Characters without names: the anonymous and the crowds

Proposal for an open group session at the XXIII ICLA Congress,

Tbilisi, Georgia, July 24-29, 2022

Charlotte Krauss, Université de Poitiers, charlotte.krauss@univ-poitiers.fr 

Françoise Lavocat, Université de la Sorbonne nouvelle, francoise.lavocat@sorbonne-nouvelle.fr

With the support of the ISFFS-SIRFF (https://fiction.hypotheses.org) and the Institut Universitaire de France

            This group session proposes to focus on those who, in fictional works, generally attract the least attention: the anonymous and the crowds. 

            The nameless characters are sometimes illustrious, like the protagonist of The little Prince, or Frankenstein’s creature (which is often called by the name of its inventor, a significant confusion). There are also genres, such as fairy tales, where the characters seem to need no name. In some periods and cultural areas, ancient Japan for example, high-ranking characters are most often called only by their titles (as in the Genji monogatari). But in the realist novel as well as in the theater, especially in the 19th century, it is mostly the servants, the peasants and the poor people who are deprived of a name or referred to by a first name only. Does the absence of a name then assign a secondary role to a character, or even almost no role at all? What effect does the deprivation of a name (or its reduction to an initial) have on a main character, such as Ah Q, in Lu Xun’s The True Story of Ah Q (1921), or K in Kafka’s The Trial (1925)? 

            As for crowds of anonymous people, we meet them in streets and department stores, at parties and balls, at the occasion of wars and revolutions. In European literature, it is the consideration of people as the constituents of nations since the beginning of the 19th century that has led to the representation of popular masses in literature and the assignment of an active role to the Forgotten in History. Thus, the Moscow crowd that “keeps silent” at the end of Alexander Pushkin’s Boris Godunov (1831) accepts the crimes of the state and bears a share of the blame. The bourgeois fear of “barbarians in the midst of society” is found in descriptions of uncontrollable and destructive masses, for example in the description of frenzied crowds in the naturalistic novel. Parallel to the emergence of film, early twentieth-century literature depicts crowds in accounts of city life under the banner of progress and comfort; socialist realism, meanwhile, focuses on masses of workers – but even joyful crowds struggle to stand out in the background, and the narrative often tends to follow a few select characters who are given a name. This struggle for an active role for the anonymous crowds might be one of the questions to ask in this group session. Similarly, it might be interesting to look at the differences across media type (novels, theater, film, comics…), eras and cultures.  

            Here are some ideas for reflection, which are not exclusive: 

– Unnamed characters: what are the genres, periods and cultural areas where all or a significant proportion of characters are not given a name? What are the effects produced by this phenomenon?

– Naming, gender and social class: is naming reserved for the upper classes? Is there a difference between the way female and male characters are named? Peasants and city dwellers? Workers and bourgeois? Children and adults? 

– Representation of crowds: what are the occasions when a crowd appears? Are there authors, periods, genres that privilege them? What roles are they given? 

The languages of the session are French and English. Diachronic approaches, large corpora, and quantitative analyses are particularly welcome.

*

Les personnages sans nom : les anonymes et les foules

Proposition pour une session de groupe ouverte lors du XXIIIe congrès de l’AILC,

Tbilissi, Géorgie, 24-29 juillet 2022

Charlotte Krauss, Université de Poitiers, charlotte.krauss@univ-poitiers.fr

Françoise Lavocat, Université de la Sorbonne nouvelle, francoise.lavocat@sorbonne-nouvelle.fr

Avec le soutien de la SIRFF-ISFFS (https://fiction.hypotheses.org) et de l’Institut Universitaire de France

            Cette session de groupe propose de s’intéresser à ceux, qui, dans les œuvres fictionnelles, attirent généralement le moins d’attention : les foules et les anonymes. 

            Les personnages sans nom sont parfois illustres, comme « le petit prince », ou la créature de Frankenstein (qui est d’ailleurs souvent appelée par les lecteurs par le nom de son inventeur, confusion significative). Il est également des genres, comme les contes de fées, où les personnages semblent n’avoir pas besoin de nom. Dans certaines périodes et aires culturelles, le Japon ancien par exemple, les personnages de haut rang sont le plus souvent appelés uniquement par leurs titres (comme dans le Genji monogatari). Mais dans le roman réaliste comme au théâtre, notamment au XIXe siècle, ce sont surtout les serviteurs, les paysans, les pauvres gens qui en sont privés, ou doivent se contenter d’un prénom. L’absence de nom programme-t-il alors un rôle secondaire, ou même presque nul, dans l’action ? Quel effet produit la privation d’un nom (ou sa réduction à une initiale) pour un personnage principal, comme Ah Q, dans L’édifiante histoire d’Ah Q de Lu Xun (1921), ou K dans Le Procès de Kafka (1925) ? 

            Quant aux foules d’anonymes, on les rencontre dans les rues et les grands magasins, à l’occasion des fêtes et des bals, des guerres et des révolutions. Dans la littérature européenne, c’est la prise en compte du peuple comme constituant de la nation qui, depuis le début du XIXe siècle, mène à représenter les masses populaires et à donner un rôle actif aux oubliés de l’Histoire. Ainsi, la foule moscovite qui « se tait » à la fin de Boris Godounov (1831) d’Alexandre Pouchkine accepte les crimes d’Etat et se rend coupable. La peur bourgeoise des « barbares au milieu de la société » se retrouve dans des descriptions de masses incontrôlables et destructrices, par exemple dans la description de foules déchaînées dans les romans naturalistes. En parallèle à l’émergence du film, la littérature du début du XXe siècle représente les foules pour rendre compte d’une vie citadine sous le signe du progrès et du confort ; le réalisme socialiste s’intéressera quant à lui aux masses d’ouvriers – mais même joyeuses, les foules peinent à se détacher de l’arrière-plan et le récit tend souvent à suivre quelques personnages choisis qui reçoivent un nom. Cette lutte pour un rôle actif des foules anonymes pourra être l’une des questions à poser dans cette session de groupe. De même, il pourrait être intéressant de regarder les différences entre les médiums (roman, théâtre, film, bande dessinée…), les époques et les cultures.  

            Voici quelques pistes de réflexion, qui ne sont pas exhaustives : 

– Personnages sans nom : quels sont les genres, les époques et les aires culturelles où l’intégralité ou une proportion significative de personnages ne reçoivent pas de nom ? Quels sont les effets produits par ce phénomène ?

– Nomination, genre et classe sociale : la nomination est-elle réservée aux classes supérieures ? Y-a-t-il une différence entre la façon de nommer les personnages féminins et les personnages masculins ? les paysans et les citadins ? les ouvriers et les bourgeois ? les enfants et les adultes ? 

– Représentation de foules : quelles sont les occasions où apparait une foule ? Y-a-t-il des auteurs, des périodes, des genres qui les privilégient ? quels rôles leur fait-on jouer ? 

Les langues de la session sont le français et l’anglais. Les approches diachroniques, les corpus larges, les analyses quantitatives sont particulièrement bienvenues. 

Indicative bibliography / Bibliographie indicative

Drouet, Pascale et Françoise Dubor (dir.), La Foule au Théâtre, dossier des Cahiers FoReLLIS, Cahiers en ligne, 2015, https://cahiersforell.edel.univ-poitiers.fr:443/cahiersforell/index.php?id=327.

Goulemot, Jean Marie (dir.), « Foules », dossier de Littérature et Nation, n°1 de la 2e série, Université de Tours, 1990.

Lavocat, Françoise, « L’étude des populations fictives comme nouvel objet et le “style démographique” comme nouveau concept narratologique », https://www.fabula.org/atelier.php?Populations_fictives 24 septembre 2020. 

Moretti, Franco, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History, London New-York, 2005.