Archives de catégorie : Actualité/ News

Séminaire SIRFF “Degrees of Fictionality”

Research Seminar on Degrees of Fictionality

University of Chicago Center in Paris
6, rue Thomas Mann, 75013 Paris
June 4-7, 2024


Tuesday June 4
9:30 a.m. CET Opening remarks: Alison James, Akihiro Kubo, Françoise Lavocat
10:00 a.m. Stacie Friend, University of Edinburgh
“Dimensions of Fictionality”
12:00 p.m. Lunch (on site)
2:00 p.m. Marie-Laure Ryan, independent scholar
“Gradual or Binary? Folk theories vs. Formal Theories of Fictionality”
Wednesday June 5
10:00 a.m. Monika Fludernik, University of Freiburg
“Graded Fictionality: Degrees of Non-Factuality and Hybridizations”
12:00 p.m. Lunch (on site)
2:00 p.m. Kohei Takahashi, Doshisha Women’s College of Liberal Arts
“Factors Influencing the Degree of Fiction’s Influence on Beliefs”


Thursday June 6
10:00 a.m. Françoise Lavocat, Université Sorbonne Nouvelle and IUF
“The Border between Fact and Fiction: Contemporary Challenges”
12:00 p.m. Lunch (on site)
2:00 p.m. Matthieu Letourneux, Université Paris Nanterre
“‘Non ce n’est pas un roman’: Factual Articles and Fictional Models in the Popular Press”


Friday June 7
10:00 a.m. Simona Zetterberg-Nielsen, Aarhus University
“Degrees of Fictionality in the Rise of Fiction.”
12:00 p.m. Lunch (on site)
2:00 p.m. Discussion and Conclusions – all participants


Abstracts


Stacie Friend, “Dimensions of Fictionality”
Properties that come in degrees are scalar properties which can be measured along a single dimension. Proponents of the idea that fictionality is such a property typically (though not always) contrast it with ‘factuality’, so that a representation that departs more from real-world facts is ‘more fictional/less factual’ whereas one that stays closer to those facts is ‘less fictional/more factual’. There is no doubt that the term ‘fictional’ can be used in this way; but I argue that this usage sheds little light on how works (texts, films, etc.) should be classified as fiction or non-fiction. This is because classification as fiction or non-fiction turns on multiple dimensions of a work, rather than a single value. In this paper I consider what these dimensions are, and argue that ‘borderline’ cases are better explained by the multi-dimensional approach than by taking fictionality to come in degrees.
Marie-Laure Ryan, “Gradual or Binary? Folk theories vs. Formal Theories of Fictionality”
This presentation begins by examining a number of narratives that combine facts and fiction in ways that challenge the conventions of culturally established genres: fictions that consist wholly or mostly of facts, and factual narratives that contain non-verified information. Folk (intuitive) theories of fiction account for such phenomena by regarding fictionality as a gradual concept, yet most formal theories are binary. One exception is the rhetorical theory of fictionality, proposed by Nielsen, Phelan and Walsh (2015), which distinguishes a global level of fictionality from a local level, so that texts can be more or less fictional on the local level depending on their combination of fact and fiction. I contrast the rhetorical theory with a world-based theory that associates fictionality with imaginary worlds, and regards all the statements of a fictional text as contributing to the construction of this world, rather than segregating fictional from nonfictional statements. I also compare how each theory conceives the communicative purpose of fiction: expressing messages about the real world for the rhetorical theory, creating fictional worlds for the sake of the pleasure we take in the act of imagining them for the world-based theory.
Monika Fludernik, “Graded Fictionality: Degrees of Non-Factuality and Hybridizations”
Starting out from Gerald Prince’s distinction between narrativehood and narrativity, the latter a graded concept, this paper will discuss the question of whether fictionality has to be an either/or or a graded concept from a narratological perspective. It will start by reconsidering the fact vs. fiction divide, especially in the light of the oppositions of non-fiction and non-factual. Another aspect to discuss will be the distinction between fictionality and fictivity (a typically German(ic) differentiation). I will then go on to analyze situations in which fact and fiction are mixed (key concept: hybridity) and proceed to discuss possible instances of grading fictionality under the titles of undecidability and refunctionalization. Given the fact that I espouse Françoise Lavocat’s institutional definition of fictionality, any grading will ultimately be a social process rather than a textual one.
Kohei Takahashi, “Factors Influencing the Degree of Fiction’s Influence on Beliefs”
Reading fictional works can alter readers’ beliefs about the real world, particularly concerning facts, values, and norms. This paper introduces the concept of the Degree of Fiction’s Influence on Beliefs (DFIB), which represents the extent to which fictional works can transform readers’
beliefs about reality. Our goal is to lay the theoretical groundwork for further research on DFIB, enhancing our understanding of how fictional literature influences readers’ perceptions of reality.
Currie (2020) examines the mechanisms through which fiction affects readers’ beliefs, exploring how readers form new beliefs about the real world from fiction, even when they cannot be certain that the fiction asserts anything about the real world. Currie identifies factors including “the author’s reliability,” “genre,” “narrative value,” and “the availability heuristic.”
Expanding on Currie’s analysis, this study suggests additional factors such as paratexts, reading motivation, and interpretive practices. We organize these factors into four categories: text-related, author-related, reader-related, and context-related. Text-related factors cover semantic, syntactic, and pragmatic elements, while author-related factors involve the author’s perceived trustworthiness and background. Reader-related factors include knowledge, immersion, and cognitive biases, while context-related factors account for the cultural, historical, and social contexts surrounding the work, along with its critical reception and public discourse.
This study aims to provide a comprehensive framework for investigating the factors that influence DFIB, contributing to a deeper understanding of the complex relationship between fictional literature and readers’ beliefs about reality.
Currie, G. (2020). Imagining and Knowing: The Shape of Fiction. Oxford University Press.
Françoise Lavocat, “The Border between Fact and Fiction: Contemporary Challenges”
In this paper, I propose to examine the question of degrees of fictionality in the light of the question of fake news and conspiracy sayings. This is not a simple question, because fiction and lies have long been linked. If we were to exclude from the realm of fictionality fiction whose paratext is misleading (which is, as Nicholas Paige has shown, the case of all French fiction up to the end of the eighteenth century), the field of fictional works would be drastically reduced to the last two centuries, which is unacceptable. Following this observation, I propose to examine the extent to which degrees of fictionality can be admitted, and I come to the conclusion that they can only be envisaged in the case of hybrid works. I also show that these degrees are impossible to formalise, while proposing an attempt at categorisation. Finally, I exclude fake news and conspiratorial discourse from the realm of fiction, showing that this can only be done by means of internal signposts of fictionality.
Matthieu Letourneux, “ ‘Non ce n’est pas un roman’: Factual Articles and Fictional Models in the Popular Press”
This presentation will consider a wide range of popular periodicals (tabloids, news publications, erotica and the popular press) that play with the intertexts of fiction—and sometimes propose ambiguous devices—to promote a sensational (i.e., aesthetic) reading of what are presented as factual texts.
Simona Zetterberg-Nielsen, “Degrees of Fictionality in the Rise of Fiction”
Two competing views on the history of fiction dominate the scholarly domain: One strand argues that a radical change in the history of literature gave birth to the novel around the 18th century; and another contends that the history of prose fiction stretches all the way back to the ancient or medieval times. In recent years, the opposition between the positions has been foregrounded by a disagreement regarding fictionality. In her article “The Rise of Fictionality” (2006) Catherine Gallagher argues that fictionality changed so dramatically in the 18th century that it came to form the novel as a new genre. Theorists such as Monika Fludernik (2018), Julie
Orlemanski (2019), Michelle Karnes (2020) and Benedict S. Robinson (2024) among others have, however, opposed Gallagher’s thesis by providing evidence that fictionality predates the 18th century. In my paper, I am going to suggest that a reconceptualization and separation of fictionality as a rhetorical strategy and fiction as a genre provides a new framework for outlining the history of fiction. My suggestion is that fictionality has a long history while fiction as a genre is a relatively new invention. From this outset, I contend that whereas fiction is a question of either-or, we might think of fictionality in terms of degrees. Whereas it is possible to locate the historical moments in which fiction was solidified as a genre, fictionality has a developmental history which both precedes and surpasses the novel. I am going to suggest that we may profitably think of a history of fiction and a history of fictionality, separately and that this lends us a perspective in which we witness an increasing degree of fictionality in the novel throughout the 18th century, even beyond the establishment of fiction as a genre

Colloque “Fiction et Sciences sociales” (Montpellier)

Colloque international, 16 & 17 mai 2024, Site Saint Charles de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Montpellier

Argument : « Nous souhaitons à travers ce colloque créer un espace de discussion – une « communauté de langage » – autour de la fiction et de ses liens possibles avec l’anthropologie, et plus généralement avec les sciences sociales. La thématique n’est pas nouvelle puisqu’en 2014, un colloque a déjà eu lieu à l’université Paris 1 intitulé « Fiction et sciences sociales. Bonnes et mauvaises fréquentations. » Il avait été question des rapports de concurrence, de collaboration et de complémentarité entre la fiction et les sciences sociales. Le colloque que nous organisons sera l’occasion d’une part, de prolonger ces réflexions entamées en 2014 et d’autre part de les déborder afin de penser certains usages plus récents de la fiction en sciences sociales, notamment à travers celui de « l’enquête fictionnelle ». »

Jeudi 16 mai 2024

13h – ACCUEIL PARTICIPANTS
Ouverture officielle
Directrice Pôle de Recherche Sciences Sociales – Irena GORGESCU Laboratoires organisateurs :
Yann BELDAME & Éric PERERA (SantESiH), Jérôme SOLDANI (SENS), Pierre PHILIPPE-MEDEN (RiRRa21), Godefroy LANSADE (CRISES)

A- 1 : ENQUÊTE FICTIONNELLE (PARTIE 1)

  • Bernard TRAIMOND. La fiction dans l’atelier de l’anthropologue. La dissolution des différences
  • Danielle PASCAL-CASA. Le décentrement des récits
  • Yann RAMIREZ. La dystopie : une anthropologie consciente ou désespérée

15h10 – PAUSE CAFÉ

A- 2 : ENQUÊTE FICTIONNELLE (PARTIE 2)

  • Océane PERONA. Romancer sa thèse : d’une enquête sur la police de viols au roman policier
  • Alexandre DUBUIS. Quand la fiction rend la réalité communicable et anonyme : Usage et traitement de la fiction dans les recherches sociologiques sur la brûlure grave
  • Lucie ANGHEBEN & Eva RAYNAL. « Tu ne seras pas sauvé » : l’écriture de fiction comme contre-enquête et appel à la réflexion sur les tragédies maritimes contemporaines

16h45 – PAUSE CAFÉ

A- 3 : IMAGES ET SHS : INTERACTIONS RÉCIPROQUES

  • Yves LABERGE. Anthropologie des médias, lectures des imaginaires sociaux : une même structure narrative dans la culture populaire ?
  • Camille PARRAU. Le cinéma asilaire, une contre-analyse de la société américaine
  • Michèle PEDEZERT. La métaphore cinématographique pour faire vivre l’expérience de terrain : quelles relations entre fiction et émotion dans le récit littéraire

Vendredi 17 mai 2024

8h – ACCUEIL PARTICIPANTS

A- 4 : ANTHROPOLOGIE ET FICTION LITTÉRAIRE

  • Mohamed OULOUHDOCH. La question migratoire entre création fictionnelle et analyse sociocriitique dans Btina, Sous le ciel de Séoul de JMG le Glézio
  • Antoine MARSAC. Les lieux de l’auto-fiction d’Annie Ernaux : après toutes Les Années
  • Mara Magda MAFTEI. Littérature contemporaine et anthropologie (politique, prospective)
  • Erika MARTELLI. De Michel Leiris à Emmanuel Carrière : ethnologie du Soi et non fiction

10H10 – PAUSE CAFÉ

A- 5 : FICTIONNALISER L’ENQUÊTE

  • Thomas ALAM & Nicolas BUE. La BD vulgarise t-elle les sciences sociales ?
  • Frédéric DEBOMY & Lilian MATHIEU. La bande dessinée Prostitutions ou le récit graphique d’une réalité sociologique plurielle
  • Noémie REGNAUT. Heroes 2, une enquête théâtrale sur la crise écologique
  • Kassia ALEKSIC. D’une thèse en anthropologie vers une création théâtrale

12h10 – BUFFET

A- 6 : MISE EN SCÈNE DES SCIENCES SOCIALES

  • Arianna Berenice DE SANCTIS. Fictionnaliser l’expérience anthropologique par la mise en scène La vie réinventée de Kirsten Hastrup dans Talabot
  • Jean Marc LEMONNIER, Pierre PHILIPPE-MEDEN & Laurent BERGER. Le biographe dramaturge en sciences humaines et sociales
  • Camille RICAUD. Fiction et fake news en management : caractéristiques, rôles et effets de la circulation d’une fiction de terrain

15H40 – PAUSE CAFÉ

A- 7 : L’ATELIER DE LA FICTION

  • Jonathan BRESSON. La méthode épistolaire, confronter la fiction par le récit ethnographique sensible
  • Lucien DERAINNE. Fictions d’objectivité et méthodologie des sciences humaines
  • Khaoula CHELLOUAI & Lobna RAISSI-DJEFFARI. La mise en récit de l’histoire entre fait et fiction

Seminario permanente di Narratologia

Paris, Maison de la Recherche 4, rue des Irlandais.
20-22 avril 2023.

Vingt ans après le congrès parisien qui a été à l’origine d’un véritable changement de paradigme dans les études narratologiques consacrées à la métalepse, le Seminario permanente di Narratologia, qui en est désormais à sa cinquième édition, souhaite prolonger davantage les réflexions en la matière, en accordant une importance particulière au rapport que la métalepse peut entretenir avec la fictionnalité, ainsi qu’aux enjeux de ce procédé en termes de « poétique historique » et d’interaction avec les lecteurs. Certains des plus grands spécialistes européens de la métalepse échangeront à cette occasion au sujet des approches théoriques les plus récentes, afin de tester la pertinence des catégories esthétiques et interprétatives actuellement employées, mais aussi pour développer de nouvelles pistes, notamment à partir d’un éventail d’études de cas. Encore plus que dans les précédentes éditions du Séminaire, il s’agira de franchir le périmètre des études littéraires à proprement parler, dans le but de privilégier la perspective intermédiale, et d’inclure dans le champ d’analyse des objets aussi variés que la BD et les jeux-vidéos.

Y a-t-il une fictionnalité japonaise ? – à propos de Fictionnalité et les romans (Hitsuji Shobo, 2022)

Lien Google Meet: meet.google.com/jsj-yven-uuy

Fictionnalité et les romans (Hitsuji Shobo, 2022) est un recueil d’articles co-édité par deux spécialistes de la littérature japonaise (Kohei Takahashi et Yoshiki Hidaka) et un spécialiste de la littérature française (Akihiro Kubo). Le volume est composé de trois parties : 1) quatre chapitres qui présentent les enjeux actuels des théories de la fiction et des particularités de la littérature japonaise à cet égard ; 2) quatorze articles dont chacun constitue une étude de cas  : les écrivains reconnus qui vont de Mori Ogai à Ogawa Yoko en passant par Tanizaki Junichiro ou Murakami Haruki, mais aussi les auteurs peu connus comme Tachibana Sotoo ou Oizumi Kokuseki sont analysés à l’appui de la théorie de la fiction ; 3) une bibliographie détaillée qui regroupe des travaux importants de la théorie de la fiction – y compris les ouvrages des théoriciens japonais – selon l’ordre chronologique. Le livre a donc double objectif. Il se veut à la fois une introduction de la théorie de la fiction dont l’importance n’est pas largement connue au public japonais et un apport pour le comparatisme. Y a-t-il une fictionnalité japonaise ? – le volume essaie d’apporter une réponse à cette question.

Characters without names: the anonymous and the crowds

Proposal for an open group session at the XXIII ICLA Congress,

Tbilisi, Georgia, July 24-29, 2022

Charlotte Krauss, Université de Poitiers, charlotte.krauss@univ-poitiers.fr 

Françoise Lavocat, Université de la Sorbonne nouvelle, francoise.lavocat@sorbonne-nouvelle.fr

With the support of the ISFFS-SIRFF (https://fiction.hypotheses.org) and the Institut Universitaire de France

            This group session proposes to focus on those who, in fictional works, generally attract the least attention: the anonymous and the crowds. 

            The nameless characters are sometimes illustrious, like the protagonist of The little Prince, or Frankenstein’s creature (which is often called by the name of its inventor, a significant confusion). There are also genres, such as fairy tales, where the characters seem to need no name. In some periods and cultural areas, ancient Japan for example, high-ranking characters are most often called only by their titles (as in the Genji monogatari). But in the realist novel as well as in the theater, especially in the 19th century, it is mostly the servants, the peasants and the poor people who are deprived of a name or referred to by a first name only. Does the absence of a name then assign a secondary role to a character, or even almost no role at all? What effect does the deprivation of a name (or its reduction to an initial) have on a main character, such as Ah Q, in Lu Xun’s The True Story of Ah Q (1921), or K in Kafka’s The Trial (1925)? 

            As for crowds of anonymous people, we meet them in streets and department stores, at parties and balls, at the occasion of wars and revolutions. In European literature, it is the consideration of people as the constituents of nations since the beginning of the 19th century that has led to the representation of popular masses in literature and the assignment of an active role to the Forgotten in History. Thus, the Moscow crowd that “keeps silent” at the end of Alexander Pushkin’s Boris Godunov (1831) accepts the crimes of the state and bears a share of the blame. The bourgeois fear of “barbarians in the midst of society” is found in descriptions of uncontrollable and destructive masses, for example in the description of frenzied crowds in the naturalistic novel. Parallel to the emergence of film, early twentieth-century literature depicts crowds in accounts of city life under the banner of progress and comfort; socialist realism, meanwhile, focuses on masses of workers – but even joyful crowds struggle to stand out in the background, and the narrative often tends to follow a few select characters who are given a name. This struggle for an active role for the anonymous crowds might be one of the questions to ask in this group session. Similarly, it might be interesting to look at the differences across media type (novels, theater, film, comics…), eras and cultures.  

            Here are some ideas for reflection, which are not exclusive: 

– Unnamed characters: what are the genres, periods and cultural areas where all or a significant proportion of characters are not given a name? What are the effects produced by this phenomenon?

– Naming, gender and social class: is naming reserved for the upper classes? Is there a difference between the way female and male characters are named? Peasants and city dwellers? Workers and bourgeois? Children and adults? 

– Representation of crowds: what are the occasions when a crowd appears? Are there authors, periods, genres that privilege them? What roles are they given? 

The languages of the session are French and English. Diachronic approaches, large corpora, and quantitative analyses are particularly welcome.

*

Les personnages sans nom : les anonymes et les foules

Proposition pour une session de groupe ouverte lors du XXIIIe congrès de l’AILC,

Tbilissi, Géorgie, 24-29 juillet 2022

Charlotte Krauss, Université de Poitiers, charlotte.krauss@univ-poitiers.fr

Françoise Lavocat, Université de la Sorbonne nouvelle, francoise.lavocat@sorbonne-nouvelle.fr

Avec le soutien de la SIRFF-ISFFS (https://fiction.hypotheses.org) et de l’Institut Universitaire de France

            Cette session de groupe propose de s’intéresser à ceux, qui, dans les œuvres fictionnelles, attirent généralement le moins d’attention : les foules et les anonymes. 

            Les personnages sans nom sont parfois illustres, comme « le petit prince », ou la créature de Frankenstein (qui est d’ailleurs souvent appelée par les lecteurs par le nom de son inventeur, confusion significative). Il est également des genres, comme les contes de fées, où les personnages semblent n’avoir pas besoin de nom. Dans certaines périodes et aires culturelles, le Japon ancien par exemple, les personnages de haut rang sont le plus souvent appelés uniquement par leurs titres (comme dans le Genji monogatari). Mais dans le roman réaliste comme au théâtre, notamment au XIXe siècle, ce sont surtout les serviteurs, les paysans, les pauvres gens qui en sont privés, ou doivent se contenter d’un prénom. L’absence de nom programme-t-il alors un rôle secondaire, ou même presque nul, dans l’action ? Quel effet produit la privation d’un nom (ou sa réduction à une initiale) pour un personnage principal, comme Ah Q, dans L’édifiante histoire d’Ah Q de Lu Xun (1921), ou K dans Le Procès de Kafka (1925) ? 

            Quant aux foules d’anonymes, on les rencontre dans les rues et les grands magasins, à l’occasion des fêtes et des bals, des guerres et des révolutions. Dans la littérature européenne, c’est la prise en compte du peuple comme constituant de la nation qui, depuis le début du XIXe siècle, mène à représenter les masses populaires et à donner un rôle actif aux oubliés de l’Histoire. Ainsi, la foule moscovite qui « se tait » à la fin de Boris Godounov (1831) d’Alexandre Pouchkine accepte les crimes d’Etat et se rend coupable. La peur bourgeoise des « barbares au milieu de la société » se retrouve dans des descriptions de masses incontrôlables et destructrices, par exemple dans la description de foules déchaînées dans les romans naturalistes. En parallèle à l’émergence du film, la littérature du début du XXe siècle représente les foules pour rendre compte d’une vie citadine sous le signe du progrès et du confort ; le réalisme socialiste s’intéressera quant à lui aux masses d’ouvriers – mais même joyeuses, les foules peinent à se détacher de l’arrière-plan et le récit tend souvent à suivre quelques personnages choisis qui reçoivent un nom. Cette lutte pour un rôle actif des foules anonymes pourra être l’une des questions à poser dans cette session de groupe. De même, il pourrait être intéressant de regarder les différences entre les médiums (roman, théâtre, film, bande dessinée…), les époques et les cultures.  

            Voici quelques pistes de réflexion, qui ne sont pas exhaustives : 

– Personnages sans nom : quels sont les genres, les époques et les aires culturelles où l’intégralité ou une proportion significative de personnages ne reçoivent pas de nom ? Quels sont les effets produits par ce phénomène ?

– Nomination, genre et classe sociale : la nomination est-elle réservée aux classes supérieures ? Y-a-t-il une différence entre la façon de nommer les personnages féminins et les personnages masculins ? les paysans et les citadins ? les ouvriers et les bourgeois ? les enfants et les adultes ? 

– Représentation de foules : quelles sont les occasions où apparait une foule ? Y-a-t-il des auteurs, des périodes, des genres qui les privilégient ? quels rôles leur fait-on jouer ? 

Les langues de la session sont le français et l’anglais. Les approches diachroniques, les corpus larges, les analyses quantitatives sont particulièrement bienvenues. 

Indicative bibliography / Bibliographie indicative

Drouet, Pascale et Françoise Dubor (dir.), La Foule au Théâtre, dossier des Cahiers FoReLLIS, Cahiers en ligne, 2015, https://cahiersforell.edel.univ-poitiers.fr:443/cahiersforell/index.php?id=327.

Goulemot, Jean Marie (dir.), « Foules », dossier de Littérature et Nation, n°1 de la 2e série, Université de Tours, 1990.

Lavocat, Françoise, « L’étude des populations fictives comme nouvel objet et le “style démographique” comme nouveau concept narratologique », https://www.fabula.org/atelier.php?Populations_fictives 24 septembre 2020. 

Moretti, Franco, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History, London New-York, 2005.

Parution : Fictionality, Factuality, and Reflexivity Across Discourses and Media

Concerned with the nature of the medium and the borders between fact and fiction, reflexivity was a ubiquitous feature of modernist and postmodernist literature and film. While in the wake of the post-postmodern “return to the real” cultural criticism has little time for discussions of reflexivity, it remains a key topic in narratology, as does fictionality. The latter is commonly defined opposition to the real and the factual, but remains conditioned by historical, cultural, discursive, and medium-related factors. Reflexivity blurs the boundaries between fact and fiction, however, by giving fiction a factual edge or by questioning the limits of factuality in non-fictional discourses. Fictionality, factuality, and reflexivity thus constitute a complex triangle of concepts, yet they are rarely considered together. This volume fills this gap by exploring the intricacies of their interactions and interdependence in philosophy, literature, film, and digital media, providing insights into a broad range of their manifestations from the ancient times to today, from East Asia through Europe to the Americas.

  • In collaboration with: Graham Priest and Richard Saint-Gelais
  • Edited by: Erika Fülöp

Volume 75. In the series Narratologiahttps://doi.org/10.1515/9783110722031

Parution : Fiction, mode d’emploi

Cet essai constitue une synthèse des textes de référence sur la fiction et une tentative de les prolonger. En exposant des thèses et des outils conceptuels qui lui sont propres, Étienne Boillet entend contrer les arguments relativistes ou « panfictionnalistes », selon lesquels il n’y aurait pas de différence essentielle entre fiction et non-fiction. Passant de la littérature au cinéma ou de la bande dessinée au jeu vidéo, il s’attache à dégager ce qu’il y a de spécifique et ce qu’il y a de commun entre textes et images, romans et témoignages, biopics et documentaires, fiction et reconstitution.

Collection : Hors collection (littérature)

Format : 14 x 20,5 cm
Nombre de pages : 350 p. 

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-7897-5

Disponibilité : en librairie
Prix : 25,00 €

Événément : Expériences de pensée

Event: Thought Experiments

Vendredi 2 avril, 9h30-17h30

L’événement est libre et gratuit, en ligne, en cliquant sur ce lien.

Programme :

Contacts :

Christine Baron (christine.baron@univ-poitiers.fr)

Charlotte Krauss (charlotte.krauss@univ-poitiers.fr)

Argumentaire :

La notion d’expérience de pensée, familière aux sciences, se décline de bien des manières en littérature ; qu’elle soit le fait d’un personnage de fiction ou que la pratique littéraire elle-même soit considérée comme une expérience de pensée. Cette journée d’études aura pour finalité de caractériser ce qu’on entend par expérience de pensée : un état provisoire, suscité en vue de résoudre un problème, une suspension du jugement, la création d’une fiction heuristique, ou encore l’émergence de ce qu’on appelle un « état intermédiaire de conscience ». S’il existe une tradition de l’analyse de l’expérience de pensée (notamment chez Musil), celle-ci peut être également réfléchie selon d’autres paradigmes, notamment en cinéma, en bande dessinée ou dans d’autres arts. Elle peut être aussi réfléchie à partir de la nature anthropologique des comportements qu’elle active (perception de la temporalité, de son propre corps, d’autrui, états mentaux et physiologiques etc…).

A quel type de rapport au réel, à la fiction ouvre l’expérience de pensée ? Comment est-elle surexposée dans certaines œuvres ? Comment constitue-t-elle la condition propre de notre relation à certains arts (immersion spectatoriale entre autres au cinéma ou dans le jeu vidéo) ? Y a-t-il des contenus spécifiques à celle-ci ? Autant de questions que cette journée d’études contribuera à poser à partir de diverses modalités et de divers arts et supports (BD, cinéma et numérique, littérature, série, musique).

Résumés :

Christine Baron (Professeur de littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) Emotions, jugement et états de conscience

On a coutume de dissocier émotion et jugement, or, les neurosciences mais aussi la description littéraire d’états de conscience médians nous enseignent qu’il est difficile de séparer ces deux éléments. Nous examinerons cette question à travers quelques exemples de jugement en contexte judiciaire en mobilisant la distinction entre émotions primaires et secondaires, mais aussi en faisant appel à des notions utilisées en psychologie expérimentale (système 1 et 2 de pensée, monitoring et blunting).

Laurence Dahan Gaida (Professeur de littérature comparée, Université de Besançon) Y a-t-il des expériences de pensée littéraires ?

Proposée par Ernst Mach au début du 20ème siècle, la notion d’expérience de pensée a rapidement connu une expansion qui lui a fait dépasser les limites de la science, pour s’appliquer à une multitude de domaines, dont la littérature. Or la pertinence de la notion d’expérience de pensée en littérature a été remise en question, notamment par Roy Sorensen, qui dénie à cette dernière toute fonction de connaissance. Dès lors, il s’agira de s’interroger sur la pertinence de cette critique et de se demander s’il existe des expériences de pensée littéraires. Pour répondre à cette question, on s’appuiera sur les notions de «concept fictif» (Wittgenstein) et de «personnage conceptuel» (Deleuze et Guattari) pour voir comment elles pourraient nous aider à cerner la spécificité des expériences de pensée littéraires. Ces concepts seront mis à l’épreuve dans l’œuvre de Musil et de Valéry.

Francisco Gonzalez Fernandez (Professeur de littérature française, Université d’Oviedo, Espagne) Si une expérience m’était contée…

En tant que fiction heuristique, l’expérience de pensée trouve souvent des modèles dans des œuvres littéraires ; le conte, notamment tel qu’on le concevait au XVIIo siècle, parce qu’il tend à l’abstraction, met en place des scénarios et des formules qui seront repris, consciemment ou non, par de nombreux savants, mais aussi par des écrivains (Tavares, Cortázar, Süskind, Quignard, etc.) dont l’écriture évoque ouvertement ce genre de récits scientifiques où l’imagination est primordiale. Le rôle emblématique que jouent les objets – mais aussi les animaux et les génies – et la nature merveilleuse qu’on leur attribue aussi bien dans les contes (bottes, anneaux, lampe, chaperon, chat, fée, etc.) que dans les expériences de pensée(bateau, train, pomme, chat, démon, etc.) mettent en évidence un lien dont il s’agira d’étudier la portée.

Charlotte Krauss (Maître de conférences HDR, littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) La vengeance du comte Skarbek ou la bande dessinée comme expérience de pensée

Parue en 2004/2005, la bande dessinée La vengeance du comte Skarbek est une œuvre aussi complexe que captivante qui repose sur un pari quelque peu fou. Invité de créer un scénario de roman graphique pour une collaboration avec Grzegorz Rosiński, le scénariste Yves Sente releva en effet le défi de concevoir une BD « idéale » qui associe tous les thèmes chers au célèbre dessinateur polonais : la terre natale polonaise, le goût pour la peinture, mais aussi celui pour l’aventure, le « cape et épée », les histoires de pirates et des

scènes érotiques. Non seulement l’œuvre-monde finalement créée réussit ce tour de force et permet une plongée dans une vision très complète du XIXe siècle, mais elle se termine également de façon surprenante, avec plusieurs fins successivement annulées – autant d’expériences de pensée auxquelles le lecteur est invité. Ma communication étudiera le plaisir d’une lecture de La Vengeance du comte Skarbek entre texte et image, fondée sur le jeu malicieux que le scénariste et le dessinateur jouent avec les attentes du lecteur. Les expériences de pensée projetées sont donc, me semble-t-il, fictionnelles, intermédiales et intertextuelles à la fois.

Mathias Lavin (Professeur d’études cinématographiques, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) L’image pense-t-elle quand elle parle ?

Le point de départ de cette intervention sera la représentation du processus de création (en l’occurrence littéraire) dans deux films récents : Paterson de Jim Jarmusch, qui suit le quotidien d’un poète chauffeur de bus et dont l’intertexte évoque l’œuvre de William Carlos Williams ; et Rêveurs rêvés (Die Geträumten) de Ruth Beckermann, consacré à la relation entre Ingeborg Bachmann et Paul Celan en s’appuyant presque exclusivement sur leur correspondance. Ces exemples permettront d’éprouver la tension entre une tradition qui prête une véritable capacité cognitive aux images (« l’image pense » écrit Daniel Arasse, et l’on pourrait citer d’autres historiens d’art ou théoriciens du cinéma défendant une semblable proposition) et la présence décisive de l’écriture et de la voix dans les films mentionnés. De la sorte, on se demandera comment se trouve figuré ce qui semble résister à l’image ou, en apparence, en être distinct (l’écriture, la voix) afin d’interroger l’œuvre comme expérience de pensée, à la fois du côté de son créateur (puisque cet aspect est thématisé et réfléchi dans les deux films analysés) et de son spectateur.

Matilde Manara (Doctorante en littérature comparée, Université Sorbonne nouvelle) « Arbres maisons collines ». Rilke et l’expérience de pensée moderniste

Alors que la plupart des écrivains modernistes tiennent la vie et la littérature pour foncièrement incompatibles (songeons par exemple à l’ironie du cri « Il faut tenter de vivre ! » qui clôt le Cimetière marin de Paul Valéry), Rilke considère les deux dimensions comme complémentaires, voire comme coïncidentes. La poésie n’est pour lui pas tant une manière de fuir la réalité qu’un moyen de s’y immerger davantage, en transformant le monde extérieur en caisse de résonance du monde intérieur. Cette vision encore romantique des rapports entre l’œuvre et son créateur ne l’empêche pas de faire des Élégies de Duino un véritable journal de laboratoire : le « Je » y est à la fois scientifique et cobaye d’une expérience de pensée dont sont notifiés non seulement les réussites, mais aussi et surtout les échecs. Souvent interprétés comme une question rhétorique, les vers initiaux du cycle (« Qui, si je criais, m’entendrait donc, d’entre / les ordres des anges ? ») se relèvent-ils ainsi l’exposé d’un puzzling-case que le reste du cycle va développer dans tous ses aspects.

Avec cette communication, nous nous proposons d’analyser certaines expressions optatives (subjonctif, questions rhétoriques, adynaton) auxquelles Rilke a recours dans Les Élégies de Duino et dans la Neuvième Élégie en particulier. La comparaison de ces outils avec ceux mobilisés par un poète contemporain de Rilke, Eugenio Montale, nous permettra d’avancer des hypothèses sur l’expérience de pensée dans la poésie moderniste.

Rémi Plaud (Doctorant en littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3)
« La transparence et l’obstacle épistémologique » : usages de l’expérience de pensée et de ses autres chez Melville, France, Gourmont, Schwob et Chesterton

Jean Starobinski évoquait avec « la transparence et l’obstacle » la contradiction interne à la démarche de Jean-Jacques Rousseau qui, désireux de se livrer à cœur ouvert, se retrouvait à exposer son innocence (transparence) par le biais de la démonstration, c’est-à-dire en construisant patiemment un obstacle au but qu’il s’était fixé.

D’une manière similaire, nous souhaitons interroger la dynamique contradictoire révélée par l’expérience de pensée et ses avatars chez nos auteurs. Ceux-ci parsèment les textes fictionnels d’échafaudages intellectuels pour mieux en déconstruire le fonctionnement ou en révéler les contradictions. Nous voyons dans cette exhibition répétée d’un « obstacle épistémologique » l’efficacité et l’intérêt de ces « fictions de l’esprit ».

Parution: Fabula LhT “Débattre d’une fiction”

Parution du 25ème numéro de LHT (janvier 2021) à retrouver ici.

Sommaire :

PRÉSENTATION

FAIRE DÉBAT : QUESTIONS DE MÉTHODE

FAIRE PARLER : APRÈS LA FICTION

FANZONE : DÉBATS D’AUJOURD’HUI

SCÈNES POLÉMIQUES : QUERELLES D’HIER

FICTION ET DÉLIBÉRATION : L’ABSOLUTION DES CLASSIQUES

VARIA: QUESTIONS DE PERSPECTIVE

Congrès de la SFLGC: Les populations fictionnelles

Date de l’échéance : 15/01/2021

Congrès de la SFLGC – 25-26-27 Novembre 2021

Université de la Sorbonne nouvelle

Campus Condorcet

Les personnages de fiction, quelque soit leur support médiatique, sont par excellence un objet de comparaison. Il est traditionnel de comparer deux personnages qui partagent certaines caractéristiques (Raskolnikov et Lafcadio, Dom Juan et Valmont, Emma Bovary et Anna Karénine…) ; de comparer les personnages d’un roman au film ou à la pièce de théâtre qui en ont été tirés, ou d’une série avec ceux d’un jeu vidéo[1] . Il existe même des programmes en ligne pour comparer des personnages entre eux[2] ! Même si les dictionnaires de personnages existent depuis longtemps (surtout depuis le début du XXe siècle), une nouvelle façon d’envisager les personnages est apparue sur Internet, favorisant un autre type de comparaison : les listes de personnages se multiplient, par œuvre, par auteur/auteure, par genre, par ordre alphabétique, par caractéristique (les plus beaux, les plus riches[3] !) ou même par rapport aux émotions qu’ils suscitent (les personnages les plus aimés, les plus détestés…).

C’est cette approche, très contemporaine, des personnages comme ensemble, collectivité, population que nous souhaitons approfondir grâce à ce congrès. Les populations qui peuplent les fictions – qu’il s’agisse de romans, de cinéma, de théâtre, de jeux vidéo, de bandes dessinées – sont mal connues. Nous proposons donc d’aborder les personnages d’une façon nouvelle ; d’étudier non pas le personnage (qui a déjà fait couler beaucoup d’encre), mais lespersonnages : de les appréhender comme une population, genrée, ontologiquement hétérogène, socialement distribuée, très souvent migrante. Cette étude, à notre avis, est susceptible d’apporter une meilleure connaissance des univers fictionnels et d’éclairer des aspects de l’histoire du roman ou d’autres genres.

Les approches diachroniques, éventuellement statistiques et faisant appel aux humanités numériques seront particulièrement bienvenues.

On s’intéressera à tout ce qui constitue l’hétérogénéité ontologique de la population fictionnelle : la proportion et les caractéristiques (dans plusieurs œuvres, dans un genre ou une époque donnés) des différentes catégories de personnages : historiques ; féériques ; allégoriques ; des animaux ; des personnages à initiale ; des personnages sans nom… On tentera de répertorier, éventuellement de classer les espèces de l’humanité fictionnelle. Est-il vrai que l’imagination humaine, comme le pense Joseph Campbell, n’a conçu, depuis qu’elle produit des fictions, qu’un petit nombre de créatures possibles, similaires sur toute la surface du globe ?

  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?

On pourra proposer d’autres approches, pourvu qu’elles visent à l’analyse et la compréhension de la façon dont les univers fictionnels sont peuplés et habités, ou s’interrogent sur les différentes façons de classer les personnages ou de les aborder comme collectivité.

Les propositions peuvent aussi bien prendre la forme de communications individuelles, d’ateliers ou de tables rondes.

Le Congrès, organisé par le département de LGC de la Sorbonne Nouvelle, avec le soutien du CERC, se tiendra au campus Condorcet les  25-26-27 novembre 2021. Les propositions sont à envoyer à congressflgc2021@gmail.com avant le 15 janvier 2021.

Comité d’organisation : F. Lavocat, A. I. François, C. Le Blanc, Y-M. Tran-Gervat.

Bibliographie indicative

Alexander, Sam, Joyce’s Census: « Character, Demography, and the Problem of Population in Ulysses », NOVEL: A Forum on Fiction, Vol. 45, No. 3 (FALL 2012), pp. 433-454.

Beaufort, Romane et Melissent, Lucas, « Pour une analyse démographique de Game of Thrones », « https://www.demographie-got.com

Brémond, Claude, « Une enquête internationale sur le héros de film », 1895. 75 | 2015, DOI : 10.4000/1895.4965

Brugeilles, C. Cromer I., Analysing gender representations in school textbooks, Les collections du CEPD, Centre population et développement, 2009.

Campbell, Joseph [1949], Le Héros aux mille et un visages, Robert Laffont, 1977, réédité chez Oxus en 2010.

Chalvon-Demersey, Sabine, « Enquête sur l’étrange nature du héros de série télévisée », Réseaux, n° 165, 2011, pp. 183-214.

Forster, Edward Morgan, Aspects of the Novel [1927], Mariner Books, 1956.

Frye, Northop : Amatomy of Criticism, Princeton University Press, 1975.

Galleron, Ioana, « Conceptualisation of theatrical characters in the digital paradigm: needs, problems and foreseen solutions », Human and Social studies, De Gruyter, vol. 6, issue 1, 2017.

Hamon, Philippe, « Pour un statut sémiologique du personnage », Littérature, vol. 6, n° 6, 1972, p. 86-110.

Jauss, Hans Robert, « Level of identification of Hero and Audience », New Literary History 5. 2, Winter 1974: 283-317

Lavocat, Françoise, « L’étude des populations fictives comme nouvel objet et le “style démographique” comme nouveau concept narratologique », https://www.fabula.org/atelier.php?Populations_fictives 24 septembre 2020.

Moretti, Franco, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History, London New-York, 2005.

Plotz, John, The Crowd: British Literature and Public Politics, Berkeley, Los. Angeles and London, University of California Press, 2000.

Rosen, Jeremy, Minor Character have their Day; Genre and the Contemporary Marketplace, Columbia University Press, 2016.

Samoyault, Tiphaine, « La banlieue du roman: l’espace du personnage secondaire », Dossier Banlieues de la théorie (textes initialement parus dans l’Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008). https://www.fabula.org/atelier.php?Espace_du_personnage_secondaire

Woloch, Alex, The One vs. the Many, Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton University Press, 2003

[1] https://hitek.fr/42/the-witcher-casting-serie-compare-personnages-jeu-video_6271

[2] https://www.includehelp.com/code-snippets/c-program-to-compare-two-characters.aspx

[3] https://blog.impossible-dictionnaire.com/les-personnages-de-fiction-les-plus-riches/

[4] Cette étude a été menée par Romane Beaufort et Lucas Melissent à propos des personnages de Games of Thrones(https://www.demographie-got.com).Source de l’information : Françoise Lavocat

Parution : The Documentary Imagination in Twentieth-Century French Literature

Alison James

  • Broad in scope, offers a transversal account of the documentary imagination in French literature, including a consideration of modernism (Gide, Yourcenar), the avant-garde (surrealism and dissident surrealists), postwar experimental literature (Perec, Duras), and works of autobiography and testimony
  • Addresses and historicizes the question of the borders and border crossings between factual and fictional narratives
  • Relates literature to developments and debates in the realm of photography and documentary film, as well as questions of historical narrative and testimony

ISBN: 9780198859680

Editor: Oxford University Press

Parution : Rêves de personnages

Les personnages rêvent aussi

Françoise Lavocat

Hermann éd., coll. “Fictions pensantes”

Paru le 17/06/2020

ISBN : 9791037003775

Les personnages vivraient paisiblement sur la planète Fiction, s’ils n’étaient menacés de disparition quand les humains les oublient. Comment contourner cette loi d’airain  ? Comment ranimer la flamme des lecteurs et des spectateurs ?

Sancho Pança, Mme Bovary, Mr Pickwick, Vautrin et quelques personnages de Woody Allen  se démènent pour assurer leur survie et celle de leurs concitoyens. Il leur arrive de raisonner sur leur condition et d’agiter quelques grandes questions : la mort et la résurrection de l’auteur, la morale, la concurrence entre les jeux vidéo et la littérature, les limites de l’interprétation, la différence entre fait et fiction….

De merveilleuses machines sont inventées pour mesurer le coefficient de fiction des personnages ou leur permettre (peut-être) de communiquer avec la Terre. Dans quel but  ? Neutraliser un metteur en scène qui les maltraite, par exemple.

Lire un extrait…

Voir le livre sur le site de l’éditeur…

*

Françoise Lavocat est professeure de littérature comparée à l’Université de la Sorbonne Nouvelle. Ses ouvrages les plus récents sont La théorie littéraire des mondes possibles (éd. CNRS, 2010), Interprétation littéraire et sciences cognitives (éd. Herman, 2016), Fait et fiction: pour une frontière (Seuil, 2016).

*

Table des matières

I. Shadavar

II. Jurys ontologiques

III. Les auteurs, ces salopards

IV. Lutte des classes

V. Variantes, pour le meilleur et pour le pire

VI. La mission Sororis

VII. Pour l’amour de la fiction

VIII. Le choix de Cecilia

IX. Les fictions rendent-elles les filles idiotes ?

X. La forêt de l’interprétation

XI. Une aventure de Don Quichotte

XII. Pour l’amour des faits

XIII. Le mariage de la princesse

XIV. Le procès

Juges et avocats

L’interrogatoire

Témoins et experts

Plaidoiries, verdict

XV. Le programme d’amélioration des avatars

Journal du docteur Ross 

XVI. Les cercles carrés

XVII. Épilogue

ANNEXES

Répertoire des personnages et des lieux fictionnels 

Index des personnes réelles

Résumé de La Rose pourpre du Caire de Woody Allen (1985)

Making-of

Appel : “Fictions impossibles”

Appel à communication pour le Deuxième colloque international de la Société Internationale de Recherches sur la Fiction et la Fictionnalité (SIRFF/ISFFS)

English below

Fictions impossibles (Impossible Fictions)

Les 28-29-30 octobre 2021

Université de Chicago

Depuis Aristote qui considérait la narration poétique comme régie par les lois de la probabilité et de la nécessité, la fiction a été longtemps associée aux concepts de la possibilité et de la plausibilité. A l’époque moderne, c’est la croissance de la rationalité et de la plausibilité qui allait de pair avec l’émergence du roman européen (Chevrolet 2008, Duprat 2009). Toujours est-il que la fiction (et plus généralement le plaisir que procure l’expérience esthétique) a été également comprise sous le rapport des jeux libres de l’imagination. Des séries de « fantasy » aux jeux vidéo inspirés par les univers de Tolkien ou Lovecraft, l’époque contemporaine voit un goût renouvelé pour les mondes fictionnels impossibles. Par ailleurs, nombreux sont les lecteurs et les spectateurs qui se vouent à traquer et enregistrer avec fanatisme les « goofs » (c’est-à-dire les incongruités, les erreurs de la continuité, les anachronismes, etc.) dans les fictions écrites ou filmiques, ce qui témoigne d’un vif intérêt à l’égard des violations de la plausibilité (Hamus-Vallée and Caïra 2020). Les anomalies dans les fictions nous fascinent ; elles peuvent en outre donner lieu à des activités herméneutiques intenses.

L’objectif du colloque consiste à apporter les perspectives historiques, comparatives et théoriques qui portent sur la question des impossibilités de et dans la fiction sous trois angles majeurs. 1) les théoriciens de la fiction soutiennent parfois que les contradictions rendent la construction du monde fictionnel impossible (Doležel 1998). Cependant, le courant de la narratologie dite « non-naturelle » a ranimé l’intérêt des narratologues pour les fictions non réalistes (Richardson 2015, Alber 2016). Une analyse des cas limites éclaircira les paradoxes et contradictions qui ont été jugés comme incompatibles avec la construction d’un univers de la fiction. 2) L’acceptation et le rejet des contradictions et des impossibilités physiques, logiques psychologiques ou autres varient selon les périodes historiques et les traditions culturelles. Nous nous proposons d’explorer ces degrés de tolérance variables et fluctuants à l’égard des impossibilités de la fiction. 3) Les fictions sont parfois considérées comme impossibles par elles-mêmes, et ce, pour des raisons politiques, religieuses ou éthiques ou à cause d’un supposé épuisement des formes et motifs fictionnels. La version la plus connue de ce débat concerne la non-représentabilité de certains sujets, notamment les atrocités historiques et le traumatisme. Nous voulons nous pencher également sur la résurgence contemporaine de la méfiance généralisée ou même de la haine de la fiction, qui se trouve soit dans les non-fictions, au nom de la « faim de réalité (reality hunger) » (Shields 2010), soit, paradoxalement, à l’intérieur de la fiction elle-même.

Dans ce cadre conceptuel, nous accueillons une gamme de perspectives aussi bien disciplinaires qu’interdisciplinaires (histoire et théorie littéraires, narratologie, philosophie, cinéma et études des média, science cognitives). Les propositions peuvent traiter toutes les périodes historiques ou traditions culturelles ; nous encourageons par ailleurs des études des œuvres de fiction dans de différents média (y compris les jeux vidéo, les bandes dessinées, le cinéma, les séries télévisées).

Les sujets possibles :

  • Paradoxes logiques et contradictions (affirmation d’A et non-A ; paradoxes du menteur ; paradoxes temporels ; renversements de la cause et de l’effet)
  • Violations des lois physiques (personnes qui volent, animaux qui parlent, omnipotence, invisibilité, mélange de rêve et de réalité)
  • Invraisemblance, non-plausibilité dans des contextes particuliers
  • Actes narratifs impossibles (narrateur mort, perspectives impossibles, narration non-fiable etc.)
  • Violations des principes éthiques ou des convenances qui décident de ce qui peut ou ne peut pas être représenté dans la fiction ; intolérance pour un public donné.
  • Conventions génériques et se limites (par exemple : science-fiction et les lois physiques).
  • Variations culturelles et historiques par rapport à l’acceptation des impossibilités de la fiction.
  • Impossibilités propres aux médias.
  • Réactions des lecteurs / spectateurs aux impossibilités fictionnelles.

Tou.te.s les participant.e.s au congrès doivent devenir membres de la Société internationale de recherches sur la fiction et la fictionnalité.

Les propositions (250 mots, en anglais ou en français) sont à envoyer à impossiblefictions2021@googlegroups.com avant le 30 novembre, 2020.

La SIRFF/ISFFS décernera un prix pour le meilleur article d’un.e chercheur.se en début de carrière (doctorant.e ou docteur-e jusqu’à 3 ans après le doctorat), qui sera présenté à la conférence. Le Lauréat ou la Lauréate recevra un montant de $1000 (dollars).

Si vous souhaitez être pris.e en considération pour ce prix, veuillez soumettre le texte complet de votre communication (3 500 mots/20 000 signes maximum) à impossiblefictions2021@googlegroups.com, avant le 31 janvier 2021.

Call for Papers

International Society for Fiction and Fictionality Studies (ISFFS/SIRFF) Second International Conference

Thursday 28–Saturday 30 October, 2021

University of Chicago

Impossible Fictions / Fictions impossibles

The second international conference of the ISFFS/SIRFF will be held from 28–30 October 2021 at the University of Chicago.

The conference theme will be “Impossible Fictions.” Fiction has long been associated with possibility and plausibility, as far back as Aristotle’s claim that poetic narratives are governed by the laws of probability and necessity. In the modern period, the rise of the European novel has been linked to an increase in rationality and plausibility (Chevrolet 2008, Duprat 2009). Yet fiction (and the pleasure of aesthetic experience more generally) has also been understood in terms of the free play of the imagination. The contemporary period has seen a renewed taste for impossible fictional worlds, from fantasy series to video games inspired by the worlds of Tolkien or Lovecraft. At the same time, many readers and spectators devote themselves fanatically to tracking down and recording “goofs” (incongruities, continuity errors, anachronisms, etc.) in written or cinematographic fictions, indicating a heightened awareness of violations of plausibility (Hamus-Vallée and Caïra 2020). Anomalies in fiction fascinate, and can generate intense hermeneutic activity.

The goal of the conference is to bring historical, comparative, and theoretical perspectives to bear on the question of impossibilities of and in fiction, from three main angles. 1) Theorists of fiction sometimes argue that contradictions make it impossible to build a fictional world (Dolezel 1998). Over the past decade, however, the current of so-called “unnatural” narratology has revived narratologists’ interest in unrealistic fiction (Richardson 2015; Alber 2016). An analysis of borderline cases will bring to light the paradoxes and contradictions that are judged to be incompatible with the construction of a fictional world. 2) The acceptance and rejection of contradictions and physical, logical, psychological, or other impossibilities varies according to historical period and cultural tradition. We will explore these variable and fluctuating degrees of tolerance for fictional impossibilities. 3) Fictions are sometimes considered impossible in themselves, either for political, religious, or ethical reasons or because of the supposed exhaustion of fictional forms and motifs. The best-known version of this debate involves the unrepresentability of certain subjects, especially historical atrocities and trauma. But we will also consider the contemporary resurgence of a generalized suspicion or even hatred of fiction—whether in nonfiction, in the name of “reality hunger” (Shields 2010), or, paradoxically, within fiction itself.

Within the conceptual framework set out above, we welcome a range of disciplinary and interdisciplinary perspectives (literary history and theory, narratology, philosophy, film and media studies, cognitive sciences).  Submissions may deal with any time period or cultural tradition, and we invite considerations of fictional works in various media (including games, comics, film, TV series).

Possible topics include:

  • Logical paradoxes and contradictions (affirmation of A and not-A; liar paradoxes, temporal paradoxes, inversions of cause and effect) 
  • Violations of physical laws (flying people, talking animals, omnipotence, invisibility, mixing dream and reality)
  • Unlikelihood, implausibility in particular contexts
  • Impossible narrative acts (dead narrators, impossible perspectives, unreliable narration etc.)
  • Violations of ethical principles or decorum governing what may or may not be represented in a fiction; unacceptability to a given audience.
  • Genre conventions and limits (e.g., science fiction and the laws of physics).
  • Cultural and historical variations in the acceptance of fictional impossibilities
  • Media-specific impossibilities
  • Reader/spectator responses to fictional impossibilities

All participants in the conference must become members of the International Society for Fiction and Fictionality Studies.

Please send 250-word proposals (in French or English) to impossiblefictions2021@googlegroups.com by November 30, 2020.

The SIRFF/ISFFS will offer a prize for the best paper by an early-career scholar (doctoral student or scholar who has received the PhD within the last 3 years), to be presented at the conference. The winner will receive a monetary award of $1000. If you would like to be considered for this award please submit your completed conference paper (no more than 3,500 words/20,000 characters) by January 31, 2021 to impossiblefictions2021@googlegroups.com.

References

Alber, Jan (2016). Unnatural Narrative: Impossible Worlds in Fiction and Drama. Lincoln: University of Nebraska Press.

Caïra, Olivier (2011). Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs. Paris: Éditions de l’EHESS.

Chevrolet, Teresa (2007). L’Idée de fable. Théories de la fiction poétique à la Renaissance. Geneva: Droz.

Doležel, Lubomír (1998). Heterocosmica: Fiction and Possible Worlds. Baltimore and London: The Johns Hopkins University Press.

Duprat, Anne (2009). Vraisemblances. Poétiques et théorie de la fiction, du Cinquecento à Jean Chapelain, 1500-1670. Paris: Honoré Champion.

Lavocat, Françoise (2010). “Paradoxes, fiction, mimesis, Methodos, savoirs et textes, http://methodos.revues.org/2443

            (2016). Fait et Fiction, pour une frontière, partie III, ch. 2 “Mondes possibles impossibles,” Paris: Les éditions du Seuil, coll. “Poétique.”

Lewis, David (1978). “Truth in Fiction.” American Philosophical Quarterly, 15: 37–46.

Hamus-Vallée, Réjane and Caïra, Olivier (2020).  Le goof au cinéma. De la gaffe au faux raccord, la quête de l’anomalie filmique. Paris: l’Harmattan.

Matravers, Derek (2014). Fiction and Narrative. Oxford: Oxford University Press.

McHale, Brian (1987). Postmodernist Fiction. New York: London: Routledge.

Nolan, Daniel (2015). “Personification and Impossible Fictions.” British Journal of Aesthetics 55(1) 57–69.

Piaget, Jean (1974). Recherches sur la contradiction. Paris: PUF.

Priest, Graham (1997). “Sylvan’s Box: A Short Story and Ten Morals.” Notre Dame Journal of Formal Logic 38(4) 573–582.

Richardson, Brian (2015). Unnatural Narrative, Theory, History and Practice. Columbus: Ohio State University Press.

Ryan, Marie Laure (2010) “Cosmologie du récit. Des mondes possibles aux univers parallèles.” In Françoise Lavocat (ed.), La Théorie littéraire des mondes possibles. Paris: CNRS Éditions, 53-81.

——— (1980). “Fiction, Non-Factuals, and the Principle of Minimal Departure.” Poetics 9(4) 403–422.

Shields, David (2010). Reality Hunger: A Manifesto. New York: Knopf.