Parution : The Documentary Imagination in Twentieth-Century French Literature

Alison James

  • Broad in scope, offers a transversal account of the documentary imagination in French literature, including a consideration of modernism (Gide, Yourcenar), the avant-garde (surrealism and dissident surrealists), postwar experimental literature (Perec, Duras), and works of autobiography and testimony
  • Addresses and historicizes the question of the borders and border crossings between factual and fictional narratives
  • Relates literature to developments and debates in the realm of photography and documentary film, as well as questions of historical narrative and testimony

ISBN: 9780198859680

Editor: Oxford University Press

Parution : Travelling Concepts: New Fictionality Studies

Edited By Monika Fludernik and Henrik Skov Nielsen

This volume is co-edited by the director of the Freiburg graduate school « Factual and Fictional Narration » (GRK 1767, Freiburg/Germany) and the director of the Aarhus Centre for Fictionality Studies (University of Aarhus, DK). The collection of essays re-examines the much discussed fact―fiction distinction in light of the current burgeoning of research on fictionality. It provides a forum for ongoing work on fictionality from France, Germany and Denmark and Sweden. By placing discussions of the notion of fictionality in one volume, the editors hope to initiate exchange between the different traditions represented in the essays und to help the task of translating the available concepts and terminologies so they can travel between different models and theoretical frameworks.

Traduction en français : Ce volume est co-édité par le directeur de l’école supérieure « Factual and Fictional Narration » de Fribourg (GRK 1767, Fribourg/Allemagne) et le directeur du Centre d’études de la fiction d’Aarhus (Université d’Aarhus, DK). Ce recueil d’essais réexamine la distinction entre le fait et la fiction, qui fait l’objet de nombreuses discussions, à la lumière de l’essor actuel de la recherche sur la fictionalité. Elle constitue un forum pour les travaux en cours sur la fictionalité en France, en Allemagne, au Danemark et en Suède. En regroupant les discussions sur la notion de fictivité en un seul volume, les éditeurs espèrent initier un échange entre les différentes traditions représentées dans les essais et faciliter la traduction des concepts et des terminologies disponibles afin qu’ils puissent voyager entre différents modèles et cadres théoriques.

ISBN : 978-3-631-82025-4

DOI : https://doi.org/10.3726/b17154

Parution : Faktuales und fiktionales Erzählen II: Geschichte — Medien — Praktiken

Parution : Récit factuel et fictionnel II : Histoire – Médias – Pratiques

Der Sammelband befasst sich mit historisch spezifischen Formen faktualen und fiktionalen Erzahlens innerhalb der Literatur und diverser nicht-literarischer Medien. Die in ihm versammelten Beitrage gehen der Frage nach, wie und warum das jeweilige Medium, der historische Kontext, gesellschaftlich-kulturelle Normen und asthetische Konventionen bestimmte Faktualitats- oder Fiktionalitatsanspruche innerhalb des Erzahlten formulieren konnen (oder nicht). Genauer noch verdeutlichen sie, dass die Geltungsanspruche eines Textes gleichermassen an den geschichtlichen Rahmen, das Erzahlmedium und die sich in diesem ausdruckende Erzahlpraxis gebunden sind. Die Diskussion, Analyse und Kontrastierung geschichtlicher Besonderheiten und eines erweiterten Medienarsenals ermoglicht es so, erzahlspezifische Charakteristika faktualen und fiktionalen Erzahlens in ihren vielgestaltigen Auspragungen aufzudecken und zu beschreiben. Der disziplinaren Vielfalt der Beitragenden entsprechend richtet sich der Band gleichermassen an medienwissenschaftlich orientierte NarratologInnen und LiteraturwissenschaftlerInnen.

Traduction en français : L’anthologie traite des formes de narration factuelle et fictive historiquement spécifiques à la littérature et aux divers médias non littéraires. Les contributions qui y sont rassemblées explorent la question de savoir comment et pourquoi le média concerné, le contexte historique, les normes socioculturelles et les conventions esthétiques peuvent (ou ne peuvent pas) formuler certaines revendications de factualité ou de fiction dans le récit. Plus précisément, ils précisent que les revendications de validité d’un texte sont également liées au contexte historique, au support narratif et à la pratique narrative qui s’y exprime. La discussion, l’analyse et le contraste des particularités historiques et un arsenal médiatique élargi permettent ainsi de découvrir et de décrire les caractéristiques des récits factuels et fictifs dans leurs multiples manifestations. Dans le respect de la diversité disciplinaire des contributeurs, le volume s’adresse aussi bien aux narratologues qu’aux spécialistes de la littérature, avec un accent sur les études des médias.

Editeur : Ergon

ISBN-10 : 3956505115

ISBN-13 : 978-3956505119

Parution : Fiction et Réel

Publication: Fiction et Réel

N°72/Premier semestre 2020 de la revue Recherches.

La distinction entre le réel et la fiction ne va pas de soi, mais fait rarement l’objet d’un enseignement explicite. Le problème surgit parfois dans des questions d’élèves, en réception (« Ça s’est vraiment passé ? ») comme en production (« On a le droit d’inventer ? ») Même si le concept de fiction est difficile à définir, on mesure l’enjeu de démarches qui aident les élèves à se repérer et à jouer avec les frontières. Tel est le sens des analyses et propositions de cette nouvelle livraison.

Édition Première édition 
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
Support Livre broché
Nb de pages 264 p. 
ISBN-13 979-10-91075-21-3
GTIN13 (EAN13) 9791091075213

Événement : But alors you are French ? Enjeux et état des lieux contemporains de la comédie en France

Event: Contemporary issues and state of the art of comedy in France

LASLAR – Territoires de la fiction / Université Caen Normandie

11, 12, et 13 mars 2020

Ce colloque vise à établir un état des lieux contemporain du genre comique dans le cinéma français.

Présentation

Si plusieurs sous-genres (comédies d’aventure, comédies romantiques, comédies policières, etc.) marquent certains auteurs (De Broca ou, pour rester dans l’actualité, les productions Europa,), la tendance générique naturelle qui les irrigue met en avant une proposition uniforme : la comédie doit provoquer le rire. Comment, dans ce cas, trouver une spécificité nationale ? Dans le « comique de mots », où, à travers l’art du dialogue, maîtrisé notamment par Michel Audiard, se retrouvent les artistes issus du Standup, comme Djamel Debbouze, et/ou de la télévision, tels que Kad et Olivier, qu’Eric et Ramzy ou encore Jean Dujardin ?  Dans un burlesque plus physique que verbal (Alain Chabat,), un réalisme social davantage amer qu’hilarant (Onteniente, ou Salvadori) ? Dans une représentation socio-culturelle critique ou décalée (Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu Epouse-moi mon pote) ? Ou encore dans une représentation plus féminine devant et derrière la caméra (Tout ce qui brille) ? Par ailleurs, si la comédie reçoit les « louanges » de la profession (par exemple : César du Meilleur film pour 3 Hommes et un couffin, ou du meilleur acteur en 2012 pour Omar Sy dans Intouchables (2012), certains cinéastes comme Dany Boon, n’hésitent pas insister sur la fracture entre le choix de cette dernière et celui du public[1]. L’introduction en 2018, du premier César du public (attribué à l’acteur-auteur pour Raid Dingue qui attirera plus de 4 500 000 mille spectateursen salles, en 2017témoigne que cette reconnaissance est peut-être une « réconciliation » masquée. Pour autant, on ne peut pas réduire le genre à son seul ancrage populaire et à ses difficultés de reconnaissance artistique : il suffit, par exemple, de prendre en compte ce que F. Ganzo, J. Goldberg et Q. Mevel appellent la « nouvelle comédie du cinéma français »[2], représentée par Quentin Dupieux, Antonin Peretjako, ou encore Eric Judor, pour s’apercevoir qu’il existe aussi des films comiques considérés comme non affiliés à la culture de masse…

La recherche d’une pluralité homonymique, nous semble donc centrale et, à travers ce colloque, il s’agira de proposer, autour d’elle, une plateforme d’échange offerte à la fois aux universitaires et aux professionnels du cinéma. En termes d’actualité cinéphiliques, il se situe dans la perspective de la rétrospective et de l’exposition organisées par La Cinémathèque Française, à partir d’avril 2020, sur Louis De Funès.

Programme

En partenariat avec le Cinéma Café des Images
• 18H30 – Apéritif – dînatoire pour les intervenants

Soirée – Amphithéâtre Pierre Daure (Université de Caen Normandie)

• 20H – Ouverture du colloque PROJECTION ET RENCONTRE

> Après Vous, réalisé par Pierre Salvadori (2003) / Mars Distribution
En présence de Pierre Salvadori (sous réserve)

JEUDI 12 MARS

Matin – Salle du Belvédère

(Bâtiment D, Université de Caen Normandie) • 9H – Accueil

• La reine a un coquin, ça vaut beaucoup d’argent ça !
LA COMEDIE AU PRISME DES « CHIFFRES » ET DU « CERVEAU »

9H30 – André Lange (Université de Liège / Observatoire Européen de l’Audiovisuel) « L’Europe divisée par le rire »

10H00 – Edgar Dubourg (ENS, Paris), « Le rire dans la fiction comme attracteur cognitif »

10H30 – Discussion puis pause
• J’adore le comique, mais j’ai horreur de certains genres de plaisanterie

APPROCHES ESTHETIQUES ET NARRATIVES DE LA COMEDIE

11H15 – Vincent Baudart (Université de Lille), « Ambivalence du grotesque dans la comédie française : entre système d’images populaires et mise en scène de la marginalité »

11H45 – Christophe Lenoir (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « Bref. Vous Les Femmes : les reflets de l’intériorité́ comme ressort comique »

12H15 – Discussion puis déjeuner

Après-midi – Amphithéâtre Jean Demolombe

(Bâtiment D, Université de Caen Normandie)

• Ça a alors ? C’était Farès ? C’est effarant ! LES AUTEURS DE LA COMEDIE

14H – Nicolas Geneix (Université Caen Normandie), « Pierre Salvadori, sous influences, mais pas trop »

14H30 – Eric Jarno (Université Caen Normandie), « Les comédies inhospitalières de Quentin Dupieux »

15H – Aurélien Gras (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), « Le cas Eric Judor » > 15H30 – Discussion puis pause

• RENCONTRE
15H45 – Jean-Vic Chapus et David Alexander Cassan, co-auteurs de l’ouvrage Comédie à la Française (2019)

19H00 – Dîner pour les intervenants VENDREDI 13 MARS

Matin – Salle du Belvédère

(Bâtiment D, Université de Caen Normandie) • 9H30 – Accueil

• Un Suisse et un Allemand, on n’est plus en France ici ! (DE)TERRITORIALISATION DE LA COMEDIE

10H – Adrien Valgalier (Université-Paul-Valéry-Montpellier), « Imaginaires territoriaux de la comédie française contemporaine : entre projections culturelles et détournement des clichés »

10H30 – Robin Hopquin (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), « Le retour de la comédie villageoise : le cinéma français à partir des années 2000 »

11H – Discussion puis pause • RENCONTRE

11H45 – Jérémie Imbert, fondateur et délégué artistique du festival CinéComédies > 13H – Clôture puis déjeuner


Événement : Expériences de pensée, Littérature, arts et sciences

Event: Thought experiments. Literature, arts, science.

Journée d’étude organisée par FoReLLIS B3 le vendredi 27 mars 2020 à l’Université de Poitiers

Programme

9h20 : accueil

9h45 : Laurence Dahan Gaida (Université de Besançon) Y a-t-il des expériences de pensée littéraires ?

10h30 : Mathias Lavin (Université de Poitiers, FoReLLIS B3) L’image pense-t-elle quand elle parle ?

11h15 : pause-café

11h30 : Rémi Plaud (doctorant, Université de Poitiers, FoReLLIS B3)
« La transparence et l’obstacle épistémologique »
Usages de l’expérience de pensée et de ses autres chez Melville, France, Gourmont, Schwob et Chesterton.

12h15 : pause de midi

14h15 : Matilde Manara (doctorante, Université Paris 3 Sorbonne nouvelle) Les spores du possible. La poésie lyrique comme « méthode de pensée »

15h : Amelia Gamoneda (Université de Salamanque) Poésie et expérience de pensée des qualia.

15h45 : pause-café

16h : Francisco Gonzalez Fernandez (Université d’Oviedo) Si une expérience m’était contée…

16h45 : Christine Baron (Université de Poitiers, FoReLLIS B3) Émotions, jugement et états de conscience.

17h30 : Fin de la journée d’étude

Contact

Charlotte Krauss (MCF HDR de Littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) (charlotte.krauss@univ-poitiers.fr)

Christine Baron (Professeur de Littérature comparée, Université de Poitiers, FoReLLIS B3) (christine.baron@univ-poitiers.fr)

Argumentaire

La notion d’expérience de pensée, familière aux sciences, se décline de bien des manières en littérature ; qu’elle soit le fait d’un personnage de fiction ou que la pratique littéraire elle-même soit considérée comme une expérience de pensée. Cette journée d’études aura pour finalité de caractériser ce qu’on entend par expérience de pensée : un état provisoire, suscité en vue de résoudre un problème, une suspension du jugement, la création d’une fiction heuristique, ou encore l’émergence de ce qu’on appelle un « état intermédiaire de conscience ». S’il existe une tradition de l’analyse de l’expérience de pensée (notamment chez Musil), celle-ci peut être également réfléchie selon d’autres paradigmes, notamment en cinéma, en bande dessinée ou dans d’autres arts. Elle peut être aussi réfléchie à partir de la nature anthropologique des comportements qu’elle active (perception de la temporalité, de son propre corps, d’autrui, états mentaux et physiologiques etc…)

A quel type de rapport au réel, à la fiction ouvre l’expérience de pensée ? Comment est-elle surexposée dans certaines œuvres ? Comment constitue-t-elle la condition propre de notre relation à certains arts (immersion spectatoriale entre autres au cinéma ou dans le jeu vidéo) ? Y a-t-il des contenus spécifiques à celle-ci ? Autant de questions que cette journée d’études contribuera à poser à partir de diverses modalités et de divers arts et supports (BD, cinéma et numérique, littérature, série, musique).

Événement : Jeu de rôle et transmission littéraire

Event: Role-playing and literary transmission

Université de Lausanne

Entrée libre.

Colloque international organisé par Gregory Thonney (SCMS, Université de Lausanne) et Gaspard Turin (Université de Lausanne)

Ce colloque rassemblera des personnalités très diverses (spécialistes de la fiction et des littératures du Moyen Âge à nos jours, didacticien·ne·s, ludopédagogues, philosophes, historien·ne·s de l’art, enseignant·e·s et auteur·e·s) autour de la question du jeu de rôle sur table et des enjeux qui peuvent lui être associés, en termes de corpus littéraires, de méthodes d’enseignement, de transposition et de médiation.

Programme

JEUDI 5 MARS 2020

UNIL – Anthropole 2042

9h   Accueil

9h15 Marc Atallah (UNIL / Maison d’Ailleurs) – “L’Appel de Cthulhu” – jouer l’indicible ?

10h Audrée Mullener (Ars Ludendi, Orc’Idée) – Structures de récits: contes de fées et contraintes rôlistiques

10h45 Pause

11h Olivier Caïra (Université d’Evry) – “Ma bibliothèque m’était un assez grand duché”, ou comment Shakespeare s’invita à Gotham City

11h45 Laurent Di Filippo (Université de Lorraine) – Donjons et dragons et la littérature médiévale scandinave

13h Repas

14h30 Philippe Lépinard (Université Paris-Est Créteil) – Décontextualiser pour mieux engager les étudiant·e·s dans les enseignements : le cas du Jeu de Rôle sur table dans des enseignements de langues vivantes et de management.

15h15 Géraldine Toniutti (UNIL) – Le jeu de rôle au Moyen Âge comme pratique sociale: transposition du roman au jeu de rôle et retour

16h Pause

16h15 Jean-François Boutin (Université du Québec à Rimouski) – Jeux de rôle, multimodalité et fiction littéraire : jouer à Clue tout en produisant un récit policier en 2e secondaire.

17h Gaspard Turin (UNIL) – Sources et ressources de l’écriture collaborative autour de H.P. Lovecraft 

18h Table ronde : Jeu de rôle et création littéraire – avec Alice Bottarelli (auteure, animatrice d’ateliers d’écriture), Axelle Bouet (auteure, Les chants de Loss), Stéphane Gallay (auteur, Tigres volants), Pierre Saliba (auteur, Sorcières et sortilèges)

19h, UNIL – Anthropole 2013: « Joue ton savoir »: événement ludique organisé par G. Thonney (Ars Ludendi et SCMS, UNIL) (apéritif dînatoire inclus)

VENDREDI 6 MARS

UNIL – Amphipole 319

10h Sanne Stijve (Ars Ludendi, 2d Sans Faces) – Transmissions de savoirs et de compétences grâce au jeu de rôle

10h45 Florence Quinche (HEP Vaud) et Ana Vulic (Musée national suisse, Prangins): Gamifier les savoirs pour favoriser l’accès à la culture ? Des exemples de création jeux de rôles en contexte muséal

11h30 Pause

11h45 Michael Groneberg (UNIL) – Ludisme et philosophie (titre à préciser)

12h30  Repas

14h Amrit Singh (Gymnase de La Cité) – Les mécaniques du jeu de rôle dans l’enseignement

14h45 Gregory Thonney (SCMS UNIL, Ars Ludendi) et Nicolas Schaffter (SCMS UNIL) : jeu de rôle et didactique – la médiation de l’UNIL à coups de dés 

15h30 Rémi Schaffter (HEP) – titre à préciser

16h15 Clôture du colloque

19h30 Repas de clôture

Argumentaire

Le jeu de rôle fait partie intégrante des domaines d’intérêt de la recherche depuis très longtemps, en particulier dans les domaines de la psychologie, de la pédagogie et de la communication. Dans le monde plus feutré de la critique et de la théorie littéraires, les spécialistes de la fiction n’ont pourtant pas manqué de saisir les rapports entre activités littéraire et ludique, que la perspective adoptée soit d’ordre sémiotique (Eco), psychanalytique (Picard), esthétique (Schaeffer), sociologique (Caïra) ou encore narratologique (Ryan, Baroni, Lavocat). La formule de cette dernière, pour qui les jeux sont « des opérateurs de transfictionnalité » (Lavocat 2016 : 335) signale également de plus récents enjeux, et l’ouverture de la perspective à la théorie des textes possibles (de Charles à Escola), ou encore aux travaux de Saint-Gelais sur la transfictionnalité. Plus spécifiquement, on retiendra que la « formule d’engagement dans la fiction propre au jeu de rôle sur table » (Caïra, 2007 : 10) implique de penser créativité et interactivité comme une dynamique, dont le caractère collectif appelle la question de la transmission. On évoquera également la possible identification du jeu de rôle à un dispositif littéraire, pensé par C. David via des notions telles que la « disruption du bloc fictionnel » (2016 : 2) ou le « processus de dé-réification » (2016 : 9) du littéraire.

Si les liens théoriques sont avérés entre d’une part le jeu et la littérature, d’autre part jeu de rôle et développement(s) cognitif(s), et malgré la composante pragmatique adoptée par les études ludiques, on manque encore d’avoir pleinement pris la mesure de ce que le jeu de rôle, en tant qu’expérience collective, pouvait imprimer à la transmission du savoir, littéraire en particulier. À une heure où les études littéraires, faute d’avoir réinventé leur objet dans l’imaginaire social contemporain, peinent à retrouver un ancrage dans les pratiques culturelles et pédagogiques du XXIe siècle, il est grand temps de les ouvrir à des modes de lecture et de prise en charge. Il s’agit plus que jamais de remettre en question les caractéristiques supposées de la littérature comme  texte écrit (à fonction de communication différée), objet fini (soumis à une clôture documentaire ou historique), traité par des lecteurs singuliers et privés.

S’agissant d’apprécier sa pertinence dans le cadre d’un processus de transmission, il est également nécessaire de soumettre cette expérience littéraire propre au jeu de rôle au travail des didacticiens. Ceux-ci, à la suite par exemple de Y. Chevallard, pensent depuis longtemps la transmission sous l’angle de la « transposition didactique », en remettant en question la nature des savoirs, selon qu’on leur confère le rôle figé d’un « savoir savant » ou d’un « savoir à enseigner » (Chevallard, 1985). Que l’on évoque la « co-construction de l’interprétation » (Battistini 2011 : 143-5), ou plus généralement que l’on mette l’accent sur le « sujet-lecteur » (Louichon, 2016) et les avatars multiples de ses « transformations » (Rouxel 2004 : 146), il y a fort à parier que de telles recherches s’adapteraient fort bien à une réflexion portant sur la nature des savoirs véhiculés par le jeu de rôle, les canaux et les dynamiques à l’œuvre ainsi que les enjeux sociaux qui découlent d’un tel partage expérimental.

Bien plus, on pourrait postuler que le jeu de rôle, dans ses dynamiques collectives de gestion du savoir, présente tous les avantages d’un laboratoire créatif et pédagogique (au même titre par exemple qu’un atelier d’écriture). La situation d’un meneur de jeu face à (ou en compagnie de) ses joueurs laisse envisager que « l’asymétrie des connaissances » (Caïra, 2007 : 16) qui caractérise ordinairement aussi bien la situation meneur-joueur que la situation maître-élève n’existe pas dans les mêmes termes. Le déficit de savoir ne portant que sur le scénario d’une partie, mais pas sur la partie elle-même, ni sur les règles du jeu, ni sur la latitude des personnages à accomplir des actions, la construction et la manipulation des savoirs apparaît comme remarquablement égalitaire. La circulation de la parole n’est pas à sens unique ; la situation rôlistique est peut-être celle où s’égalisent « le savoir de l’ignorant et l’ignorance du maître » (Rancière, 1987 : 20) et où le sens de sujet-lecteur s’approfondit et s’actualise, en un sujet intellectuel, voire en un sujet politique (ibid., 54).

Concernant « la littérature », on évitera évidemment de la réduire à l’acception traditionnelle d’un champ codéfini par les instances de l’écrivain, de l’œuvre et du lecteur, ou de lui assigner le corpus consensuel dans lequel ce champ l’enferme encore trop fréquemment. En termes de corpus, le cadre rôlistique privilégie les genres ordinairement associés à la paralittérature (heroic-fantasy, SF, fantastique, etc.) mais ne s’y réduit pas. Dans une perspective de transposition des pratiques de lecture, il serait souhaitable de penser le littéraire à travers un empan qui serait le plus large possible : en le pensant sous l’angle de la fiction ; en ne négligeant ni le roman historique, ni la littérature de jeunesse, ni le roman graphique et la bande dessinée, ni les littératures de grande consommation assujetties à des franchises commerciales ; ni même ce parent pauvre des pratiques ludiques transfictionnelles qu’est la littérature patrimoniale classique. À travers ce prisme, on pourra chercher à identifier ce qui constitue le ou plutôt les savoirs (langagiers, historiques, scientifiques, génériques…) associés à l’expérience rôlistique-littéraire ; ce qui les différencie ou les associe à un patrimoine culturel ; ce qui les rattache ou non à un langage commun ; ce qui témoigne de pratiques d’écriture et de lecture émancipés des circuits ordinaires entre auteurs, éditeurs et lecteurs lettrés.

On n’oubliera pas non plus, dans le catalogue des disciplines que la question serait susceptible d’intéresser, la littérature médiévale, à deux titres au moins : premièrement selon l’imaginaire de réception qu’elle convoque, imaginaire central pour une culture rôlistique historiquement tributaire de l’univers médiéval-fantastique. Deuxièmement selon une perspective plus socio-historique, dans la mesure où les pratiques de lecture du Moyen Âge se révèlent comme des actes sociaux, performatifs, voire interactifs et où le dispositif fictionnel présente une dimension sociale et collective (Bouchet, 2008) proche des systèmes ludiques qui nous intéressent.

En somme, on pourrait résumer les enjeux de ce projet en deux grandes questions, soumises à plusieurs adverbes interrogatifs :

Comment, quand, pourquoi et où 

– un jeu de rôle peut-il être transposé en une activité de lecture littéraire ?

– une œuvre littéraire peut-elle faire l’objet d’une transposition ludique sous forme de jeu de rôle ?

Par le biais de ce double questionnement, un avantage se profile, par lequel la littérature n’est plus perçue comme fondamentale ou primaire par rapport à l’usage ludique et transmédial qui en est fait, puisque c’est lui, aussi, qui la renouvelle, la maintient comme une pratique, l’invente.

Bibliographie 

Baroni, R., La tension narrative, Paris, Seuil, 2007.

Baroni, R., Les rouages de l’intrigue, Genève, Slatkine, 2017.

Battistini, C., « Co-construction d’interprétation : un dispositif favorisant la lecture littéraire ? » in Goigoux & Pollet, Didactiques de la lecture, de la maternelle à l’université, Namur, P. U. Namur, 2011, p. 141-156.

Besson, A., Constellations. Les mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS, 2015.

Bombayl, R., et al., Jouer des parties de jeu de rôle, Saint-Orens-de-Gameville, Lapin Marteau, 2017.

Bouchet, F., Le Discours sur la lecture en France aux xive et xve siècles : pratiquepoétiqueimaginaire, Paris, Champion, 2008.

Caïra, O., Définir la fiction : du roman au jeu d’échecs, Paris, EHESS, 2011.

Caïra, O., « Théorie de la fiction et esthétique des jeux », Sciences du jeu n°6, 2016 (en ligne)

Caïra, O., Les forges de la fiction, Paris, CNRS, 2007.

Charles, M., Introduction à l’étude des textes, Paris, Seuil, 1995.

Chevallard, Y., La transposition didactique. Du savoir savant au savoir enseigné, Grenoble, La pensée sauvage, 1985.

David, C., Jeux de rôle sur table : l’intercréativité de la fiction littéraire, thèse de doctorat, U. Paris XIII.

David. C., « Le jeu de rôle sur table : une forme littéraire intercréative de la fiction ? », Sciences du jeu n°6, 2016 (en ligne).

Detering, S. & Zagal, J., Role-Playing Game Studies : Transmedia Foundations, Londres, Routledge, 2018

Eco, U., Lector in fabula, Paris, Grasset, 1985 [1979]

Escola, M., Théorie des textes possibles, Amsterdam, Rodopi, 2012.

Fine, G. A., Shared Fantasy. Role-Playing Games as Social Worlds, Chicago, Chicago U. Press, 1983.

Lavocat, F., Fait et fiction, Paris, Seuil, 2016.

Lépinard, P. & Vaquiéri, J., « Le jeu de rôle sur table dans l’enseignement supérieur », 3e colloque international Game Evolution, Créteil, 2019.

Louichon, B., « Dix ans de “sujet lecteur” », Recherchers textuelles n°14, 2016, p. 389-403.

Mackay, D., The Fantasy Role-Playing Game – A New Performing Art, Jefferson, McFarland, 2001.

Martin, C., « Role Playing in Children’s Literature. Zilpha Keatley Snyder and The Egypt Game », American Journal of Play 10, n°2, 2018, p. 208-228.

Mucchielli, A., Les jeux de rôles, Paris, PUF, 1990.

Picard, M., La lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986

Rancière, J., Le maître ignorant, Paris, Fayard, 1987.

Rouxel, A., « Autobiographie de lecteur et identité littéraire » in Rouxel & Langlade, Le sujet lecteur, Rennes, PUR, 2004, p. 137-152

Ryan, M.-L., Narrative across Media : the Languages of Storytelling, Lincoln, U. of Nebraska Press, 2004.

Ryan, M.-L., Narrative as Virtual Reality : Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins U.P., 2001.

Schaeffer, J.-M., Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999.

Saint-Gelais, R., Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, 2011.

Saint-Gelais, R. et Audet, R. (dirs.), La fiction, suite et variantes, Québec, Nota Bene, 2007.

Trémel, l., Jeux de rôles, jeux vidéo, multimédia – les faiseurs de monde, Paris, PUF, 2001.

Zagal, J. P. et Detering, S. (eds.), Role Playing game Studies : a Transmedia Approach, New York, Routledge, 2018.

Zagal, J. P. Ludoliteracy. Defining, Understanding, and Supporting Games Education, ETC Press, 2011.

Appel à contribution : Du texte à l’écran

Call for papers: From text to screen

Intercâmbio nº 13, 2º série – 2020

Adaptation et transposition des œuvres littéraires d’expression française vers d’autres médias

Appel

La transposition des œuvres littéraires – notamment d’expression française – dans de nouveaux supports a gagné depuis les années 1980 un nouvel éclairage théorique et critique à la faveur de l’émergence de l’approche intermédiale, laquelle fait converger l’interaction des différents médias mobilisés dans l’élaboration et réélaboration d’une œuvre (Müller, 2000). En effet, l’étude des transpositions artistiques engage, au-delà de la simple adaptation, des phénomènes intermédiaux complexes de combinaison et de référence qui dépassent et enrichissent la perspective intertextuelle qui avait précédemment marqué les études littéraires (Rajewsky, 2005).   

Le cadre de l’intermédialité permet, en effet, de mettre en exergue l’étude de certaines formes médiatiques installées ou émergentes (Gaudreault & Marion, 2004) dans le domaine artistique, telles que le cinéma, la télévision, la web-série, les bandes-annonces, l’album numérique, les micro-récits publicitaires, voire le roman graphique ou certaines manifestations théâtrales de rue, etc., susceptibles de tisser des rapports intersémiotiques complexes avec le texte littéraire original dans son format et support conventionnel.  

Qui plus est, la concurrence de médias et de supports de reproduction de la réalité, techniquement plus performants et immédiats (audiovisuel, numérique, 3D, virtuel), lesquels misent souvent explicitement sur un rendu hyper-réel (Baudrillard, 1997), notamment par le biais d’effets spéciaux, du recours à la téléréalité ou encore à la fidélisation sérielle sur plate-forme digitale, n’est certainement pas venue évacuer, mais a en tous cas fini par relativiser et problématiser le rôle et la part du texte littéraire dans la représentation, en procurant un accès compétitif et immédiat au réel.

 Si l’adaptation permet souvent de « rentabiliser » commercialement un écrit, elle le fait surtout (re)vivre, et lui procure une portée nouvelle et inattendue. Elle est en elle-même artistique en ce qu’elle requiert un processus et une maîtrise doubles : appréhender l’œuvre littéraire dont elle s’inspire, tout comme la forme médiatique propre, avec sa dynamique spécifique, qu’elle assume du film à l’opéra rock en passant par la bande dessinée.

Aussi, la transposition intermédiale de l’œuvre littéraire devient-elle toujours quelque part réécriture différée, avec risque de mésinterprétation, voire de réaction conflictuelle de l’auteur (et du spectateur) de l’œuvre originale avec l’adaptation, d’autant plus que l’adaptation dans d’autres médias et supports contraint à l’adoption de nouveaux codes dans un format narratif parfois aux règles distinctes. Toutefois, adapter à, ou transposer vers un autre médium finit également par montrer un autre versant de l’actualité et de la contemporanéité de l’œuvre ; non pas un déjà lu, mais un inaperçu, ou un impensé du texte littéraire original.

Aussi, l’adaptation permet-elle l’adhésion de nouveaux lecteurs, ou des lecteurs renouvelés dans leur pratique lectrice, dans un contexte marqué par la supériorité et de l’ubiquité technologiques audiovisuelles et numériques, mais aussi, quelque part, par le rapport renouvelé et éminemment « relationnel » que la fiction noue avec le réel et les       « objets thématiques » (Viart, 2019).

Il importera donc de se pencher sur les questions multiples suscitées aujourd’hui par l’adaptation, et son impact, des œuvres littéraires d’expression française, plus spécifiquement impliquant des corpus moins étudiés, moins investis, plus ou moins récents, mais encore retenus pour cette approche intermédiale, à partir des axes d’approche suivants :

  • Adaptation : impact sur l’œuvre ;
  • Adaptation : impact sur la (re)lecture ;
  • Adaptation : impact sur le récit, les codes et la transposition du réel ;
  • Adaptation et concurrence / coexistence de médias.

Modalités

Nous vous prions de bien vouloir nous faire parvenir vos propositions (250 mots maximum) accompagnées d’une brève notice biobibliographique (10 lignes maximum) jusqu’au 15 juillet 2020 au courriel suivant intercambio@letras.up.pt

Les propositions retenues feront l’objet d’un envoi de l’article définitif jusqu’au 31 octobre 2020 dans le cadre de consignes et d’un protocole de rédaction que nous vous transmettrons, à observer scrupuleusement en cas de réponse positive du comité scientifique.

Langues de rédaction : français et portugais.

Éditeurs du nº 13 :

Ana Paula Coutinho, Maria de Fátima Outeirinho et José Domingues de Almeida

Directeur de la revue : José Domingues de Almeida

NB : une rubrique Autres papiers accueille des articles inédits touchant les Études Françaises et Francophones en dehors de la thématique proposée dans ce numéro précis.

Événement : Le personnage romanesque au miroir du lecteur

Event: The fictional character in the reader’s mirror

Procédés et formes de l’identification

Université de Poitiers

Colloque du FoReLLIS B2 organisé par Émile Pézard et Antonia Zagamé

Programme

Jeudi 2 avril

10h Accueil des participants

10h15 Introduction par Émilie Pézard et Antonia Zagamé

Session 1 : Théories de l’identification

10h30 Françoise Lavocat : Identification et empathie: rivalité ou complémentarité ?

11h  Vincent Jouve : L’identification et les jeux du désir

11h30  discussions

11h45  pause

12h  Véronique Larrivé : Mécanismes de l’empathie fictionnelle et rôle du lisart dans la lecture de romans

12h30  Étienne Boilliet : L’identification au personnage : un processus typiquement fictionnel ? 

13h discussions

13h15 déjeuner

Session 2 : De l’Antiquité au xviiie siècle

14h45  Michel Briand : Pour une généalogie de l’identification romanesque : jeux de catharsis et d’empathie dans le roman grec ancien

15h15  Yen-Maï Tran-Gervat : Retour sur la « folie par identification romanesque » aux siècles classiques

15h45  discussions

16h  pause

16h15  Côme de la Bouillerie : « Caton galant, et Brutus dameret » : le métissage du désir dans le roman héroïque au XVIIe siècle

16h45  Stéphane Pouyaud :Parodie et identification : de la rupture de l’immersion fictionnelle à la suspension volontaire de l’incrédulité   

17h15  discussions

17h30  fin de la journée

Vendredi 3 avril

Session 3 : xixe siècle

9h15 Accueil des participants

9h30 Brigitte Diaz : George Sand vue par ses lecteurs : un personnage très romanesque 

10h Marie Parmentier : Devenir une femme de trente ans en lisant Balzac : l’identification à un type ?

10h30  discussions

10h45  pause

11h  Anna Hanotte-Zawiślak : Premières impressions dans le procédé d’identification au personnage romanesque

11h30  Alexandra Delattre :Une vertu qu’il faut imiter ? Réflexions sur le statut politique de l’identification chez le personnage féminin au XIXe siècle

12h  discussions

12h30  déjeuner

Session 4 : xxe-xxie siècles

14h15  Anne Strasser : La réception du personnage autobiographique

15h  discussions

15h15  pause

15h30  Eric Hoppenot : Le critique déguisé en personnage. Sur la méthode Bayard

16h  Alix Mary : Ecrivains imaginaires et lecteurs authentiques, le petit théâtre de Jean-Benoît Puech

16h30  discussions

16h45  fin de la journée

Parution : Small Stories

Publication: Small Stories

Un nouveau paradigme pour les recherches sur le récit

Sous la direction de Sylvie Patron

Le concept de small stories a été introduit dans la discussion scientifique par Michael Bamberg et Alexandra Georgakopoulou. Il désigne « un ensemble d’activités narratives sous-représentées, comme les récits d’événements en cours, d’événements futurs et hypothétiques, d’événements partagés (connus), mais aussi les allusions à des récits, les récits différés ou encore les refus de raconter ». Le but de la small stories research est de déplacer l’attention, auparavant centrée sur les récits de soi, récits longs, pris en charge par un narrateur unique, consacrés à des événements passés non partagés, vers les récits courts et fragmentés que l’on trouve dans les environnements interactionnels de tous les jours.

Cet ouvrage vise à présenter au public français les principaux développements de la small stories research et à encourager la collaboration entre les chercheurs français et anglo-saxons, de même qu’entre les chercheurs de différentes disciplines.

320 pages – 152 x 229 cm
30 € ISBN : 9791037002877 (Edition brochée)

Événement : Les Imaginales

Event: Les Imaginales

14-17 mai 2020

Fondé en 2002, le festival Imaginales est l’un des premiers salons internationaux de littérature d’imaginaire.

Gratuit et ouvert à tout public, il est organisé chaque année à la fin du mois de mai dans le parc du Cours à Épinal.

Quatre jours durant, plus d’une centaine d’invités venant de divers horizons (France, Europe, États-Unis, etc.), écrivains ou artistes, auteurs de fantasy, science-fiction, fantastique, romans historiques, contes et légendes, partagent leur passion avec un public chaque année plus nombreux.

Plus de 40 000 visiteurs sont ainsi venus en 2019 se plonger dans ces mondes imaginaires, entre expositions, conférences, cafés littéraires et animations insolites, dans un parc ombragé, bordé par les courbes de la Moselle.

C’est tout naturellement que le festival a trouvé sa place dans une ville, Épinal, dédiée depuis toujours à la culture et à l’image.

Pour plus d’information : https://www.imaginales.fr/le-festival/decouvrir-le-festival/

Parution/Publication: Narrative Factuality: A Handbook.

The study of narrative—the object of the rapidly growing discipline of narratology—has been traditionally concerned with the fictional narratives of literature, such as novels or short stories. But narrative is a transdisciplinary and transmedial concept whose manifestations encompass both the fictional and the factual. In this volume, which provides a companion piece to Tobias Klauk and Tilmann Köppe’s Fiktionalität: Ein interdisziplinäres Handbuch, the use of narrative to convey true and reliable information is systematically explored across media, cultures and disciplines, as well as in its narratological, stylistic, philosophical, and rhetorical dimensions. At a time when the notion of truth has come under attack, it is imperative to reaffirm the commitment to facts of certain types of narrative, and to examine critically the foundations of this commitment. But because it takes a background for a figure to emerge clearly, this book will also explore nonfactual types of narratives, thereby providing insights into the nature of narrative fiction that could not be reached from the narrowly literary perspective of early narratology.

Monika Fludernik, Albert-Ludwigs-University, Freiburg, Germany; Marie- Laure Ryan, Bellvue, Colorado, USA.

Hardcover:

RRP *€ [D] 159.95 / *US$ 183.99 / *GBP 145.50
ISBN 978-3-11-048280-5

eBook:

RRP *€ [D] 159.95 / *US$ 183.99 / *GBP 145.50
PDF ISBN 978-3-11-048627-8 EPUB ISBN 978-3-11-048499-1

Date of Publication: December 2019

 Language of Publication: English

Subjects: Literary Studies, general Literary Theory

Of interest to: Graduate students and researchers in the humanities

Appel à contribution: Science et fiction

Call for papers: Science and Fiction

7 avril 2020

Organisée par le laboratoire ICTT (Identité culturelle, texte et théâtralité) d’Avignon Université

Appel

Suite à la journée d’étude « jeunes chercheurs » 2019 organisée par le laboratoire ICTT d’Avignon Université qui avait fait la part belle aux questionnements sur le concept d’objectivité, cette nouvelle journée d’étude du 7 avril 2020 portera sur le thème de « sciences et fiction ». Elle vise ainsi à regrouper de nouveau des chercheurs travaillant dans différents domaines afin d’enrichir la réflexion et susciter les échanges autour des relations entre deux notions souvent perçues comme (injustement ?) contradictoires : sciences et fiction.

En effet, ces deux domaines « sciences » et « fiction » entretiennent en réalité des liens particulièrement étroits puisque l’un a souvent influencé l’autre. Il convient donc par conséquent de réunir les chercheurs en sciences, sciences de la technologie et de la santé (biologie, médecine, informatique, etc.) et sciences humaines et sociales (histoire, littérature, cinéma, télévision, théâtre, langues, sociologie, philosophie, etc.), ainsi que les chercheurs travaillant à la croisée de plusieurs disciplines, afin d’interroger à nouveau l’imbrication de ces deux notions. Dans quelle mesure les sciences ont-elles influencé, et continuent-elles à influencer la fiction et inversement ? Comment définir la science-fiction ? Pourquoi les sciences fascinent les créateurs, les hommes de lettres et les artistes, et quelle est la crédibilité des œuvres de fiction ? Comment la science peut-elle améliorer l’humain ? Avec les nouvelles technologies, quels sont les futurs possibles ? Comment ces deux perspectives redéfinissent l’humain ? Enfin, quelle(s) éthique(s) concevoir ensemble dans un monde entre sciences et fiction ?

Les sciences et la fiction sont des domaines et des notions qui, dans leurs relations, nous invitent à nous poser plusieurs questions, notamment au niveau de leur rapprochement, puisqu’elles ont été souvent mises en opposition. Des liens étroits sont visibles dans le genre de fiction, dans la littérature, le cinéma et à présent, dans les séries télévisuelles. Jules Verne, par exemple, a développé la science-fiction en exploitant les avancées scientifiques de son époque afin de spéculer sur les recoins inexplorés de la Terre. Aussi, voit-on que le XIXe siècle et la Révolution Industrielle conduisent à la création des uchronies et d’œuvres issues du mouvement steampunk apparu dans les années 1980, où une réalité alternative se met en avant en utilisant des machines à vapeur avancées. D’autre part, la science a été un motif d’inspiration pour le cinéma et la télévision. Sur les écrans des années 80, de nombreux films se concentrent sur les ordinateurs, les robots, les machines et actuellement, on continue à voir des séries et des courts/longs métrages s’inspirer des nouvelles technologies pour aborder les confrontations homme-machine, les guerres nucléaires, les accidents biologiques et les mondes (post)apocalyptiques. Il serait alors pertinent, dans un premier temps, de se demander si l’on peut considérer que les domaines des sciences et de la fiction sont effectivement complémentaires dans la mesure où leur histoire respective indique de nombreux croisements.  Ont-ils donc travaillé ensemble (sans le savoir) pour provoquer un développement mutuel ?

Cependant, il convient de rappeler ici que l’échange ne saurait se faire dans un seul et unique sens puisque la fiction a parfois devancé les inventions scientifiques (c’est le cas par exemple du film Metropolis et de ses écrans permettant de voir d’autres personnes en temps réel ou des caméras de surveillance omniprésentes dans 1984). Quelles sont les inventions fictives qui sont ensuite devenues réelles ? Pourquoi a-t-on voulu reproduire ces inventions ? Si certaines prédictions fictives se sont révélées exactes ou ont pu être crées, qu’en est-il des autres inventions fictives ? La question de crédibilité se pose alors. Les robots et androïdes de fiction sont souvent dotés d’une conscience et ne réalisent pas qu’ils ne sont pas humains ; l’humain lui-même peut transférer ses données cérébrales dans des appareils connectés ou encore remplacer des parties de son corps pour devenir plus performants, et ainsi devenir un cyborg (Haraway 2007). En vue des connaissances actuelles et du progrès scientifique, dans quelles mesures ces scénarios fictifs sont-ils crédibles ? Quelle est la limite entre la fiction spéculative et les véritables possibilités scientifiques et technologiques ? Les œuvres de science-fiction ont beaucoup abordé les thèmes du clonage et de l’homme-machine, mais d’un point de vue médical, quelles sont les lois d’éthique encadrant ces procédés ? Dans quelles limites peut-on utiliser les technologies ou les sciences avant de devenir l’homme-robot des fictions ?

Enfin, ces relations entre sciences et fiction amènent évidemment à se poser des questions sur la définition même de l’humain. Le mouvement cyberpunk imagine des humains ayant remplacé plusieurs parties de leur corps pour devenir une machine et seul l’esprit subsiste. Quant au transhumanisme, que Francis Fukuyama définit comme un « mouvement de libération » (2009), l’homme désire volontairement dépasser sa condition biologique humaine grâce à la science et la technologie, allant des simples modifications physiques jusqu’aux modifications intellectuelles et psychologiques. Dans les deux cas, est-ce que l’homme qui renonce à son corps physique et biologique peut être considéré encore comme humain ? Comment définir la relation entre les technologies et l’homme au XXIe siècle ? Est-ce que ces nouveaux hommes, ces post-humains, peuvent devenir le futur de l’humanité ?

Suggestion de bibliographie

  • BOZZETTO, Roger. La Science-Fiction. Armand Colin, Paris, 2007.
  • Ed. DESPRES Elaine et Hélène Machinal. Humains: Frontières, évolutions, hybridités.Presses universitaires de Rennes. 2014
  • FUKUYAMA, Francis. « Transhumanism ». Foreign Policy, 23 October 2009. foreignpolicy.com/2009/10/23/transhumanism/
  • HARAWAY, Donna. Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes. Editions Exils, 2007
  • HAYLES, N. Katherine. How We Became Posthuman. The University of Chicago Press, Chicago, 1999
  • NAYAR, Pramod K. Posthumanism. Polity Press, Cambridge, 2014
  • VAN HERP, Jacques. Panorama de la science-fiction : les thèmes, les genres, les écoles, les auteurs. Claude Lefrancq Editeur, Bruxelles, 2nde édition 1996 (1ère édition 1974)

Publication

Une sélection des communications sera publiée dans le prochain numéro de la revue Sphères  (https://ictt.univ-avignon.fr/spheres/). La revue Sphères se veut principalement sphère d’échanges pluridisciplinaires entre les différents domaines de recherche en Sciences Humaines et Sociales, tout en s’ouvrant à d’autres disciplines universitaires selon les thématiques choisies au fil de ses numéros. Publiée au sein du laboratoire de recherche Identité Culturelle, Textes et Théâtralité (ICTT, ÉA 4277), la revue s’est dotée en 2018 d’un nouveau comité de direction, et d’un nouveau comité éditorial pluridisciplinaire et international, qui comprend jeunes chercheurs et chercheuses, ainsi que professionnel∙les de théâtre venant de plusieurs pays européens (France, Angleterre, Italie, Grèce, Allemagne), afin de permettre une approche interdisciplinaire et qui associe la théorie à la pratique. Depuis 2019, la revue figure au sein du catalogue des EUA (Éditions Universitaires d’Avignon) grâce à un nouveau partenariat.

Comité scientifique

  • Antonia AMO SANCHEZ, MCF HDR, Langues romanes, espagnol
  • Cyrielle GARSON, MCF, Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes
  • Madelena GONZALEZ, PR, Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes
  •  Naima LAMARI, MCF, Langues romanes, espagnol
  • Graham RANGER, PR, Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes

Modalités de participation

Nous demanderons aux candidat.e.s de bien vouloir fournir les éléments suivants :

  • Un résumé de 150-200 mots en français ou en anglais, à envoyer jusqu’au 19 janvier 2020, inclus.
  • Une courte présentation ou biographie du candidat.e et de ses recherches en cours (150-200 mots en français ou en anglais)
  • Une bibliographie comportant au maximum 15 références. Les auteur.e.s des propositions de contribution sont prié.e.s d’envoyer celles-ci sous format .doc ou .pdf aux adresses suivantes : gwladys.chissotti@univ-avignon.fr  /  laura.rozo-llanos@alumni.univ-avignon.fr

Appel à contribution : L’imaginaire écologique contemporain : littérature et environnement

Call for papers: The contemporary ecological imagination: literature and environment

Colloque International

Université de Gand – 7-9 décembre 2020 

Appel

La problématique environnementale occupe, depuis les années 1980, une place grandissante dans la fiction contemporaine. Si la relation de l’homme avec la nature, de Théocrite jusqu’à Thoreau, a toujours joué un rôle décisif dans la littérature occidentale, une conscience proprement écologique des menaces à l’équilibre de la biosphère est un acquis relativement récent, qui a touché la littéraire après avoir pénétré la société. L’idée d’une époque géologique nouvelle, « l’anthropocène », caractérisée par l’impact de l’action humaine, s’affirme alors progressivement en tant que catégorie de l’imaginaire littéraire, tandis que la nature se constitue comme force narrative autonome, ne se lisant plus exclusivement en tant que reflet des sentiments du sujet. À cet égard, Lawrence Buell, l’un des fondateurs de l’écocritique, écrit qu’un texte environnemental est tel lorsque « l’environnement non-humain se constitue comme une présence et non comme un cadre, en suggérant que l’histoire humaine est imbriquée dans l’histoire naturelle » (Buell 1995). Cela sous-entend une logique non-anthropocentrique, ne considérant plus l’intérêt de l’homme comme le seul légitime. La dimension éthique impliquée dans une telle démarche détermine à son tour une attention renouvelée à la référentialité de la littérature, voire à l’engagement des écrivains, également dans des contextes – tels que celui de la France – qui ont vu s’affirmer, dans l’après-guerre, un expérimentalisme formaliste autocentré (Schoentjes, 2015).

Le but de ce colloque est d’enquêter sur l’impact que la sensibilité écologique a sur l’imagination littéraire et sur les nouveaux liens que celle-ci instaure, dans nos représentations individuelles et collectives, avec ce qu’on appelle communément « la nature » et « l’environnement ». Une cartographie transnationale des littératures environnementales – et/ou des fictions écologiques, pour donner ce nom aux textes les plus engagés– qui puisse rendre compte de ses caractéristiques et de ses objectifs, reste en effet encore largement à faire.  Toutes les fictions littéraires (roman, nouvelle, récit) en langue française, anglaise, allemande et italienne pourront être explorées, dans une perspective globale, attentive aussi à la circulation des oeuvres. Une attention particulière, dans l’esprit de la démarche écopoétique, sera portée à l’étude des moyens formels employés pour mettre en récit ces problématiques et, plus en général, à la spécificité littéraire de cette tendance culturelle (Scaffai 2017).

Parmi les axes de recherche qui pourront faire l’objet d’une proposition de communication, nous signalons :

– L’imaginaire de l’oikos La représentation de l’enracinement dans un lieu spécifique constitue l’un des éléments le plus explorés dans la démarche écocritique, en raison du lien constitutif, indiqué par l’étymologie même, entre la maison comme mise en situation primordiale dans l’espace, et l’ensemble de la nature entendu en tant que demeure collective, chez des auteurs tels que Mario Rigoni Stern, Marie-Hélène Lafon, Robert Seethaler. Comment les auteurs représentent et problématisent-ils l’attachement de l’imagination à un lieu originaire ?   Quelle est la place, dans la fiction écologique contemporaine, de l’image de la maison dans ses liens avec la nature environnante ?

– La représentation du non-humain : La littérature contemporaine porte un intérêt toujours grandissant à la représentation du non-humain, de ce qui dépasse les catégories conceptuelles et perceptives de notre espèce. Une attention particulière est consacrée au monde animal,  par exemple dans les textes d’Isabel Sorente, de Günter Grass, de J.M. Coetzee, mais les mondes végétal et minéral sont également représentés, par des auteurs tels que Michael Stavarič et Pierre Gascar. Il s’agit d’un défi de taille, dans la mesure où les auteurs se servent du logos pour donner la parole à ce qui ne la possède pas. Par quels moyens stylistiques, narratifs et conceptuels peut-on donc s’extraire du point de vue de l’humain, en sortant du paradigme mimétique traditionnel ?

– La forme littéraire de l’écologie : On pourra également proposer des études construites à partir d’une interrogation sur les aspects formels qui médiatisent l’expérience écologique dans la fiction. Comment les écrivains repensent-ils un langage figuré traditionnellement anthropocentrique ? Comment l’allégorie, la métaphore, la métonymie, la synecdoque contribuent-elles à reconfigurer la séparation trop étanche entre l’homme et la nature, pour fonder un imaginaire de l’hybridation et de la relation ?

– En voyage dans la nature : les narrations écologiques contemporaines reprennent volontiers les récits de voyages et de permanences solitaires dans des lieux incontaminés qui fondent la tradition du nature writing, de Thoreau à Edward Abbey. Cependant, ces récits, tout en maintenant la recherche d’une connexion plus profonde avec la nature, repensent souvent la tradition en mettent en question ses présupposés virilistes et autarchiques pour explorer d’autres éléments, tels que les possibilités d’une nouvelle sociabilité en harmonie avec un environnement plus anthropisé (Gianni Celati) et les spécificités des expériences féminines et d’un regard écoféministe (Aby Andrews, Claudie Hunzinger).

– La narrativisation des connaissances scientifiques : l’écologieavant d’être un mouvement politique et social, est une discipline scientifique qui étudie les interactions des êtres vivants dans leur milieu. Le traitement des connaissances scientifiques dans les textes littéraires est donc un aspect fondamental et parfois négligé par la critique, alors que des écrivains tels que Richard Powers en font un élément central de leur production. Comment les informations sur le risque écologique fournies par les scientifiques sont-elles exposées, validées ou problématisées dans la fiction ? Comment la terminologie scientifique est-elle intégrée dans les textes littéraires d’un point de vue stylistique et cognitif ?  Quels notions et domaines scientifiques sont privilégiés et pourquoi ?   

– Les bouleversements écologiques et la littérature des lieux toxiques : L’une des caractéristiques fondamentales de la nouvelle sensibilité écologique en littérature est sa tendance à montrer les blessures infligées par l’homme à l’environnement, en dépassant et en contestant une représentation de la nature exclusivement fondée sur l’idéalisation de ses caractéristiques positives et de sa force apaisante. Si les fictions post-apocalyptiques ont largement exploré ce motif en science-fiction, la littérature réaliste s’en est aussi emparée progressivement. Des nouveaux imaginaires de la contamination chimique, de la pollution atmosphérique et des mers, de la présence invasive des déchets, de la crise climatique ont émergé, au niveau international : on peut penser aux textes de Rick Bass, de Guillaume Poix, de Christa Wolf ou de Roberto Saviano. Quels types de personnages et de narrations, quelles représentations du lien communautaire trouve-t-on dans une littérature qui se construit sur les figures de la désharmonie et de la perte?

 – Le militantisme écologique : la préoccupation écologique correspond également au retour significatif d’un engagement littéraire, dont on a pu se méfier après la fin de la guerre froide. L’urgence des thèmes écologistes ainsi que leur universalisme ont engendré des ouvrages impliquées dans un changement des imaginaires qui se mue en une forme de lutte politique visant à influencer le débat publique (Johanatan Safran Foer, Camille Brunel, Wu Ming). Un tel combat peut également se souder avec d’autres formes de revendication sociale (éco-féminisme, écologie post-coloniale).

Quelles sont donc les différentes stratégies que les auteurs mettent en place pour avoir un impact politique et social? Quelle idée de littérature en découle ? Quel lien entretient-elle avec le militantisme direct ?

– Les fictions globales : Dans le contexte de la mondialisation, des écrivains tels que Margaret Atwood, Don De Lillo, Laurent Mauvignier, Maylis de Kerangal explorent, dans leurs romans, les possibilités fictionnelles d’un imaginaire cosmopolite, fondé sur des réseaux de connexion toujours plus puissants, matériels ou immatériels, qui structurent en profondeur la réalité et notre perception de l’autre et de l’ailleurs. Ils se trouvent ainsi face au lien problématique entre localisme et cosmopolitisme qui a été exploré critiquement par Ursula Heise (2008). De quelle manière la dimension globale de la problématique écologique participe à l’édification de cette nouvelle forme romanesque ?

Proposition

 Les propositions de communication (environ 400 mots) doivent être envoyées dans l’une des langues du colloque (anglais, français, italien, allemand), avec une biobibliographie de l’auteur.e,  à l’adresse literature.green@ugent.be  au plus tard le 10 mars 2020.

Les organisateurs ne seront pas en mesure de prendre en charge les frais de déplacement et d’hébergement à Gand des participants. Les frais d’inscription s’élèveront à 100 euros.

Des tables rondes avec des écrivaines sensibles aux problématiques écologiques, Gisèle Bienne et Francesca Melandri, seront également organisées au cours du colloque pour qu’un dialogue entre la critique et la création contemporaines puisse avoir lieu autour de ces thèmes.  

Comité scientifique 

Riccardo Barontini, Université de Gand              

Benjamin Biebuyck, Université de Gand

Stef Craps, Université de Gand

Enrico Mattioda, Université de Turin

Alain Romestaing, Université Paris V

Denis Saint-Amand, Université de Namur

Niccolò Scaffai, Université de Sienne/Université de Lausanne

Pierre Schoentjes, Université de Gand

Anne Simon, CNRS/EHESS Paris

Sabine Verhulst, Université de Gand

Comité organisateur

Riccardo Barontini, Université de Gand (dir.)

Denis Saint-Amand, Université de Namur

Miruna Craciunescu, Université de Gand/Université Laval

Sara Buekens, Université de Gand

Irene Cecchini, Université de Gand

Hannah Cornelus, Université de Gand

Ida Marie Olsen, Université de Gand

Bibliographie critique

Beyond Nature Writing. Expanding the Boundaries of Ecocriticism, K. Ambuster & K.

R. Wallace éds, Charlottesville, U of Virginia P, 2001.

Ecocritical Theory: New European Approaches, Axel Goodbody, Kate Rigby éds,

Charlottesville/ London, U of Virginia P, 2011.

Facing Animals/ Face aux bêtes, A. Simon éd., L’esprit créateur, 51 : 4, 2011.

Ecocritica. La letteratura e la crisi del pianeta, Caterina Salabé ed., Roma, Donzelli,

2013.

 « Écopoétiques », Alain Romestaing, Pierre Schoentjes, Anne Simon, éds, Revue critique de fixxion française contemporaine, 11, 2015, https://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/issue/view/21/showToc

Ulrich Beck, Der kosmopolitische Blick oder: Krieg ist Frieden, Frankfurt am Main,

Suhrkamp, 2004.

Lawrence Buell, The Environmental Imagination: Thoreau, Nature Writing and the

Formation of American Culture, Cambridge/ London, Harvard University Press,

1995.

—, Writing for an Endangered World. Literature, Culture, and Environment in the U.S.

and Beyond, Harvard, Harvard University Press, 2001.

Gabriele Dürbeck & Urte Stobbe, Ecocriticism: Eine Einführung, Köln, Böhlau, 2015.

Timothy Clark, The Cambridge Introduction to Literature and the Environment,

Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

Michel Collot, La pensée-paysage, Arles, Actes Sud, 2011.

Catrin Gersdorf, Sylvia Mayer (Hg), Natur – Kultur – Text. Beiträge zu Ökologie und

Literaturwissenschaft. Heidelberg, Winter, 2005.

Ursula K. Heise, Sense of Place and Sense of Planet: The Environmental Imagination

of the Global, Oxford, Oxford University Press, 2008.

Ursula K. Heise: Imagining Extinction: The Cultural Meanings of Endangered

Species. Chicago, U of Chicago P, 2016.

Serenella Iovino, Ecologia letteraria. Una strategia di sopravvivenza, Milano, Edizioni Ambiente, 2015

Timothy Morton, Ecology without Nature, New York, Cambridge, Harvard UP, 2009.

Stéphanie Posthumus, French écocritique: reading contemporary French theory and fiction ecologically, Toronto ; Buffalo ; London, University of Toronto Press, 2017.

Niccolò Scaffai Letteratura e ecologia. Forme e temi di una relazione narrativa. Roma, Carocci, 2017.

Pierre Schoentjes, Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique, Paris, Wildproject, 2015

—, « Paysages toxiques : Pollution, déchets et atteintes à l’environnement dans la littérature contemporaine », Kultur – Landschaft – Raum. Dynamiken literarischer Inszenierungen von Kulturlandschaften, 2018, p. 165-182.

—, « Faire le job à Agbogbloshie. Guillaume Poix, Les fils conducteurs », Critique. Revue générale des publications françaises et étrangères (Paris), Tome LXXIV – N° 859, décembre 2018, p. 1052-1063.

Alain Suberchicot, Littérature et environnement. Pour une écocritique comparée, Paris, Champion,

2012, .

Bernard Westphal, La géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Minuit, ,

2007

Kenneth White, L’esprit nomade, Paris, Grasset, 1987.

Hubert Zapf, Literatur als kulturelle Ökologie. Zur kulturellen Funktion imaginativer

Texte an Beispielen des amerikanischen Romans, Tübingen, Niemeyer, 2002.

Hubert Zapf, Literature as Cultural Ecology, London, Bloomsbury Academic, 2016

Appel à contribution : Immersivité et innovations technologiques

Call for papers: Immersivness and technological innovations

Colloque international et interdisciplinaire (Université de Montréal / Université McGill)

11-13 juin 2020

Appel

À en croire les manchettes et les communiqués de presse qui accompagnent le lancement de chaque nouvel appareil de réalité virtuelle, nous approchons le jour où il sera possible de vivre des expériences si immersives que l’on ne saurait les distinguer de la réalité. Déjà en 2004, Katie Salen et Eric Zimmerman critiquaient cette « immersive fallacy », tendance qui consiste à accorder trop d’importance aux technologies audiovisuelles et à l’idée d’une illusion si totale qu’elle serait indissociable du monde réel (Salen et Zimmerman 2004, p. 451). En effet, plusieurs ont déjà démontré le riche héritage de la notion d’immersion, contribuant ainsi à remettre en question la nouveauté du concept et son rapport aux « nouvelles technologies ». Par exemple, Oliver Grau (2003), Alison Griffiths (2013) et Erkki Huhtamo (2013) proposent une archéologie des formes médiatiques immersives depuis l’Antiquité en passant par les panoramas du 19esiècle. D’autres, comme Victor Neil (1988), Jean-Marie Schaeffer (1999), Janet Murray (1997) et Marie-Laure Ryan (2001, 2015) ont abordé l’immersion dans un contexte littéraire en traitant des technologies propres au récit scriptural et de l’apport psychologique du lecteur dans l’immersivité narrative. Du côté vidéoludique, Gordon Calleja a critiqué les malentendus — autant dans l’industrie que dans le monde académique — qui émanent de la confusion sémantique du terme immersion :« It is used to refer to experiential states as diverse as general engagement, perception of realism, addiction, suspension of disbelief, identification with game characters and more » (2011,p. 25).

Comprendre les formes immersives contemporaines implique à cet effet un éventail d’approches visant à déchiffrer la notion d’immersivité à travers différents contextes sociohistoriques et disciplinaires, ainsi qu’à mettre en lumière les formations d’expériences immersives au-delà des limites des technologies actuelles. Comment l’histoire de l’art, la littérature, les médias visuels et même la science peuvent-ils influencer la notion d’immersivité? Qu’est-ce que les pratiques immersives antérieures nous apprennent de l’idéal (encore irréalisé) d’une expérience virtuelle totalement englobante? Quels rôles le corps, l’espace et le récit jouent-ils dans la production et le maintien d’une expérience immersive? À quelles fins les fonctions immersives des technologies sont-elles utilisées? Les questions qui alimentent depuis longtemps la réflexion sur la notion d’immersivité reviennent ainsi dans les plus récentes recherches, que ce soit dans le domaine des théories des médias (Lisa Nakamura, Wendy H.K. Chun, Deborah Levitt) ou dans le champ des sciences cognitives et de la psychologie (Jeremy Bailenson, Mel Slater, Philippe Bertrand). D’autres encore ont cherché à unir les deux champs d’études en s’inspirant d’approches psychologiques et cognitives afin d’aborder l’immersivité en jeu dans différentes technologies médiatiques (Torben Grodal, Mireille Berton, Douglas Trumbull).

Dans le cadre du colloque « Immersivité et innovations technologiques », nous sommes à la recherche de contributions qui sauront contextualiser la notion d’immersivité et les innovations technologiques qui s’y rattachent. Nous encourageons les propositions qui remettent en question la nouveauté de l’immersivité et celles qui proposent de nouveaux regards sur les formations médiatiques dites « immersives ». Les présentations peuvent porter sur les sujets suivants (sans y être limitées) :

  • (Pré-)histoire des médias immersifs (panoramas, cinéorama, sensorama, cinerama).
  • Les formes de l’immersivité en littérature (de l’absorption à l’implication).
  • Les limites de l’immersivité (menaces et défauts).
  • Approches psychologiques et cognitives du concept d’immersivité.
  • La place du corps (agentivité, incorporation, impression de présence, les sens, l’affect).
  • Formats surdimensionnés (des Nymphéasà IMAX).
  • Situer l’immersivité (sites, lieux et espaces immersifs).
  • Suspension du jugement critique (automates, agents conversationnels et intelligence artificielle). 
  • Créer l’immersivité (scénarisation, programmation et production d’expériences immersives).
  • Enjeux économiques et logistiques liés à l’immersivité.
  • Institutionnalisation des formes médiatiques immersives.
  • (Photo)réalisme et autres conventions.
  • Systèmes immersifs d’éducation ou d’entraînement (médecine, aéronautique, armée, etc.).
  • Accessibilité et sécurité (approches universelles et inclusives à l’immersivité médiatique).

Soumissions

Les propositions (300 mots, excluant la bibliographie), ainsi qu’une biobibliographie (150 mots) peuvent être envoyées à l’adresse : immersivite@gmail.com.

La date limite pour soumettre une proposition est le vendredi 10 janvier 2020.

Les acceptations seront envoyées en février 2020.

Organisé par le Laboratoire CinéMédias du Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal, cet événement est le fruit d’une collaboration entrele partenariat international de recherche sur les techniques et technologies du cinéma (TECHNÈS), le Groupe de recherche sur l’avènement et la formation des identités médiatiques (GRAFIM), le programme de recherche sur l’expérience cinématographqiue (CINEX), ainsi que le Moving Image Research Laboratory (Université McGill). Le colloque aura pour invité d’honneur Douglas Trumbull, spécialiste en effets visuels (2001: A Space Odyssey;Blade Runner) et réalisateur (Silent RunningBrainstorm).

Comité scientifique : Philippe Bédard (Université de Montréal), Thomas Carrier-Lafleur (Université de Montréal), Santiago Hidalgo (Université de Montréal), Caroline Martin (Université de Montréal), Alanna Thain (Université McGill), Carl Therrien (Université de Montréal).

Références

Calleja, Gordon. 2011. In-Game : From immersion to incorporation. Cambridge, Mass.: MIT Press.

Grau, Oliver. 2003. Virtual art: From illusion to immersion. Cambridge, Mass.: MIT Press.

Griffiths, Alison. 2013.Shivers Down Your Spine: Cinema, Museums, and the Immersive View, New York : Columbia University Press.

Huhtamo, Erkki. 2013. Illusions in motion: media archaeology of the moving panorama and related spectacles. Cambridge: MIT Press.

Murray, Janet H. 1997. Hamlet on the Holodeck. Cambridge, Mass.: MIT Press.

Neil, Victor. 1988. Lost in a book. The psychology of reading for pleasure, New Haven: Yale University Press.

Ryan, Marie-Laure. 2001. Narrative as virtual reality: Immersion and interactivity in literature and electronic media. Baltimore: Johns Hopkins University Press.

Salen, Katie, et Eric Zimmerman. 2004.Rules of play: Game design fundamentals.Cambridge, Mass.: MIT Press.

Schaeffer, Jean-Marie. 1999. Pourquoi la fiction? Paris : Seuil.