celan en s’appuyant presque exclusivement sur leur correspondance. Ces exemples permettront d’éprouver la tension entre une tradition qui prête une véritable capacité cognitive aux images (« l’image pense » écrit Daniel Arasse, et l’on pourrait citer d’autres historiens d’art ou théoriciens du cinéma défendant une semblable proposition) et la présence décisive de l’écriture et de la voix dans les films mentionnés. De la sorte, on se demandera comment se trouve figuré ce qui semble résister à l’image ou, en apparence, en être distinct (l’écriture, la voix) afin d’interroger l’œuvre comme expérience de pensée, à la fois du côté de son créateur (puisque cet aspect est thématisé et réfléchi dans les deux films analysés) et de son spectateur.

Matilde Manara (Doctorante en littérature comparée, Université Sorbonne nouvelle) « Arbres maisons collines ». Rilke et l’expérience de pensée moderniste

Alors que la plupart des écrivains modernistes tiennent la vie et la littérature pour foncièrement incompatibles (songeons par exemple à l’ironie du cri « Il faut tenter de vivre ! » qui clôt le Cimetière marin de Paul Valéry), Rilke considère les deux dimensions comme complémentaires, voire comme coïncidentes. La poésie n’est pour lui pas tant une manière de fuir la réalité qu’un moyen de s’y immerger davantage, en transformant le monde extérieur en caisse de résonance du monde intérieur. Cette vision encore romantique des rapports entre l’œuvre et son créateur ne l’empêche pas de faire des Élégies de Duino un véritable journal de laboratoire : le « Je » y est à la fois scientifique et cobaye d’une expérience de pensée dont sont notifiés non seulement les réussites, mais aussi et surtout les échecs. Souvent interprétés comme une question rhétorique, les vers initiaux du cycle (« Qui, si je criais, m’entendrait donc, d’entre / les ordres des anges ? ») se relèvent-ils ainsi l’exposé d’un puzzling-case que le reste du cycle va développer dans tous ses aspects.

Avec cette communication, nous nous proposons d’analyser certaines expressions optatives (subjonctif, questions rhétoriques, adynaton) auxquelles Rilke a recours dans Les Élégies de Duino et dans la Neuvième Élégie en particulier. La comparaison de ces outils avec ceux mobilisés par un poète contemporain de Rilke, Eugenio Montale, nous permettra d’avancer des hypothèses sur l’expérience de pensée dans la poésie moderniste.

Rémi Plaud (Doctorant en littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3)
« La transparence et l’obstacle épistémologique » : usages de l’expérience de pensée et de ses autres chez Melville, France, Gourmont, Schwob et Chesterton

Jean Starobinski évoquait avec « la transparence et l’obstacle » la contradiction interne à la démarche de Jean-Jacques Rousseau qui, désireux de se livrer à cœur ouvert, se retrouvait à exposer son innocence (transparence) par le biais de la démonstration, c’est-à-dire en construisant patiemment un obstacle au but qu’il s’était fixé.

D’une manière similaire, nous souhaitons interroger la dynamique contradictoire révélée par l’expérience de pensée et ses avatars chez nos auteurs. Ceux-ci parsèment les textes fictionnels d’échafaudages intellectuels pour mieux en déconstruire le fonctionnement ou en révéler les contradictions. Nous voyons dans cette exhibition répétée d’un « obstacle épistémologique » l’efficacité et l’intérêt de ces « fictions de l’esprit ».

Congrès de la SFLGC: Les populations fictionnelles

Date de l’échéance : 15/01/2021

Congrès de la SFLGC – 25-26-27 Novembre 2021

Université de la Sorbonne nouvelle

Campus Condorcet

Les personnages de fiction, quelque soit leur support médiatique, sont par excellence un objet de comparaison. Il est traditionnel de comparer deux personnages qui partagent certaines caractéristiques (Raskolnikov et Lafcadio, Dom Juan et Valmont, Emma Bovary et Anna Karénine…) ; de comparer les personnages d’un roman au film ou à la pièce de théâtre qui en ont été tirés, ou d’une série avec ceux d’un jeu vidéo[1] . Il existe même des programmes en ligne pour comparer des personnages entre eux[2] ! Même si les dictionnaires de personnages existent depuis longtemps (surtout depuis le début du XXe siècle), une nouvelle façon d’envisager les personnages est apparue sur Internet, favorisant un autre type de comparaison : les listes de personnages se multiplient, par œuvre, par auteur/auteure, par genre, par ordre alphabétique, par caractéristique (les plus beaux, les plus riches[3] !) ou même par rapport aux émotions qu’ils suscitent (les personnages les plus aimés, les plus détestés…).

C’est cette approche, très contemporaine, des personnages comme ensemble, collectivité, population que nous souhaitons approfondir grâce à ce congrès. Les populations qui peuplent les fictions – qu’il s’agisse de romans, de cinéma, de théâtre, de jeux vidéo, de bandes dessinées – sont mal connues. Nous proposons donc d’aborder les personnages d’une façon nouvelle ; d’étudier non pas le personnage (qui a déjà fait couler beaucoup d’encre), mais lespersonnages : de les appréhender comme une population, genrée, ontologiquement hétérogène, socialement distribuée, très souvent migrante. Cette étude, à notre avis, est susceptible d’apporter une meilleure connaissance des univers fictionnels et d’éclairer des aspects de l’histoire du roman ou d’autres genres.

Les approches diachroniques, éventuellement statistiques et faisant appel aux humanités numériques seront particulièrement bienvenues.

On s’intéressera à tout ce qui constitue l’hétérogénéité ontologique de la population fictionnelle : la proportion et les caractéristiques (dans plusieurs œuvres, dans un genre ou une époque donnés) des différentes catégories de personnages : historiques ; féériques ; allégoriques ; des animaux ; des personnages à initiale ; des personnages sans nom… On tentera de répertorier, éventuellement de classer les espèces de l’humanité fictionnelle. Est-il vrai que l’imagination humaine, comme le pense Joseph Campbell, n’a conçu, depuis qu’elle produit des fictions, qu’un petit nombre de créatures possibles, similaires sur toute la surface du globe ?

  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?

On pourra proposer d’autres approches, pourvu qu’elles visent à l’analyse et la compréhension de la façon dont les univers fictionnels sont peuplés et habités, ou s’interrogent sur les différentes façons de classer les personnages ou de les aborder comme collectivité.

Les propositions peuvent aussi bien prendre la forme de communications individuelles, d’ateliers ou de tables rondes.

Le Congrès, organisé par le département de LGC de la Sorbonne Nouvelle, avec le soutien du CERC, se tiendra au campus Condorcet les  25-26-27 novembre 2021. Les propositions sont à envoyer à congressflgc2021@gmail.com avant le 15 janvier 2021.

Comité d’organisation : F. Lavocat, A. I. François, C. Le Blanc, Y-M. Tran-Gervat.

Bibliographie indicative

Alexander, Sam, Joyce’s Census: « Character, Demography, and the Problem of Population in Ulysses », NOVEL: A Forum on Fiction, Vol. 45, No. 3 (FALL 2012), pp. 433-454.

Beaufort, Romane et Melissent, Lucas, « Pour une analyse démographique de Game of Thrones », « https://www.demographie-got.com

Brémond, Claude, « Une enquête internationale sur le héros de film », 1895. 75 | 2015, DOI : 10.4000/1895.4965

Brugeilles, C. Cromer I., Analysing gender representations in school textbooks, Les collections du CEPD, Centre population et développement, 2009.

Campbell, Joseph [1949], Le Héros aux mille et un visages, Robert Laffont, 1977, réédité chez Oxus en 2010.

Chalvon-Demersey, Sabine, « Enquête sur l’étrange nature du héros de série télévisée », Réseaux, n° 165, 2011, pp. 183-214.

Forster, Edward Morgan, Aspects of the Novel [1927], Mariner Books, 1956.

Frye, Northop : Amatomy of Criticism, Princeton University Press, 1975.

Galleron, Ioana, « Conceptualisation of theatrical characters in the digital paradigm: needs, problems and foreseen solutions », Human and Social studies, De Gruyter, vol. 6, issue 1, 2017.

Hamon, Philippe, « Pour un statut sémiologique du personnage », Littérature, vol. 6, n° 6, 1972, p. 86-110.

Jauss, Hans Robert, « Level of identification of Hero and Audience », New Literary History 5. 2, Winter 1974: 283-317

Lavocat, Françoise, « L’étude des populations fictives comme nouvel objet et le “style démographique” comme nouveau concept narratologique », https://www.fabula.org/atelier.php?Populations_fictives 24 septembre 2020.

Moretti, Franco, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History, London New-York, 2005.

Plotz, John, The Crowd: British Literature and Public Politics, Berkeley, Los. Angeles and London, University of California Press, 2000.

Rosen, Jeremy, Minor Character have their Day; Genre and the Contemporary Marketplace, Columbia University Press, 2016.

Samoyault, Tiphaine, « La banlieue du roman: l’espace du personnage secondaire », Dossier Banlieues de la théorie (textes initialement parus dans l’Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008). https://www.fabula.org/atelier.php?Espace_du_personnage_secondaire

Woloch, Alex, The One vs. the Many, Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton University Press, 2003

[1] https://hitek.fr/42/the-witcher-casting-serie-compare-personnages-jeu-video_6271

[2] https://www.includehelp.com/code-snippets/c-program-to-compare-two-characters.aspx

[3] https://blog.impossible-dictionnaire.com/les-personnages-de-fiction-les-plus-riches/

[4] Cette étude a été menée par Romane Beaufort et Lucas Melissent à propos des personnages de Games of Thrones(https://www.demographie-got.com).Source de l’information : Françoise Lavocat

Appel : “Fictions impossibles”

Appel à communication pour le Deuxième colloque international de la Société Internationale de Recherches sur la Fiction et la Fictionnalité (SIRFF/ISFFS)

English below

Fictions impossibles (Impossible Fictions)

Les 28-29-30 octobre 2021

Université de Chicago

Depuis Aristote qui considérait la narration poétique comme régie par les lois de la probabilité et de la nécessité, la fiction a été longtemps associée aux concepts de la possibilité et de la plausibilité. A l’époque moderne, c’est la croissance de la rationalité et de la plausibilité qui allait de pair avec l’émergence du roman européen (Chevrolet 2008, Duprat 2009). Toujours est-il que la fiction (et plus généralement le plaisir que procure l’expérience esthétique) a été également comprise sous le rapport des jeux libres de l’imagination. Des séries de « fantasy » aux jeux vidéo inspirés par les univers de Tolkien ou Lovecraft, l’époque contemporaine voit un goût renouvelé pour les mondes fictionnels impossibles. Par ailleurs, nombreux sont les lecteurs et les spectateurs qui se vouent à traquer et enregistrer avec fanatisme les « goofs » (c’est-à-dire les incongruités, les erreurs de la continuité, les anachronismes, etc.) dans les fictions écrites ou filmiques, ce qui témoigne d’un vif intérêt à l’égard des violations de la plausibilité (Hamus-Vallée and Caïra 2020). Les anomalies dans les fictions nous fascinent ; elles peuvent en outre donner lieu à des activités herméneutiques intenses.

L’objectif du colloque consiste à apporter les perspectives historiques, comparatives et théoriques qui portent sur la question des impossibilités de et dans la fiction sous trois angles majeurs. 1) les théoriciens de la fiction soutiennent parfois que les contradictions rendent la construction du monde fictionnel impossible (Doležel 1998). Cependant, le courant de la narratologie dite « non-naturelle » a ranimé l’intérêt des narratologues pour les fictions non réalistes (Richardson 2015, Alber 2016). Une analyse des cas limites éclaircira les paradoxes et contradictions qui ont été jugés comme incompatibles avec la construction d’un univers de la fiction. 2) L’acceptation et le rejet des contradictions et des impossibilités physiques, logiques psychologiques ou autres varient selon les périodes historiques et les traditions culturelles. Nous nous proposons d’explorer ces degrés de tolérance variables et fluctuants à l’égard des impossibilités de la fiction. 3) Les fictions sont parfois considérées comme impossibles par elles-mêmes, et ce, pour des raisons politiques, religieuses ou éthiques ou à cause d’un supposé épuisement des formes et motifs fictionnels. La version la plus connue de ce débat concerne la non-représentabilité de certains sujets, notamment les atrocités historiques et le traumatisme. Nous voulons nous pencher également sur la résurgence contemporaine de la méfiance généralisée ou même de la haine de la fiction, qui se trouve soit dans les non-fictions, au nom de la « faim de réalité (reality hunger) » (Shields 2010), soit, paradoxalement, à l’intérieur de la fiction elle-même.

Dans ce cadre conceptuel, nous accueillons une gamme de perspectives aussi bien disciplinaires qu’interdisciplinaires (histoire et théorie littéraires, narratologie, philosophie, cinéma et études des média, science cognitives). Les propositions peuvent traiter toutes les périodes historiques ou traditions culturelles ; nous encourageons par ailleurs des études des œuvres de fiction dans de différents média (y compris les jeux vidéo, les bandes dessinées, le cinéma, les séries télévisées).

Les sujets possibles :

  • Paradoxes logiques et contradictions (affirmation d’A et non-A ; paradoxes du menteur ; paradoxes temporels ; renversements de la cause et de l’effet)
  • Violations des lois physiques (personnes qui volent, animaux qui parlent, omnipotence, invisibilité, mélange de rêve et de réalité)
  • Invraisemblance, non-plausibilité dans des contextes particuliers
  • Actes narratifs impossibles (narrateur mort, perspectives impossibles, narration non-fiable etc.)
  • Violations des principes éthiques ou des convenances qui décident de ce qui peut ou ne peut pas être représenté dans la fiction ; intolérance pour un public donné.
  • Conventions génériques et se limites (par exemple : science-fiction et les lois physiques).
  • Variations culturelles et historiques par rapport à l’acceptation des impossibilités de la fiction.
  • Impossibilités propres aux médias.
  • Réactions des lecteurs / spectateurs aux impossibilités fictionnelles.

Tou.te.s les participant.e.s au congrès doivent devenir membres de la Société internationale de recherches sur la fiction et la fictionnalité.

Les propositions (250 mots, en anglais ou en français) sont à envoyer à impossiblefictions2021@googlegroups.com avant le 30 novembre, 2020.

La SIRFF/ISFFS décernera un prix pour le meilleur article d’un.e chercheur.se en début de carrière (doctorant.e ou docteur-e jusqu’à 3 ans après le doctorat), qui sera présenté à la conférence. Le Lauréat ou la Lauréate recevra un montant de $1000 (dollars).

Si vous souhaitez être pris.e en considération pour ce prix, veuillez soumettre le texte complet de votre communication (3 500 mots/20 000 signes maximum) à impossiblefictions2021@googlegroups.com, avant le 31 janvier 2021.

Call for Papers

International Society for Fiction and Fictionality Studies (ISFFS/SIRFF) Second International Conference

Thursday 28–Saturday 30 October, 2021

University of Chicago

Impossible Fictions / Fictions impossibles

The second international conference of the ISFFS/SIRFF will be held from 28–30 October 2021 at the University of Chicago.

The conference theme will be “Impossible Fictions.” Fiction has long been associated with possibility and plausibility, as far back as Aristotle’s claim that poetic narratives are governed by the laws of probability and necessity. In the modern period, the rise of the European novel has been linked to an increase in rationality and plausibility (Chevrolet 2008, Duprat 2009). Yet fiction (and the pleasure of aesthetic experience more generally) has also been understood in terms of the free play of the imagination. The contemporary period has seen a renewed taste for impossible fictional worlds, from fantasy series to video games inspired by the worlds of Tolkien or Lovecraft. At the same time, many readers and spectators devote themselves fanatically to tracking down and recording “goofs” (incongruities, continuity errors, anachronisms, etc.) in written or cinematographic fictions, indicating a heightened awareness of violations of plausibility (Hamus-Vallée and Caïra 2020). Anomalies in fiction fascinate, and can generate intense hermeneutic activity.

The goal of the conference is to bring historical, comparative, and theoretical perspectives to bear on the question of impossibilities of and in fiction, from three main angles. 1) Theorists of fiction sometimes argue that contradictions make it impossible to build a fictional world (Dolezel 1998). Over the past decade, however, the current of so-called “unnatural” narratology has revived narratologists’ interest in unrealistic fiction (Richardson 2015; Alber 2016). An analysis of borderline cases will bring to light the paradoxes and contradictions that are judged to be incompatible with the construction of a fictional world. 2) The acceptance and rejection of contradictions and physical, logical, psychological, or other impossibilities varies according to historical period and cultural tradition. We will explore these variable and fluctuating degrees of tolerance for fictional impossibilities. 3) Fictions are sometimes considered impossible in themselves, either for political, religious, or ethical reasons or because of the supposed exhaustion of fictional forms and motifs. The best-known version of this debate involves the unrepresentability of certain subjects, especially historical atrocities and trauma. But we will also consider the contemporary resurgence of a generalized suspicion or even hatred of fiction—whether in nonfiction, in the name of “reality hunger” (Shields 2010), or, paradoxically, within fiction itself.

Within the conceptual framework set out above, we welcome a range of disciplinary and interdisciplinary perspectives (literary history and theory, narratology, philosophy, film and media studies, cognitive sciences).  Submissions may deal with any time period or cultural tradition, and we invite considerations of fictional works in various media (including games, comics, film, TV series).

Possible topics include:

  • Logical paradoxes and contradictions (affirmation of A and not-A; liar paradoxes, temporal paradoxes, inversions of cause and effect) 
  • Violations of physical laws (flying people, talking animals, omnipotence, invisibility, mixing dream and reality)
  • Unlikelihood, implausibility in particular contexts
  • Impossible narrative acts (dead narrators, impossible perspectives, unreliable narration etc.)
  • Violations of ethical principles or decorum governing what may or may not be represented in a fiction; unacceptability to a given audience.
  • Genre conventions and limits (e.g., science fiction and the laws of physics).
  • Cultural and historical variations in the acceptance of fictional impossibilities
  • Media-specific impossibilities
  • Reader/spectator responses to fictional impossibilities

All participants in the conference must become members of the International Society for Fiction and Fictionality Studies.

Please send 250-word proposals (in French or English) to impossiblefictions2021@googlegroups.com by November 30, 2020.

The SIRFF/ISFFS will offer a prize for the best paper by an early-career scholar (doctoral student or scholar who has received the PhD within the last 3 years), to be presented at the conference. The winner will receive a monetary award of $1000. If you would like to be considered for this award please submit your completed conference paper (no more than 3,500 words/20,000 characters) by January 31, 2021 to impossiblefictions2021@googlegroups.com.

References

Alber, Jan (2016). Unnatural Narrative: Impossible Worlds in Fiction and Drama. Lincoln: University of Nebraska Press.

Caïra, Olivier (2011). Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs. Paris: Éditions de l’EHESS.

Chevrolet, Teresa (2007). L’Idée de fable. Théories de la fiction poétique à la Renaissance. Geneva: Droz.

Doležel, Lubomír (1998). Heterocosmica: Fiction and Possible Worlds. Baltimore and London: The Johns Hopkins University Press.

Duprat, Anne (2009). Vraisemblances. Poétiques et théorie de la fiction, du Cinquecento à Jean Chapelain, 1500-1670. Paris: Honoré Champion.

Lavocat, Françoise (2010). “Paradoxes, fiction, mimesis, Methodos, savoirs et textes, http://methodos.revues.org/2443

            (2016). Fait et Fiction, pour une frontière, partie III, ch. 2 “Mondes possibles impossibles,” Paris: Les éditions du Seuil, coll. “Poétique.”

Lewis, David (1978). “Truth in Fiction.” American Philosophical Quarterly, 15: 37–46.

Hamus-Vallée, Réjane and Caïra, Olivier (2020).  Le goof au cinéma. De la gaffe au faux raccord, la quête de l’anomalie filmique. Paris: l’Harmattan.

Matravers, Derek (2014). Fiction and Narrative. Oxford: Oxford University Press.

McHale, Brian (1987). Postmodernist Fiction. New York: London: Routledge.

Nolan, Daniel (2015). “Personification and Impossible Fictions.” British Journal of Aesthetics 55(1) 57–69.

Piaget, Jean (1974). Recherches sur la contradiction. Paris: PUF.

Priest, Graham (1997). “Sylvan’s Box: A Short Story and Ten Morals.” Notre Dame Journal of Formal Logic 38(4) 573–582.

Richardson, Brian (2015). Unnatural Narrative, Theory, History and Practice. Columbus: Ohio State University Press.

Ryan, Marie Laure (2010) “Cosmologie du récit. Des mondes possibles aux univers parallèles.” In Françoise Lavocat (ed.), La Théorie littéraire des mondes possibles. Paris: CNRS Éditions, 53-81.

——— (1980). “Fiction, Non-Factuals, and the Principle of Minimal Departure.” Poetics 9(4) 403–422.

Shields, David (2010). Reality Hunger: A Manifesto. New York: Knopf.

Parution : Travelling Concepts: New Fictionality Studies

Edited By Monika Fludernik and Henrik Skov Nielsen

This volume is co-edited by the director of the Freiburg graduate school “Factual and Fictional Narration” (GRK 1767, Freiburg/Germany) and the director of the Aarhus Centre for Fictionality Studies (University of Aarhus, DK). The collection of essays re-examines the much discussed fact―fiction distinction in light of the current burgeoning of research on fictionality. It provides a forum for ongoing work on fictionality from France, Germany and Denmark and Sweden. By placing discussions of the notion of fictionality in one volume, the editors hope to initiate exchange between the different traditions represented in the essays und to help the task of translating the available concepts and terminologies so they can travel between different models and theoretical frameworks.

Traduction en français : Ce volume est co-édité par le directeur de l’école supérieure “Factual and Fictional Narration” de Fribourg (GRK 1767, Fribourg/Allemagne) et le directeur du Centre d’études de la fiction d’Aarhus (Université d’Aarhus, DK). Ce recueil d’essais réexamine la distinction entre le fait et la fiction, qui fait l’objet de nombreuses discussions, à la lumière de l’essor actuel de la recherche sur la fictionalité. Elle constitue un forum pour les travaux en cours sur la fictionalité en France, en Allemagne, au Danemark et en Suède. En regroupant les discussions sur la notion de fictivité en un seul volume, les éditeurs espèrent initier un échange entre les différentes traditions représentées dans les essais et faciliter la traduction des concepts et des terminologies disponibles afin qu’ils puissent voyager entre différents modèles et cadres théoriques.

ISBN : 978-3-631-82025-4

DOI : https://doi.org/10.3726/b17154

Parution : Faktuales und fiktionales Erzählen II: Geschichte — Medien — Praktiken

Parution : Récit factuel et fictionnel II : Histoire – Médias – Pratiques

Der Sammelband befasst sich mit historisch spezifischen Formen faktualen und fiktionalen Erzahlens innerhalb der Literatur und diverser nicht-literarischer Medien. Die in ihm versammelten Beitrage gehen der Frage nach, wie und warum das jeweilige Medium, der historische Kontext, gesellschaftlich-kulturelle Normen und asthetische Konventionen bestimmte Faktualitats- oder Fiktionalitatsanspruche innerhalb des Erzahlten formulieren konnen (oder nicht). Genauer noch verdeutlichen sie, dass die Geltungsanspruche eines Textes gleichermassen an den geschichtlichen Rahmen, das Erzahlmedium und die sich in diesem ausdruckende Erzahlpraxis gebunden sind. Die Diskussion, Analyse und Kontrastierung geschichtlicher Besonderheiten und eines erweiterten Medienarsenals ermoglicht es so, erzahlspezifische Charakteristika faktualen und fiktionalen Erzahlens in ihren vielgestaltigen Auspragungen aufzudecken und zu beschreiben. Der disziplinaren Vielfalt der Beitragenden entsprechend richtet sich der Band gleichermassen an medienwissenschaftlich orientierte NarratologInnen und LiteraturwissenschaftlerInnen.

Traduction en français : L’anthologie traite des formes de narration factuelle et fictive historiquement spécifiques à la littérature et aux divers médias non littéraires. Les contributions qui y sont rassemblées explorent la question de savoir comment et pourquoi le média concerné, le contexte historique, les normes socioculturelles et les conventions esthétiques peuvent (ou ne peuvent pas) formuler certaines revendications de factualité ou de fiction dans le récit. Plus précisément, ils précisent que les revendications de validité d’un texte sont également liées au contexte historique, au support narratif et à la pratique narrative qui s’y exprime. La discussion, l’analyse et le contraste des particularités historiques et un arsenal médiatique élargi permettent ainsi de découvrir et de décrire les caractéristiques des récits factuels et fictifs dans leurs multiples manifestations. Dans le respect de la diversité disciplinaire des contributeurs, le volume s’adresse aussi bien aux narratologues qu’aux spécialistes de la littérature, avec un accent sur les études des médias.

Editeur : Ergon

ISBN-10 : 3956505115

ISBN-13 : 978-3956505119

Parution : Fiction et Réel

Publication: Fiction et Réel

N°72/Premier semestre 2020 de la revue Recherches.

La distinction entre le réel et la fiction ne va pas de soi, mais fait rarement l’objet d’un enseignement explicite. Le problème surgit parfois dans des questions d’élèves, en réception (« Ça s’est vraiment passé ? ») comme en production (« On a le droit d’inventer ? ») Même si le concept de fiction est difficile à définir, on mesure l’enjeu de démarches qui aident les élèves à se repérer et à jouer avec les frontières. Tel est le sens des analyses et propositions de cette nouvelle livraison.

Édition Première édition 
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
Support Livre broché
Nb de pages 264 p. 
ISBN-13 979-10-91075-21-3
GTIN13 (EAN13) 9791091075213

Événement : But alors you are French ? Enjeux et état des lieux contemporains de la comédie en France

Event: Contemporary issues and state of the art of comedy in France

LASLAR – Territoires de la fiction / Université Caen Normandie

11, 12, et 13 mars 2020

Ce colloque vise à établir un état des lieux contemporain du genre comique dans le cinéma français.

Présentation

Si plusieurs sous-genres (comédies d’aventure, comédies romantiques, comédies policières, etc.) marquent certains auteurs (De Broca ou, pour rester dans l’actualité, les productions Europa,), la tendance générique naturelle qui les irrigue met en avant une proposition uniforme : la comédie doit provoquer le rire. Comment, dans ce cas, trouver une spécificité nationale ? Dans le « comique de mots », où, à travers l’art du dialogue, maîtrisé notamment par Michel Audiard, se retrouvent les artistes issus du Standup, comme Djamel Debbouze, et/ou de la télévision, tels que Kad et Olivier, qu’Eric et Ramzy ou encore Jean Dujardin ?  Dans un burlesque plus physique que verbal (Alain Chabat,), un réalisme social davantage amer qu’hilarant (Onteniente, ou Salvadori) ? Dans une représentation socio-culturelle critique ou décalée (Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu Epouse-moi mon pote) ? Ou encore dans une représentation plus féminine devant et derrière la caméra (Tout ce qui brille) ? Par ailleurs, si la comédie reçoit les « louanges » de la profession (par exemple : César du Meilleur film pour 3 Hommes et un couffin, ou du meilleur acteur en 2012 pour Omar Sy dans Intouchables (2012), certains cinéastes comme Dany Boon, n’hésitent pas insister sur la fracture entre le choix de cette dernière et celui du public[1]. L’introduction en 2018, du premier César du public (attribué à l’acteur-auteur pour Raid Dingue qui attirera plus de 4 500 000 mille spectateursen salles, en 2017témoigne que cette reconnaissance est peut-être une « réconciliation » masquée. Pour autant, on ne peut pas réduire le genre à son seul ancrage populaire et à ses difficultés de reconnaissance artistique : il suffit, par exemple, de prendre en compte ce que F. Ganzo, J. Goldberg et Q. Mevel appellent la « nouvelle comédie du cinéma français »[2], représentée par Quentin Dupieux, Antonin Peretjako, ou encore Eric Judor, pour s’apercevoir qu’il existe aussi des films comiques considérés comme non affiliés à la culture de masse…

La recherche d’une pluralité homonymique, nous semble donc centrale et, à travers ce colloque, il s’agira de proposer, autour d’elle, une plateforme d’échange offerte à la fois aux universitaires et aux professionnels du cinéma. En termes d’actualité cinéphiliques, il se situe dans la perspective de la rétrospective et de l’exposition organisées par La Cinémathèque Française, à partir d’avril 2020, sur Louis De Funès.

Programme

En partenariat avec le Cinéma Café des Images
• 18H30 – Apéritif – dînatoire pour les intervenants

Soirée – Amphithéâtre Pierre Daure (Université de Caen Normandie)

• 20H – Ouverture du colloque PROJECTION ET RENCONTRE

> Après Vous, réalisé par Pierre Salvadori (2003) / Mars Distribution
En présence de Pierre Salvadori (sous réserve)

JEUDI 12 MARS

Matin – Salle du Belvédère

(Bâtiment D, Université de Caen Normandie) • 9H – Accueil

• La reine a un coquin, ça vaut beaucoup d’argent ça !
LA COMEDIE AU PRISME DES « CHIFFRES » ET DU « CERVEAU »

9H30 – André Lange (Université de Liège / Observatoire Européen de l’Audiovisuel) « L’Europe divisée par le rire »

10H00 – Edgar Dubourg (ENS, Paris), « Le rire dans la fiction comme attracteur cognitif »

10H30 – Discussion puis pause
• J’adore le comique, mais j’ai horreur de certains genres de plaisanterie

APPROCHES ESTHETIQUES ET NARRATIVES DE LA COMEDIE

11H15 – Vincent Baudart (Université de Lille), « Ambivalence du grotesque dans la comédie française : entre système d’images populaires et mise en scène de la marginalité »

11H45 – Christophe Lenoir (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « Bref. Vous Les Femmes : les reflets de l’intériorité́ comme ressort comique »

12H15 – Discussion puis déjeuner

Après-midi – Amphithéâtre Jean Demolombe

(Bâtiment D, Université de Caen Normandie)

• Ça a alors ? C’était Farès ? C’est effarant ! LES AUTEURS DE LA COMEDIE

14H – Nicolas Geneix (Université Caen Normandie), « Pierre Salvadori, sous influences, mais pas trop »

14H30 – Eric Jarno (Université Caen Normandie), « Les comédies inhospitalières de Quentin Dupieux »

15H – Aurélien Gras (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), « Le cas Eric Judor » > 15H30 – Discussion puis pause

• RENCONTRE
15H45 – Jean-Vic Chapus et David Alexander Cassan, co-auteurs de l’ouvrage Comédie à la Française (2019)

19H00 – Dîner pour les intervenants VENDREDI 13 MARS

Matin – Salle du Belvédère

(Bâtiment D, Université de Caen Normandie) • 9H30 – Accueil

• Un Suisse et un Allemand, on n’est plus en France ici ! (DE)TERRITORIALISATION DE LA COMEDIE

10H – Adrien Valgalier (Université-Paul-Valéry-Montpellier), « Imaginaires territoriaux de la comédie française contemporaine : entre projections culturelles et détournement des clichés »

10H30 – Robin Hopquin (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), « Le retour de la comédie villageoise : le cinéma français à partir des années 2000 »

11H – Discussion puis pause • RENCONTRE

11H45 – Jérémie Imbert, fondateur et délégué artistique du festival CinéComédies > 13H – Clôture puis déjeuner


Événement : Expériences de pensée, Littérature, arts et sciences

Event: Thought experiments. Literature, arts, science.

Journée d’étude organisée par FoReLLIS B3 le vendredi 27 mars 2020 à l’Université de Poitiers

Programme

9h20 : accueil

9h45 : Laurence Dahan Gaida (Université de Besançon) Y a-t-il des expériences de pensée littéraires ?

10h30 : Mathias Lavin (Université de Poitiers, FoReLLIS B3) L’image pense-t-elle quand elle parle ?

11h15 : pause-café

11h30 : Rémi Plaud (doctorant, Université de Poitiers, FoReLLIS B3)
« La transparence et l’obstacle épistémologique »
Usages de l’expérience de pensée et de ses autres chez Melville, France, Gourmont, Schwob et Chesterton.

12h15 : pause de midi

14h15 : Matilde Manara (doctorante, Université Paris 3 Sorbonne nouvelle) Les spores du possible. La poésie lyrique comme « méthode de pensée »

15h : Amelia Gamoneda (Université de Salamanque) Poésie et expérience de pensée des qualia.

15h45 : pause-café

16h : Francisco Gonzalez Fernandez (Université d’Oviedo) Si une expérience m’était contée…

16h45 : Christine Baron (Université de Poitiers, FoReLLIS B3) Émotions, jugement et états de conscience.

17h30 : Fin de la journée d’étude

Contact

Charlotte Krauss (MCF HDR de Littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) (charlotte.krauss@univ-poitiers.fr)

Christine Baron (Professeur de Littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) (christine.baron@univ-poitiers.fr)

Argumentaire

La notion d’expérience de pensée, familière aux sciences, se décline de bien des manières en littérature ; qu’elle soit le fait d’un personnage de fiction ou que la pratique littéraire elle-même soit considérée comme une expérience de pensée. Cette journée d’études aura pour finalité de caractériser ce qu’on entend par expérience de pensée : un état provisoire, suscité en vue de résoudre un problème, une suspension du jugement, la création d’une fiction heuristique, ou encore l’émergence de ce qu’on appelle un « état intermédiaire de conscience ». S’il existe une tradition de l’analyse de l’expérience de pensée (notamment chez Musil), celle-ci peut être également réfléchie selon d’autres paradigmes, notamment en cinéma, en bande dessinée ou dans d’autres arts. Elle peut être aussi réfléchie à partir de la nature anthropologique des comportements qu’elle active (perception de la temporalité, de son propre corps, d’autrui, états mentaux et physiologiques etc…)

A quel type de rapport au réel, à la fiction ouvre l’expérience de pensée ? Comment est-elle surexposée dans certaines œuvres ? Comment constitue-t-elle la condition propre de notre relation à certains arts (immersion spectatoriale entre autres au cinéma ou dans le jeu vidéo) ? Y a-t-il des contenus spécifiques à celle-ci ? Autant de questions que cette journée d’études contribuera à poser à partir de diverses modalités et de divers arts et supports (BD, cinéma et numérique, littérature, série, musique).

Événement : Jeu de rôle et transmission littéraire

Event: Role-playing and literary transmission

Université de Lausanne

Entrée libre.

Colloque international organisé par Gregory Thonney (SCMS, Université de Lausanne) et Gaspard Turin (Université de Lausanne)

Ce colloque rassemblera des personnalités très diverses (spécialistes de la fiction et des littératures du Moyen Âge à nos jours, didacticien·ne·s, ludopédagogues, philosophes, historien·ne·s de l’art, enseignant·e·s et auteur·e·s) autour de la question du jeu de rôle sur table et des enjeux qui peuvent lui être associés, en termes de corpus littéraires, de méthodes d’enseignement, de transposition et de médiation.

Programme

JEUDI 5 MARS 2020

UNIL – Anthropole 2042

9h   Accueil

9h15 Marc Atallah (UNIL / Maison d’Ailleurs) – “L’Appel de Cthulhu” – jouer l’indicible ?

10h Audrée Mullener (Ars Ludendi, Orc’Idée) – Structures de récits: contes de fées et contraintes rôlistiques

10h45 Pause

11h Olivier Caïra (Université d’Evry) – “Ma bibliothèque m’était un assez grand duché”, ou comment Shakespeare s’invita à Gotham City

11h45 Laurent Di Filippo (Université de Lorraine) – Donjons et dragons et la littérature médiévale scandinave

13h Repas

14h30 Philippe Lépinard (Université Paris-Est Créteil) – Décontextualiser pour mieux engager les étudiant·e·s dans les enseignements : le cas du Jeu de Rôle sur table dans des enseignements de langues vivantes et de management.

15h15 Géraldine Toniutti (UNIL) – Le jeu de rôle au Moyen Âge comme pratique sociale: transposition du roman au jeu de rôle et retour

16h Pause

16h15 Jean-François Boutin (Université du Québec à Rimouski) – Jeux de rôle, multimodalité et fiction littéraire : jouer à Clue tout en produisant un récit policier en 2e secondaire.

17h Gaspard Turin (UNIL) – Sources et ressources de l’écriture collaborative autour de H.P. Lovecraft 

18h Table ronde : Jeu de rôle et création littéraire – avec Alice Bottarelli (auteure, animatrice d’ateliers d’écriture), Axelle Bouet (auteure, Les chants de Loss), Stéphane Gallay (auteur, Tigres volants), Pierre Saliba (auteur, Sorcières et sortilèges)

19h, UNIL – Anthropole 2013: « Joue ton savoir »: événement ludique organisé par G. Thonney (Ars Ludendi et SCMS, UNIL) (apéritif dînatoire inclus)

VENDREDI 6 MARS

UNIL – Amphipole 319

10h Sanne Stijve (Ars Ludendi, 2d Sans Faces) – Transmissions de savoirs et de compétences grâce au jeu de rôle

10h45 Florence Quinche (HEP Vaud) et Ana Vulic (Musée national suisse, Prangins): Gamifier les savoirs pour favoriser l’accès à la culture ? Des exemples de création jeux de rôles en contexte muséal

11h30 Pause

11h45 Michael Groneberg (UNIL) – Ludisme et philosophie (titre à préciser)

12h30  Repas

14h Amrit Singh (Gymnase de La Cité) – Les mécaniques du jeu de rôle dans l’enseignement

14h45 Gregory Thonney (SCMS UNIL, Ars Ludendi) et Nicolas Schaffter (SCMS UNIL) : jeu de rôle et didactique – la médiation de l’UNIL à coups de dés 

15h30 Rémi Schaffter (HEP) – titre à préciser

16h15 Clôture du colloque

19h30 Repas de clôture

Argumentaire

Le jeu de rôle fait partie intégrante des domaines d’intérêt de la recherche depuis très longtemps, en particulier dans les domaines de la psychologie, de la pédagogie et de la communication. Dans le monde plus feutré de la critique et de la théorie littéraires, les spécialistes de la fiction n’ont pourtant pas manqué de saisir les rapports entre activités littéraire et ludique, que la perspective adoptée soit d’ordre sémiotique (Eco), psychanalytique (Picard), esthétique (Schaeffer), sociologique (Caïra) ou encore narratologique (Ryan, Baroni, Lavocat). La formule de cette dernière, pour qui les jeux sont « des opérateurs de transfictionnalité » (Lavocat 2016 : 335) signale également de plus récents enjeux, et l’ouverture de la perspective à la théorie des textes possibles (de Charles à Escola), ou encore aux travaux de Saint-Gelais sur la transfictionnalité. Plus spécifiquement, on retiendra que la « formule d’engagement dans la fiction propre au jeu de rôle sur table » (Caïra, 2007 : 10) implique de penser créativité et interactivité comme une dynamique, dont le caractère collectif appelle la question de la transmission. On évoquera également la possible identification du jeu de rôle à un dispositif littéraire, pensé par C. David via des notions telles que la « disruption du bloc fictionnel » (2016 : 2) ou le « processus de dé-réification » (2016 : 9) du littéraire.

Si les liens théoriques sont avérés entre d’une part le jeu et la littérature, d’autre part jeu de rôle et développement(s) cognitif(s), et malgré la composante pragmatique adoptée par les études ludiques, on manque encore d’avoir pleinement pris la mesure de ce que le jeu de rôle, en tant qu’expérience collective, pouvait imprimer à la transmission du savoir, littéraire en particulier. À une heure où les études littéraires, faute d’avoir réinventé leur objet dans l’imaginaire social contemporain, peinent à retrouver un ancrage dans les pratiques culturelles et pédagogiques du XXIe siècle, il est grand temps de les ouvrir à des modes de lecture et de prise en charge. Il s’agit plus que jamais de remettre en question les caractéristiques supposées de la littérature comme  texte écrit (à fonction de communication différée), objet fini (soumis à une clôture documentaire ou historique), traité par des lecteurs singuliers et privés.

S’agissant d’apprécier sa pertinence dans le cadre d’un processus de transmission, il est également nécessaire de soumettre cette expérience littéraire propre au jeu de rôle au travail des didacticiens. Ceux-ci, à la suite par exemple de Y. Chevallard, pensent depuis longtemps la transmission sous l’angle de la « transposition didactique », en remettant en question la nature des savoirs, selon qu’on leur confère le rôle figé d’un « savoir savant » ou d’un « savoir à enseigner » (Chevallard, 1985). Que l’on évoque la « co-construction de l’interprétation » (Battistini 2011 : 143-5), ou plus généralement que l’on mette l’accent sur le « sujet-lecteur » (Louichon, 2016) et les avatars multiples de ses « transformations » (Rouxel 2004 : 146), il y a fort à parier que de telles recherches s’adapteraient fort bien à une réflexion portant sur la nature des savoirs véhiculés par le jeu de rôle, les canaux et les dynamiques à l’œuvre ainsi que les enjeux sociaux qui découlent d’un tel partage expérimental.

Bien plus, on pourrait postuler que le jeu de rôle, dans ses dynamiques collectives de gestion du savoir, présente tous les avantages d’un laboratoire créatif et pédagogique (au même titre par exemple qu’un atelier d’écriture). La situation d’un meneur de jeu face à (ou en compagnie de) ses joueurs laisse envisager que « l’asymétrie des connaissances » (Caïra, 2007 : 16) qui caractérise ordinairement aussi bien la situation meneur-joueur que la situation maître-élève n’existe pas dans les mêmes termes. Le déficit de savoir ne portant que sur le scénario d’une partie, mais pas sur la partie elle-même, ni sur les règles du jeu, ni sur la latitude des personnages à accomplir des actions, la construction et la manipulation des savoirs apparaît comme remarquablement égalitaire. La circulation de la parole n’est pas à sens unique ; la situation rôlistique est peut-être celle où s’égalisent « le savoir de l’ignorant et l’ignorance du maître » (Rancière, 1987 : 20) et où le sens de sujet-lecteur s’approfondit et s’actualise, en un sujet intellectuel, voire en un sujet politique (ibid., 54).

Concernant « la littérature », on évitera évidemment de la réduire à l’acception traditionnelle d’un champ codéfini par les instances de l’écrivain, de l’œuvre et du lecteur, ou de lui assigner le corpus consensuel dans lequel ce champ l’enferme encore trop fréquemment. En termes de corpus, le cadre rôlistique privilégie les genres ordinairement associés à la paralittérature (heroic-fantasy, SF, fantastique, etc.) mais ne s’y réduit pas. Dans une perspective de transposition des pratiques de lecture, il serait souhaitable de penser le littéraire à travers un empan qui serait le plus large possible : en le pensant sous l’angle de la fiction ; en ne négligeant ni le roman historique, ni la littérature de jeunesse, ni le roman graphique et la bande dessinée, ni les littératures de grande consommation assujetties à des franchises commerciales ; ni même ce parent pauvre des pratiques ludiques transfictionnelles qu’est la littérature patrimoniale classique. À travers ce prisme, on pourra chercher à identifier ce qui constitue le ou plutôt les savoirs (langagiers, historiques, scientifiques, génériques…) associés à l’expérience rôlistique-littéraire ; ce qui les différencie ou les associe à un patrimoine culturel ; ce qui les rattache ou non à un langage commun ; ce qui témoigne de pratiques d’écriture et de lecture émancipés des circuits ordinaires entre auteurs, éditeurs et lecteurs lettrés.

On n’oubliera pas non plus, dans le catalogue des disciplines que la question serait susceptible d’intéresser, la littérature médiévale, à deux titres au moins : premièrement selon l’imaginaire de réception qu’elle convoque, imaginaire central pour une culture rôlistique historiquement tributaire de l’univers médiéval-fantastique. Deuxièmement selon une perspective plus socio-historique, dans la mesure où les pratiques de lecture du Moyen Âge se révèlent comme des actes sociaux, performatifs, voire interactifs et où le dispositif fictionnel présente une dimension sociale et collective (Bouchet, 2008) proche des systèmes ludiques qui nous intéressent.

En somme, on pourrait résumer les enjeux de ce projet en deux grandes questions, soumises à plusieurs adverbes interrogatifs :

Comment, quand, pourquoi et où 

– un jeu de rôle peut-il être transposé en une activité de lecture littéraire ?

– une œuvre littéraire peut-elle faire l’objet d’une transposition ludique sous forme de jeu de rôle ?

Par le biais de ce double questionnement, un avantage se profile, par lequel la littérature n’est plus perçue comme fondamentale ou primaire par rapport à l’usage ludique et transmédial qui en est fait, puisque c’est lui, aussi, qui la renouvelle, la maintient comme une pratique, l’invente.

Bibliographie 

Baroni, R., La tension narrative, Paris, Seuil, 2007.

Baroni, R., Les rouages de l’intrigue, Genève, Slatkine, 2017.

Battistini, C., « Co-construction d’interprétation : un dispositif favorisant la lecture littéraire ? » in Goigoux & Pollet, Didactiques de la lecture, de la maternelle à l’université, Namur, P. U. Namur, 2011, p. 141-156.

Besson, A., Constellations. Les mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS, 2015.

Bombayl, R., et al., Jouer des parties de jeu de rôle, Saint-Orens-de-Gameville, Lapin Marteau, 2017.

Bouchet, F., Le Discours sur la lecture en France aux xive et xve siècles : pratiquepoétiqueimaginaire, Paris, Champion, 2008.

Caïra, O., Définir la fiction : du roman au jeu d’échecs, Paris, EHESS, 2011.

Caïra, O., « Théorie de la fiction et esthétique des jeux », Sciences du jeu n°6, 2016 (en ligne)

Caïra, O., Les forges de la fiction, Paris, CNRS, 2007.

Charles, M., Introduction à l’étude des textes, Paris, Seuil, 1995.

Chevallard, Y., La transposition didactique. Du savoir savant au savoir enseigné, Grenoble, La pensée sauvage, 1985.

David, C., Jeux de rôle sur table : l’intercréativité de la fiction littéraire, thèse de doctorat, U. Paris XIII.

David. C., « Le jeu de rôle sur table : une forme littéraire intercréative de la fiction ? », Sciences du jeu n°6, 2016 (en ligne).

Detering, S. & Zagal, J., Role-Playing Game Studies : Transmedia Foundations, Londres, Routledge, 2018

Eco, U., Lector in fabula, Paris, Grasset, 1985 [1979]

Escola, M., Théorie des textes possibles, Amsterdam, Rodopi, 2012.

Fine, G. A., Shared Fantasy. Role-Playing Games as Social Worlds, Chicago, Chicago U. Press, 1983.

Lavocat, F., Fait et fiction, Paris, Seuil, 2016.

Lépinard, P. & Vaquiéri, J., « Le jeu de rôle sur table dans l’enseignement supérieur », 3e colloque international Game Evolution, Créteil, 2019.

Louichon, B., « Dix ans de “sujet lecteur” », Recherchers textuelles n°14, 2016, p. 389-403.

Mackay, D., The Fantasy Role-Playing Game – A New Performing Art, Jefferson, McFarland, 2001.

Martin, C., « Role Playing in Children’s Literature. Zilpha Keatley Snyder and The Egypt Game », American Journal of Play 10, n°2, 2018, p. 208-228.

Mucchielli, A., Les jeux de rôles, Paris, PUF, 1990.

Picard, M., La lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986

Rancière, J., Le maître ignorant, Paris, Fayard, 1987.

Rouxel, A., « Autobiographie de lecteur et identité littéraire » in Rouxel & Langlade, Le sujet lecteur, Rennes, PUR, 2004, p. 137-152

Ryan, M.-L., Narrative across Media : the Languages of Storytelling, Lincoln, U. of Nebraska Press, 2004.

Ryan, M.-L., Narrative as Virtual Reality : Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins U.P., 2001.

Schaeffer, J.-M., Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999.

Saint-Gelais, R., Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011.

Saint-Gelais, R. et Audet, R. (dirs.), La fiction, suite et variantes, Québec, Nota Bene, 2007.

Trémel, l., Jeux de rôles, jeux vidéo, multimédia – les faiseurs de monde, Paris, PUF, 2001.

Zagal, J. P. et Detering, S. (eds.), Role Playing game Studies : a Transmedia Approach, New York, Routledge, 2018.

Zagal, J. P. Ludoliteracy. Defining, Understanding, and Supporting Games Education, ETC Press, 2011.

Appel à contribution : Du texte à l’écran

Call for papers: From text to screen

Intercâmbio nº 13, 2º série – 2020

Adaptation et transposition des œuvres littéraires d’expression française vers d’autres médias

Appel

La transposition des œuvres littéraires – notamment d’expression française – dans de nouveaux supports a gagné depuis les années 1980 un nouvel éclairage théorique et critique à la faveur de l’émergence de l’approche intermédiale, laquelle fait converger l’interaction des différents médias mobilisés dans l’élaboration et réélaboration d’une œuvre (Müller, 2000). En effet, l’étude des transpositions artistiques engage, au-delà de la simple adaptation, des phénomènes intermédiaux complexes de combinaison et de référence qui dépassent et enrichissent la perspective intertextuelle qui avait précédemment marqué les études littéraires (Rajewsky, 2005).   

Le cadre de l’intermédialité permet, en effet, de mettre en exergue l’étude de certaines formes médiatiques installées ou émergentes (Gaudreault & Marion, 2004) dans le domaine artistique, telles que le cinéma, la télévision, la web-série, les bandes-annonces, l’album numérique, les micro-récits publicitaires, voire le roman graphique ou certaines manifestations théâtrales de rue, etc., susceptibles de tisser des rapports intersémiotiques complexes avec le texte littéraire original dans son format et support conventionnel.  

Qui plus est, la concurrence de médias et de supports de reproduction de la réalité, techniquement plus performants et immédiats (audiovisuel, numérique, 3D, virtuel), lesquels misent souvent explicitement sur un rendu hyper-réel (Baudrillard, 1997), notamment par le biais d’effets spéciaux, du recours à la téléréalité ou encore à la fidélisation sérielle sur plate-forme digitale, n’est certainement pas venue évacuer, mais a en tous cas fini par relativiser et problématiser le rôle et la part du texte littéraire dans la représentation, en procurant un accès compétitif et immédiat au réel.

 Si l’adaptation permet souvent de « rentabiliser » commercialement un écrit, elle le fait surtout (re)vivre, et lui procure une portée nouvelle et inattendue. Elle est en elle-même artistique en ce qu’elle requiert un processus et une maîtrise doubles : appréhender l’œuvre littéraire dont elle s’inspire, tout comme la forme médiatique propre, avec sa dynamique spécifique, qu’elle assume du film à l’opéra rock en passant par la bande dessinée.

Aussi, la transposition intermédiale de l’œuvre littéraire devient-elle toujours quelque part réécriture différée, avec risque de mésinterprétation, voire de réaction conflictuelle de l’auteur (et du spectateur) de l’œuvre originale avec l’adaptation, d’autant plus que l’adaptation dans d’autres médias et supports contraint à l’adoption de nouveaux codes dans un format narratif parfois aux règles distinctes. Toutefois, adapter à, ou transposer vers un autre médium finit également par montrer un autre versant de l’actualité et de la contemporanéité de l’œuvre ; non pas un déjà lu, mais un inaperçu, ou un impensé du texte littéraire original.

Aussi, l’adaptation permet-elle l’adhésion de nouveaux lecteurs, ou des lecteurs renouvelés dans leur pratique lectrice, dans un contexte marqué par la supériorité et de l’ubiquité technologiques audiovisuelles et numériques, mais aussi, quelque part, par le rapport renouvelé et éminemment « relationnel » que la fiction noue avec le réel et les       « objets thématiques » (Viart, 2019).

Il importera donc de se pencher sur les questions multiples suscitées aujourd’hui par l’adaptation, et son impact, des œuvres littéraires d’expression française, plus spécifiquement impliquant des corpus moins étudiés, moins investis, plus ou moins récents, mais encore retenus pour cette approche intermédiale, à partir des axes d’approche suivants :

  • Adaptation : impact sur l’œuvre ;
  • Adaptation : impact sur la (re)lecture ;
  • Adaptation : impact sur le récit, les codes et la transposition du réel ;
  • Adaptation et concurrence / coexistence de médias.

Modalités

Nous vous prions de bien vouloir nous faire parvenir vos propositions (250 mots maximum) accompagnées d’une brève notice biobibliographique (10 lignes maximum) jusqu’au 15 juillet 2020 au courriel suivant intercambio@letras.up.pt

Les propositions retenues feront l’objet d’un envoi de l’article définitif jusqu’au 31 octobre 2020 dans le cadre de consignes et d’un protocole de rédaction que nous vous transmettrons, à observer scrupuleusement en cas de réponse positive du comité scientifique.

Langues de rédaction : français et portugais.

Éditeurs du nº 13 :

Ana Paula Coutinho, Maria de Fátima Outeirinho et José Domingues de Almeida

Directeur de la revue : José Domingues de Almeida

NB : une rubrique Autres papiers accueille des articles inédits touchant les Études Françaises et Francophones en dehors de la thématique proposée dans ce numéro précis.

Événement : Le personnage romanesque au miroir du lecteur

Event: The fictional character in the reader’s mirror

Procédés et formes de l’identification

Université de Poitiers

Colloque du FoReLLIS B2 organisé par Émile Pézard et Antonia Zagamé

Programme

Jeudi 2 avril

10h Accueil des participants

10h15 Introduction par Émilie Pézard et Antonia Zagamé

Session 1 : Théories de l’identification

10h30 Françoise Lavocat : Identification et empathie: rivalité ou complémentarité ?

11h  Vincent Jouve : L’identification et les jeux du désir

11h30  discussions

11h45  pause

12h  Véronique Larrivé : Mécanismes de l’empathie fictionnelle et rôle du lisart dans la lecture de romans

12h30  Étienne Boilliet : L’identification au personnage : un processus typiquement fictionnel ? 

13h discussions

13h15 déjeuner

Session 2 : De l’Antiquité au xviiie siècle

14h45  Michel Briand : Pour une généalogie de l’identification romanesque : jeux de catharsis et d’empathie dans le roman grec ancien

15h15  Yen-Maï Tran-Gervat : Retour sur la « folie par identification romanesque » aux siècles classiques

15h45  discussions

16h  pause

16h15  Côme de la Bouillerie : « Caton galant, et Brutus dameret » : le métissage du désir dans le roman héroïque au XVIIe siècle

16h45  Stéphane Pouyaud :Parodie et identification : de la rupture de l’immersion fictionnelle à la suspension volontaire de l’incrédulité   

17h15  discussions

17h30  fin de la journée

Vendredi 3 avril

Session 3 : xixe siècle

9h15 Accueil des participants

9h30 Brigitte Diaz : George Sand vue par ses lecteurs : un personnage très romanesque 

10h Marie Parmentier : Devenir une femme de trente ans en lisant Balzac : l’identification à un type ?

10h30  discussions

10h45  pause

11h  Anna Hanotte-Zawiślak : Premières impressions dans le procédé d’identification au personnage romanesque

11h30  Alexandra Delattre :Une vertu qu’il faut imiter ? Réflexions sur le statut politique de l’identification chez le personnage féminin au XIXe siècle

12h  discussions

12h30  déjeuner

Session 4 : xxe-xxie siècles

14h15  Anne Strasser : La réception du personnage autobiographique

15h  discussions

15h15  pause

15h30  Eric Hoppenot : Le critique déguisé en personnage. Sur la méthode Bayard

16h  Alix Mary : Ecrivains imaginaires et lecteurs authentiques, le petit théâtre de Jean-Benoît Puech

16h30  discussions

16h45  fin de la journée

Parution : Small Stories

Publication: Small Stories

Un nouveau paradigme pour les recherches sur le récit

Sous la direction de Sylvie Patron

Le concept de small stories a été introduit dans la discussion scientifique par Michael Bamberg et Alexandra Georgakopoulou. Il désigne « un ensemble d’activités narratives sous-représentées, comme les récits d’événements en cours, d’événements futurs et hypothétiques, d’événements partagés (connus), mais aussi les allusions à des récits, les récits différés ou encore les refus de raconter ». Le but de la small stories research est de déplacer l’attention, auparavant centrée sur les récits de soi, récits longs, pris en charge par un narrateur unique, consacrés à des événements passés non partagés, vers les récits courts et fragmentés que l’on trouve dans les environnements interactionnels de tous les jours.

Cet ouvrage vise à présenter au public français les principaux développements de la small stories research et à encourager la collaboration entre les chercheurs français et anglo-saxons, de même qu’entre les chercheurs de différentes disciplines.

320 pages – 152 x 229 cm
30 € ISBN : 9791037002877 (Edition brochée)

Événement : Les Imaginales

Event: Les Imaginales

14-17 mai 2020

Fondé en 2002, le festival Imaginales est l’un des premiers salons internationaux de littérature d’imaginaire.

Gratuit et ouvert à tout public, il est organisé chaque année à la fin du mois de mai dans le parc du Cours à Épinal.

Quatre jours durant, plus d’une centaine d’invités venant de divers horizons (France, Europe, États-Unis, etc.), écrivains ou artistes, auteurs de fantasy, science-fiction, fantastique, romans historiques, contes et légendes, partagent leur passion avec un public chaque année plus nombreux.

Plus de 40 000 visiteurs sont ainsi venus en 2019 se plonger dans ces mondes imaginaires, entre expositions, conférences, cafés littéraires et animations insolites, dans un parc ombragé, bordé par les courbes de la Moselle.

C’est tout naturellement que le festival a trouvé sa place dans une ville, Épinal, dédiée depuis toujours à la culture et à l’image.

Pour plus d’information : https://www.imaginales.fr/le-festival/decouvrir-le-festival/