Franck Salaün

Professeur, Université Paul-Valéry Montpellier

frasalaun@orange.fr

Discipline : Littérature, philosophie, histoire culturelle

Champs de recherche : Fictions pensantes, littérature, philosophie

Ouvrage : Besoin de fiction. Sur l’expérience littéraire de la pensée et le concept de fiction pensante, Paris, Hermann, [2010], 2013.

Claude CALAME

EHESS, Paris

claude.calame@unil.ch

Discipline : Anthropologie des formes poétiques grecques

Champs de recherche : analyse des discours, pragmatique

Pour en savoir plus https://www.anhima.fr/spip.php?article78

Maud POURADIER

Maître de conférences, Université de Caen Normandie, EA Identité et subjectivité

maud.pouradier@unicaen.fr

Discipline : Philosophie

Champs de recherche : Philosophie de l’art, métaphysique

Pour en savoir plus : https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/pagePerso/3158017, membre fondateur de PhiLiA (philosophie de la littérature et de l’art) : https://philodelart.hypotheses.org/philia

Etienne BOILLET

Maître de conférences à l’Université de Poitiers

etienne.boillet@univ-poitiers.fr

Discipline : Etudes italiennes

Champs de recherche : Littérature italienne XX-XXI s., théorie de la fiction

Pour en savoir plus https://cv.archives-ouvertes.fr/etienne-boillet

Laëtitia Deleuze

Doctorante, New York University / Aix-Marseille Université

Discipline : Littérature d’expression française

Champs de recherche : Ecritures de l’événement, trauma, mémoire et fiction, narratologie, théorie critique, texte et auralité

Thèse sous la direction de François Noudelmann et de Michel Bertrand, portant sur l’écriture de l’événement et son rapport à la voix dans l’œuvre de Laurent Mauvignier.

Pour plus d’informations :

https://as.nyu.edu/content/nyu-as/as/departments/french/people/meet-our-graduate-students/laetita-deleuze.html

Alessandro LEIDUAN

Enseignant chercheur, Université de Toulon

leiduanalex@hotmail.com

Discipline : Littérature

Champs de recherche : Fiction et croyances, fiction de l’ère digitale, fait et fiction

Publications :

Umberto Eco et les théories du complot. Contre le complotisme. Au-delà de l’anticomplotisme, Nice, Ovadia, 2019.

Critique de la raison narrative. Le récit dans l’ère digitale, Nice, Ovadia, 2021.

Hadrien COURTEMANCHE

Enseignant en Lettres, Doctorant en Littérature française à l’Université Sorbonne-Paris Nord

Laboratoire Pléïade, UR 7338

hadrien.courtemanche@edu.univ-paris13.fr

Discipline : Littérature française

Champs de recherche : les anthologies personnelles d’auteurs français de l’époque moderne et contemporaine

– Littérature française 1870-1940

– Pratique et poétique de l’auto-anthologie (œuvres, pages et morceaux choisis d’écrivains)

– Littérature et société (littérature d’idées, représentations sociales, discours social)

– Presse et littérature (écritures journalistiques, revues, chroniques)

– Histoire et théorie des genres littéraires (roman, poésie, essai, anthologie)

– Littérature et enseignement (manuels, histoires de la littérature, critique littéraire)

– Littérature et fictionnalité (esthétique, histoire, autobiographie, biographie, fait et fiction, non-fiction)

– Littérature et écologie (écopoétique, géocritique, littérature de voyage, écriture insulaire)

– Corpus principal : Léon Bloy, Émile-Auguste Chartier dit Alain, Charles Péguy, André Gide, Sidonie-Gabrielle Colette dite Colette.

Page laboratoire : https://pleiade.univ-paris13.fr/profil/hadrien.courtemanche/

Journal de recherche : https://textechoix.hypotheses.org/

Congrès de la SFLGC: Les populations fictionnelles

Date de l’échéance : 15/01/2021

Congrès de la SFLGC – 25-26-27 Novembre 2021

Université de la Sorbonne nouvelle

Campus Condorcet

Les personnages de fiction, quelque soit leur support médiatique, sont par excellence un objet de comparaison. Il est traditionnel de comparer deux personnages qui partagent certaines caractéristiques (Raskolnikov et Lafcadio, Dom Juan et Valmont, Emma Bovary et Anna Karénine…) ; de comparer les personnages d’un roman au film ou à la pièce de théâtre qui en ont été tirés, ou d’une série avec ceux d’un jeu vidéo[1] . Il existe même des programmes en ligne pour comparer des personnages entre eux[2] ! Même si les dictionnaires de personnages existent depuis longtemps (surtout depuis le début du XXe siècle), une nouvelle façon d’envisager les personnages est apparue sur Internet, favorisant un autre type de comparaison : les listes de personnages se multiplient, par œuvre, par auteur/auteure, par genre, par ordre alphabétique, par caractéristique (les plus beaux, les plus riches[3] !) ou même par rapport aux émotions qu’ils suscitent (les personnages les plus aimés, les plus détestés…).

C’est cette approche, très contemporaine, des personnages comme ensemble, collectivité, population que nous souhaitons approfondir grâce à ce congrès. Les populations qui peuplent les fictions – qu’il s’agisse de romans, de cinéma, de théâtre, de jeux vidéo, de bandes dessinées – sont mal connues. Nous proposons donc d’aborder les personnages d’une façon nouvelle ; d’étudier non pas le personnage (qui a déjà fait couler beaucoup d’encre), mais lespersonnages : de les appréhender comme une population, genrée, ontologiquement hétérogène, socialement distribuée, très souvent migrante. Cette étude, à notre avis, est susceptible d’apporter une meilleure connaissance des univers fictionnels et d’éclairer des aspects de l’histoire du roman ou d’autres genres.

Les approches diachroniques, éventuellement statistiques et faisant appel aux humanités numériques seront particulièrement bienvenues.

On s’intéressera à tout ce qui constitue l’hétérogénéité ontologique de la population fictionnelle : la proportion et les caractéristiques (dans plusieurs œuvres, dans un genre ou une époque donnés) des différentes catégories de personnages : historiques ; féériques ; allégoriques ; des animaux ; des personnages à initiale ; des personnages sans nom… On tentera de répertorier, éventuellement de classer les espèces de l’humanité fictionnelle. Est-il vrai que l’imagination humaine, comme le pense Joseph Campbell, n’a conçu, depuis qu’elle produit des fictions, qu’un petit nombre de créatures possibles, similaires sur toute la surface du globe ?

  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?
  • Comment les personnages sont-ils distribués à l’intérieur d’un univers fictionnel ? Ont-ils par exemple plus de chance d’apparaître au début, au milieu, à la fin de l’œuvre ? Quels sont leurs mouvements ? Quelle est leur probabilité de mourir[4]? Sont-ils hiérarchisés (par exemple entre personnages dits « principaux ») « secondaires »). Quels sont les enjeux axiologiques, politiques de ces classements explicites ou implicites ? Les manières anciennes de classer les personnages (comme celle de Foster entre personnages « ronds et plats » si populaire dans le domaine anglo-saxon, celle de Frye selon les genres, celle de Jauss selon les modes d’identification, de Hamon dans une optique structuraliste) sont-elles toujours pertinentes ?

On pourra proposer d’autres approches, pourvu qu’elles visent à l’analyse et la compréhension de la façon dont les univers fictionnels sont peuplés et habités, ou s’interrogent sur les différentes façons de classer les personnages ou de les aborder comme collectivité.

Les propositions peuvent aussi bien prendre la forme de communications individuelles, d’ateliers ou de tables rondes.

Le Congrès, organisé par le département de LGC de la Sorbonne Nouvelle, avec le soutien du CERC, se tiendra au campus Condorcet les  25-26-27 novembre 2021. Les propositions sont à envoyer à congressflgc2021@gmail.com avant le 15 janvier 2021.

Comité d’organisation : F. Lavocat, A. I. François, C. Le Blanc, Y-M. Tran-Gervat.

Bibliographie indicative

Alexander, Sam, Joyce’s Census: « Character, Demography, and the Problem of Population in Ulysses », NOVEL: A Forum on Fiction, Vol. 45, No. 3 (FALL 2012), pp. 433-454.

Beaufort, Romane et Melissent, Lucas, « Pour une analyse démographique de Game of Thrones », « https://www.demographie-got.com

Brémond, Claude, « Une enquête internationale sur le héros de film », 1895. 75 | 2015, DOI : 10.4000/1895.4965

Brugeilles, C. Cromer I., Analysing gender representations in school textbooks, Les collections du CEPD, Centre population et développement, 2009.

Campbell, Joseph [1949], Le Héros aux mille et un visages, Robert Laffont, 1977, réédité chez Oxus en 2010.

Chalvon-Demersey, Sabine, « Enquête sur l’étrange nature du héros de série télévisée », Réseaux, n° 165, 2011, pp. 183-214.

Forster, Edward Morgan, Aspects of the Novel [1927], Mariner Books, 1956.

Frye, Northop : Amatomy of Criticism, Princeton University Press, 1975.

Galleron, Ioana, « Conceptualisation of theatrical characters in the digital paradigm: needs, problems and foreseen solutions », Human and Social studies, De Gruyter, vol. 6, issue 1, 2017.

Hamon, Philippe, « Pour un statut sémiologique du personnage », Littérature, vol. 6, n° 6, 1972, p. 86-110.

Jauss, Hans Robert, « Level of identification of Hero and Audience », New Literary History 5. 2, Winter 1974: 283-317

Lavocat, Françoise, « L’étude des populations fictives comme nouvel objet et le “style démographique” comme nouveau concept narratologique », https://www.fabula.org/atelier.php?Populations_fictives 24 septembre 2020.

Moretti, Franco, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History, London New-York, 2005.

Plotz, John, The Crowd: British Literature and Public Politics, Berkeley, Los. Angeles and London, University of California Press, 2000.

Rosen, Jeremy, Minor Character have their Day; Genre and the Contemporary Marketplace, Columbia University Press, 2016.

Samoyault, Tiphaine, « La banlieue du roman: l’espace du personnage secondaire », Dossier Banlieues de la théorie (textes initialement parus dans l’Agenda de la pensée contemporaine, 10, printemps 2008). https://www.fabula.org/atelier.php?Espace_du_personnage_secondaire

Woloch, Alex, The One vs. the Many, Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton University Press, 2003

[1] https://hitek.fr/42/the-witcher-casting-serie-compare-personnages-jeu-video_6271

[2] https://www.includehelp.com/code-snippets/c-program-to-compare-two-characters.aspx

[3] https://blog.impossible-dictionnaire.com/les-personnages-de-fiction-les-plus-riches/

[4] Cette étude a été menée par Romane Beaufort et Lucas Melissent à propos des personnages de Games of Thrones(https://www.demographie-got.com).Source de l’information : Françoise Lavocat

Zoé Schweitzer

Enseignant-chercheur, Université de Saint-Etienne / Ihrim

zoe.schweitzer@univ-st-etienne.fr

Discipline : Littérature comparée

Champs de recherche : théâtre XVIe-XXe, tragédies, théories du théâtre

La Scène cannibale. Pratiques et théories de la transgression (XVIe-XXIe siècle), Classiques Garnier, 2021

Pour en savoir plus : http://ihrim.ens-lyon.fr/auteur/schweitzer-zoe