Congrès 2019 : Résumés / 2019 Conference: Abstracts

La fiction change-t-elle le monde ? Does Fiction Change the Wold ?

28-30/11/2019

Jeudi 28 novembre/Thursday 28 November, 2019

Keynote Address/Conférence plénière:

Richard Walsh (University of York)

Premises for the Diachronic and Comparative Study of Fictionality

This paper will argue that diachronic and comparative perspectives upon fiction have something to teach us that goes beyond the terms in which fiction is, of course, routinely studied in relation to specific historical and cultural contexts. The relatively unexplored variable, I suggest, is not the changing subject matter, thematics, form or style of fictions, but the changing communicative force of their fictionality itself. This variable does not correlate directly with linguistic variety in the designation of fiction; rather, it is a matter of the varying conception of fiction (however designated) as a culturally situated practice. For such a view to be properly intelligible, its theoretical premises need to be made explicit, and that is the main task of the paper. I will seek to clarify the sense in which fictionality can be understood as a clear and distinct, yet mutable object of study. Its mutability is somewhat curtailed by the assumption that there is a common referent to which various words all point, evident both in the call for papers and in my own resort above to the phrase “fiction (however designated),” and this tendency is exacerbated by an emphasis upon fiction as product, as “a creation of the imagination.” Yet when the call for papers speaks of fiction as process, as perhaps “a universal competency,” it begs an antithetical question, which is how a cultural variable can be conceived at the same time as universal, everywhere and always a manifestation of the same concept. We need to go behind the term fiction itself to avoid circular thinking, and in doing so we must also formulate some hypothesis about the mechanisms for this particular kind of cultural variation within universally – or cognitively – defined parameters. I will outline two, which are a dependence upon the implicit, and innate reflexiveness.

Prémisses pour une étude diachronique et comparative de la fictionnalité

Le présent article soutient que les perspectives diachroniques et comparatives de la fiction ont quelque chose à nous apprendre qui va au-delà des termes dans lesquels la fiction est, bien sûr, étudiée régulièrement en relation avec des contextes historiques et culturels spécifiques. La variable relativement inexplorée, à mon avis, n’est pas l’évolution du sujet, des thèmes, de la forme ou du style des fictions, mais la force de communication changeante de leur fictionnalité elle-même. Cette variable n’est pas en corrélation directe avec la variété linguistique dans la désignation de la fiction ; la question est plutôt celle de la conception variable de la fiction (quelle que soit sa désignation) comme pratique culturellement située. Pour qu’un tel point de vue soit intelligible, ses prémisses théoriques doivent être explicitées, et c’est là la tâche principale de cette contribution. Je chercherai à clarifier le sens dans lequel la fictionnalité peut être comprise comme un objet d’étude clair et distinct, mais changeant. Sa mutabilité est quelque peu limitée par l’hypothèse qu’il existe un référent commun auquel tous les mots renvoient, évident à la fois dans l’appel à communications et dans mon propre recours ci-dessus à l’expression « fiction (quelle que soit sa désignation) » ; cette tendance est exacerbée par un accent sur la fiction comme produit, comme « une création de l’imagination ». Pourtant, lorsque l’appel à communications parle de la fiction comme d’un processus, comme, peut-être, une « compétence universelle », il soulève une question antithétique, à savoir comment une variable culturelle peut être conçue en même temps qu’universelle, partout et toujours une manifestation du même concept. Nous devons aller au-delà du terme même de fiction pour éviter la pensée circulaire, et ce faisant, nous devons également formuler des hypothèses sur les mécanismes de ce type particulier de variation culturelle à l’intérieur de paramètres universellement – ou cognitivement – définis. J’en soulignerai deux, qui sont une dépendance à l’égard de l’implicite, et une réflexivité innée.

Atelier A: Différents mots pour la même chose ou différentes choses sous le même mot ?
Session A: Different Words for the Same Thing, or Different Things by the Same Name?

Claude Calame (EHESS, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris)

Formes poétiques de la fiction et pragmatique: poêin – pláttein – práttein

L’approche à la fois anthropologique et distante d’une autre culture peut éclairer nos apories et, de manière différentielle et critique, mettre en cause les concepts par lesquels nous tentons de sortir de l’aporie dans nos efforts de définition des formes de la création littéraire et artistique. En l’occurrence la fiction (narrative) a été récemment définie comme feintise ludique partagée ou comme résultat d’effets de métalepses créant un monde possible requérant une interprétation.

Le passage par la République de Platon et par l’Art poétique d’Aristote devrait montrer que, au-delà de toute définition, l’approche de la fiction implique une exploration des indices énonciatifs renvoyant à l’instance de discours et à l’auteur (exploration du poieîn); une sémantique d’ordre sémio-narratif (investigation sur le pláttein) par référence aux représentations “indigènes”; et en définitive, par le biais de la pragmatique (prise en compte du práttein), une anthropologie culturelle et sociale de la fiction. 

Poetic Forms of Fiction and Pragmatics: poêin – pláttein – práttein

Taking an anthropological and distant approach to another culture can shed light on our aporias and, in a differential and critical way, challenge the concepts by which we try to break out of aporia when we attempt to define the forms of literary and artistic creation. In this case, (narrative) fiction has recently been defined as shared playful pretense or as a result of metalepsis effects that create a possible world requiring interpretation.

A turn to Plato’s Republic and Aristotle’s Poetics will show that, looking beyond definition, the approach to fiction implies an exploration of enunciative clues referring to the instance of discourse and the author (an exploration of the poieîn); a semio-narrative semantics (an investigation into the pláttein) by reference to “indigenous” representations; and ultimately, via pragmatics (taking into account the práttein), a cultural and social anthropology of fiction.

Daniel Struve (Université Paris-Diderot)

Les mots de la fiction dans le Dit du Genji

Le développement de la fiction en langue vernaculaire dans le Japon du 10e siècle conduit à une prise de conscience du caractère spécifique des œuvres de fiction et au développement d’une réflexion dont le sommet est constitué par le célèbre « débat sur les romans » (monogatari ron), mis par la romancière Murasaki Shikibu dans la bouche de son héros Hikaru Genji, dont l’influence continue à se faire sentir pendant toute la période « classique » (jusqu’à l’ère Meiji). Nous nous proposons de présenter les termes de cette réflexion en centrant notre exposé sur les mots employés, en particulier ceux qui comme soragoto (« propos sans fondement ») ou, à une époque plus tardive, gûgen (« paroles d’emprunt »), peuvent être considérés comme proches de notre concept de « fiction », et ce qu’ils impliquent.

The development of vernacular fiction in 10th-century Japan leads to an awareness of the specific character of works of fiction and the development of a reflection whose culmination is the famous “debate on novels” (monogatari ron) that Murasaki Shikibu put in the mouth of her hero Hikaru Genji. The influence of this seminal text continued to be felt throughout the “classical” period (until the Meiji era). Our purpose is to present the terms of this reflection, focusing our presentation on the words used to describe fictional writing, especially those which—like soragoto (“empty words”) or, at a later time, gûgen (“borrowed words”)—can be considered as close equivalents to our concept of “fiction”, and on what they imply.

Judit Arokay (University of Heidelberg)

The Fiction of Factuality (Pre-modern Japanese Perspectives)

The boundary between fiction and non-fiction is highly ambiguous and has been subject to shifts through the ages, and there are differences what is being considered fiction in different societies in different times. In Japan, given the religious (Buddhist) and political (Confucian) setting that has been basically hostile to fiction, the boundaries between fact and fiction are constantly challenged and reflected on, showing a keen awareness for the interrelatedness of reality and fiction.

In my presentation, I will take up exemplary texts from the genre of Japanese medieval histories to show the fuzziness of the modern concept of fiction if applied to pre-modern Japanese writing. In medieval history writing, e.g. in the genre of kagami mono (called rekishi monogatari, historical tale, in modern terms) historical claims at facticity are being made with fictional means. Although these texts are not intended as theoretical treatises, they show a keen awareness for different functions and effects of fiction. By looking at different rhetorical methods, by which even the slightest appearance of fictitiousness of historical fact is repudiated we will get an impression of the effects attributed to fiction and facticity in a medieval Japanese setting.

Fiction de factualité : perspectives japonaises pré-modernes

La frontière entre fiction et non-fiction est extrêmement ambiguë et a subi des changements à travers les âges; il existe en outre des différences entre ce qui est considéré comme  fiction dans différentes sociétés et à différentes époques. Au Japon, étant donné le contexte religieux (bouddhiste) et politique (confucéen) fondamentalement hostile à la fiction, les frontières entre la réalité et la fiction sont constamment remises en question et réfléchies, montrant une conscience aiguë de l’interdépendance entre réalité et fiction. 

Dans ma présentation, j’aborderai des textes exemplaires du genre de l’histoire médiévale japonaise pour montrer l’imprécision du concept moderne de la fiction appliquée à l’écriture japonaise pré-moderne. Dans l’écriture de l’histoire médiévale, par exemple dans le genre du kagami mono (appelé rekishi monogatari, conte historique, en termes modernes) les revendications de factualité dans les textes historiques sont faites avec des moyens fictifs. Bien que ces textes ne se veuillent pas des traités théoriques, ils témoignent d’une conscience aiguë des différentes fonctions et effets de la fiction. En examinant différentes méthodes rhétoriques, par lesquelles même la moindre apparence de fictionnalité  d’un fait historique est rejetée, nous aurons une idée des effets attribués à la fiction et à la facticité dans un contexte médiéval japonais.

Véronika Altashina (Université d’Etat de Saint-Pétersbourg/ Saint-Petersburg University, Russia)

Les notions du « fait littéraire » et de « literaturnost’ » chez les formalistes russes

Je voudrais commencer par les définitions de la fiction proposées par les formalistes russes pour passer ensuite à leurs réflexions sur les rapports entre le fait et la fiction, la réalité et l’œuvre littéraire, puis je parlerai des procédés et techniques de la création de la fiction où le rôle principal est attribué à la parole ce qui nous amenera logiquement à la notion de la défamiliarisation ou de la singularisation qui, selon eux, est propre à toute fiction. 

Le formalisme doit sa notorité aux savants éminents Victor Chklovski, Boris Tomachevski, Boris Eichenbaum, Roman Jakobson et  Iouri Tinianov aux idées desquelles je vais m’adreser au cours de mon intervention. Le point de départ de leurs réflexions est la distinction entre le fait quotidien et le fait littéraire, ils essaient de définir le processus de la création d’une œuvre littéraire, saisir ses traits spécifiques .

La notion de « literaturnost » c’est-а-dire ce qui fait d’une œuvre donnée une œuvre littéraire »  a été proposé pas Roman Jakobson dans son article « La Nouvelle Poésie russe » (1921) qui ouvre la polémique avec les méthodes biographique, sociologique, psychologique.

Tinianov dans son article « Le fait littéraire » (1924) examine la notion de littératurnost dans l’aspect de l’évolution, de changement de ce principe de construction qui fait apparaître des genres et des formes nouveaux.

Bibliographie sélective :

Chklovski Victor (1893-1984) « La résurrection du mot » (1914) « L’art comme procédé » (1925) « L’art comme reflexion par image », « Sur la vérité de la fiction », « Le renouvellement d’une notion (1956) ;

Eichenbaum Boris (1886-1959) « Comment est fait le Manteau de Gogol » ( 1918) ; « La Théorie de la méthode formelle (1925)

Jakobson Roman « La Nouvelle Poésie russe » (1921) ;

Tinianov Ioury (1894-1943) « Le fait littéraire » (1924), « De l’évolution littéraire » (1929), « Le Aujourd’hui littéraire »  (1924) ;

Tomachevski Boris  (1890-1957) Poétique (1925).

The Notions of “Literary Fact” and “Literaturnost” Among Russian Formalists

I would like to start with the definitions of fiction proposed by the Russian formalists and then turn to their reflections on the relationship between fact and fiction, reality and the literary work, before turning to the processes and techniques of fictional creation where the main role is attributed to the narration. This will logically lead us to the notion of defamiliarization, or in other words singularization—the central concept of any fiction, according to Russian formalists.

               Formalism owes its fame to the eminent scholars Victor Shklovsky, Boris Tomashevsky, Boris Eichenbaum, Roman Jakobson and Yuri Tynianov, whose ideas I will focus on during my presentation. The starting point of their reflections is the distinction between an ordinary fact and a literary fact. They try to define the process of the work of literary creation, to grasp its specific features.

               The notion of “literaturnost”—the elusive quality of a language use that distinguishes the poetic from the ordinary one—was proposed by Roman Jakobson in his article "The New Russian Poetry" (1921) which challenges biographical, sociological, and psychological methods.
Tynianov, in his article “The Literary Fact” (1924), examines the notion of literaturnost from the point of view of evolution, and demonstrates that changes in this constructive principle lead to new genres and forms.
 
Selected Bibliography:
Eikhenbaum, Boris (1886-1959). “How Gogol's Overcoat was Made” (1918);  “The Theory of the Formal Method.” (1925)
Jakobson, Roman. “The New Russian Poetry” (1921)
Shklovski Victor (1893–1984) “The Resurrection of the Word” (1914). “Art as a Process” (1925) “Art as Reflection in Images,” “To the Truth of Fiction,” “The Renewal of the Notion” (1956);
Tynianov, Yuri (1894-1943) "The Literary Fact" (1924), "On Literary Evolution" (1929), "The Literary Today" (1924);
Tomashevsky, Boris (1890-1957) The Theory of Literature (Poetics) (1925).

Atelier B : Le mot et le concept de fiction: significations, usages, figures

Sesson B: Fiction as Word and Concept: Meanings, Uses, Figures

Marion Renauld (independent scholar)

Une fiction, en quel(s) sens ?

Contre une définition essentialiste de la fiction en termes de conditions nécessaires et suffisantes, je propose une analyse des divers jugements de fictionalité qui s’appliquent à des objets, des expressions ou des pratiques. L’approche contextualiste que je défends tente d’éviter également le relativisme en clarifiant la variabilité de ces attributions à partir des raisons pour lesquelles nous qualifions quelque chose de fictionnel, qu’il s’agisse de motifs internes ou de motivations externes. Je présenterai donc les standards du jugement, ses règles et ses enjeux en supposant que ce que nous perdrons en atavisme linguistique, nous le gagnerons en précision conceptuelle.

A Fiction, in What Sense?

Against an essentialist definition of fiction in terms of necessary and sufficient conditions, I propose an analysis of the various judgments of fictionality applied to objects, expressions or practices. The contextualist approach I defend also tries to avoid relativism by clarifying the reasons why we qualify something as fictional, be they internal aspects or external motivations. Therefore, I will present the standards of judgment, its rules and its stakes, assuming that what we will lose in linguistic atavism, we will gain in conceptual precision.

Simona Zetterberg Gjerlevsen (Aarhus Centre for Fictionality Studies, Denmark)

Interpreting “fiction” and inventing “the novel”

In this paper, I argue that the terminological questions of “fiction” and “fictionality” are entangled with the history of the novel. “Fiction” is generally equated with “novel” both in everyday use, and in theories of fiction. The first explanation to “fiction” in the Oxford English Dictionary is: “Literature in the form of prose, especially novels, that describes imaginary events and people”.

One might say that the term “fiction” has become a synecdoche in relation to “novel” – not as a part for whole – but rather as whole for part (totum pro parte). The second meaning of fiction as defined by the OED is: “Something that is invented or untrue” and as such, “novel” is only a part of that whole – leaving out other forms of invention and fictional genres that might also be included in the term “fiction”.

In this paper, I wish to show how the use of the terms are far from innocent. While some novel theorists use the terms fiction and novel synonymously, others have separated the two to create their versions of the history of the novel. In The Rise of the Novel (1957) Ian Watt takes for granted that the novel is equated with fiction and this allows him to create his thesis of the rise of the novel as a realist genre. Conversely in The True Story of the Novel Margrethe Ann Doody separates the concepts and derives a novel history that goes back 2000 years. I show how these and other theories of the novel are intimately connected with their interpretation of the relationship between “fiction” and “novel.” Lastly, I suggest that the term fictionality might be a way to untie the terminological knot and explore the novel from a new perspective.

Interpréter la “fiction”, inventer “le roman”

Dans cette communication, je soutiens que les questions terminologiques de « fiction » et de « fictionnalité » sont liées à l’histoire du roman. La « fiction » est généralement assimilée au « roman », tant dans l’usage quotidien que dans les théories de la fiction. La première explication de « fiction » dans l’Oxford English Dictionary est : « Littérature sous forme de prose, en particulier de romans, qui décrit des événements et des personnes imaginaires ».

On pourrait dire que le terme de « fiction » est devenu synecdoque par rapport au « roman » – non pas comme une partie pour l’ensemble – mais plutôt comme un tout pour une partie (totum pro parte). La deuxième signification de la fiction telle que définie par  OED est : « Ce qui est inventé ou faux » et, en tant que tel, « nouveau » n’est qu’une partie de cet ensemble – sans compter les autres formes d’invention et les genres fictifs qui pourraient également être inclus dans le terme « fiction ».

Dans la contribution présente, je veux montrer à quel point l’utilisation de ces termes est loin d’être innocente. Alors que certains théoriciens du roman utilisent les termes « fiction » et « roman » comme synonymes, d’autres ont séparé les deux pour créer leurs versions de l’histoire du roman. Dans The Rise of the Novel (1957), Ian Watt tient pour acquis que le roman est assimilé à la fiction, ce qui lui permet de faire sa thèse sur la montée du roman comme un genre réaliste. Inversement, dans The True Story of the Novel, Margrethe Ann Doody sépare les concepts et en tire une histoire nouvelle qui remonte à 2000 ans. Je montre comment ces théories et d’autres théories du roman sont intimement liées à leur interprétation de la relation entre « fiction » et « roman ». Enfin, je suggère que le terme fictionnalité pourrait être un moyen de dénouer le nœud terminologique et d’explorer le roman sous un angle nouveau.

Larissa E. Muravieva (Université d’État de Saint-Petersbourg/Saint Petersburg State University)

La mise en abyme : figure de la fiction?

La mise en abyme, notion émergée au sein de la critique littéraire française au cours du XX siècle, est étroitement liée aux frontières de la fiction dans le discours littéraire. Dès son vrai début, la théorie de la mise en abyme s’efforce d’inscrire cette figure, désignée par L. Dällenbach en tant que « toute enclave entretenant une relation de similitude avec l’œuvre qui la contient » [Dällenbach, p. 18], dans un large éventail des sources qui créent « l’effet de l’illusion » dans l’œuvre littéraire. Ainsi, comme l’interprète C. Angelet, « l’abyme <…> n’est autre que le lieu de la fiction, le point où le texte dévoile symboliquement son statut de littérature comme telle, coupée de la réalité » [Angelet, p. 9-10]. La critique américaine des années 1980 – 1990 en va encore plus loin en traitant la mise en abyme comme « narrative artifice » (L. Hutcheon), le procédé du dévoilement du « narcissisme »  dans le récit dont les mécanismes consistent exclusivement à la disruption de « l’effet du réel » (R. Barthes) et à la stimulation de la paradoxe métafictionnelle dans le texte. Cette affirmation est soutenue par un effet de la régression à l’infini, du vertigo que la mise en abyme peux créer dans le texte et dont de nombreux exemples peuvent être relevés dans la littérature mondiale : de Don Quichotte, où la « fictivité » produit «un scandale narratif» [Dällenbach, p. 118], en passant par la littérature du romantisme allemand, et jusqu’aux expériences avec le texte entretenues par les Nouveaux Romanciers ou les auteurs du postmodernisme américain. Malgré la profusion des recherches sur la mise en abyme à nos jours, il n’existe pas d’étude spéciale consacrée à la dimension fictionnelle de cette figure. La mise en abyme, sert-elle vraiment à un pure « narcissisme littéraire » ou elle adopte d’autres fonctions dans la pratique littéraire courante ? Peut-on considérer cette figure comme une sorte de « signpost of fictionnality » (D. Cohn) dans le texte ou elle ne sert qu’à assumer une fonction proprement esthétique, celle d’ établir «les proportions de l’ensemble » selon André Gide [Gide, p. 171] ? À cote de la métalepse dont le potentiel fictionnel a été laborieusement étudié [G. Genette 2004; J. Pier & J.-M. Schaeffer 2005; F. Lavocat 2016], il semblerait que la mise en abyme mérite une attention particulière sous l’aspect de la théorie de la fiction. Dans mes études basées sur l’approche comparatiste, j’ai essayé d’établir certains critères qui permettraient de distinguer les effets et les fonctions de la mise en abyme dans le discours littéraire; ce sont (1) la cohérence ontologique du texte, (2) le degré de la similitude entre le récit primaire et le récit enchâssé et (3) l’homogénéité intermédiale entre le texte et le fragment en abyme [Muravieva 2016; 2017]. Dans mon intervention, j’essaierai d’examiner la mise en abyme comme «lieu de la fiction»  et les différents degrés de fictionnalité du «récit enchâssé» conformément aux critères énumérés ci-dessus. 

The mise en abyme: a figure of fiction?

The mise en abyme, a notion that emerged in French literary criticism during the 20th century, is closely linked to the borders of fiction in literary discourse. From its very beginning, the theory of mise en abyme has sought to inscribe this figure—described by L. Dällenbach as “any enclave having a relation of similarity to the work that contains it” (Dällenbach, p. 18)— within a wide range of sources that create the “effect of illusion” in literary works. Thus, as C. Angelet argues, “the abyss[…] is none other than the place of fiction, the point where the text symbolically reveals its status as literature as such, cut off from reality” (Angelet, p. 9-10). American criticism of the 1980s and 1990s goes even further by treating the mise en abyme as “narrative artifice” (L. Hutcheon), a procedure for unveiling “narcissism” in narrative, whose mechanisms consist exclusively of the disruption of the “reality effect ” (R. Barthes) and the stimulation of the metafictional paradox in the text. This assertion is supported by an effect of infinite regression, the vertigo that the mise en abyme produces in the text and whose examples abound in world literature: from Don Quixote where “fictivity” produces “a narrative scandal” (Dällenbach, p. 118), through the literature of German Romanticism, to the experiments of the New Novelists and the writers of American postmodernism.

Despite the profusion of research on the mise en abyme in the 1970s and 1990s, there is no specific study devoted to the fictional dimension of this figure, a fact that can be explained by the relatively recent emergence of the theory of fiction. Is the mise en abyme really at the service of a pure “literary narcissism” or does it also adopt many other functions in literary practice? Can we consider this figure as a kind of “signpost of fictionnality” (D. Cohn) in the text, or does it play only a strictly aesthetic role, that of establishing “the proportions of the whole” (Gide, p. 171)? Compared to metalepsis, whose fictional possibilities have been meticulously studied (G. Genette 2004; J. Pier & J.-M. Schaeffer 2005; F. Lavocat 2016), the mise en abyme remains a neglected notion. It would therefore seem that the mise en abyme deserves particular attention from the point of view of fiction theory.

In my studies based on the comparative approach, I have tried to define criteria that would make it possible to specify the effects and functions of the mise en abyme in literary discourse; these are (1) the ontological coherence of the text, (2) the degree of similarity between the primary narrative and the embedded narrative, and (3) intermedial homogeneity between the primary narrative and the fragment en abyme (Muravieva 2016; 2017). In my presentation, I will try to examine the mise en abyme as a “site of fiction” and to identify the different degrees of fictionality of the “embedded narrative” according to the criteria listed above. My analysis will be based on examples drawn from French, American and Russian literature of the 20th-21st centuries.

Works cited

Angelet, C. “La mise en abyme selon le ‘Journal’ et la ‘Tentative Amoureuse’ de Gide.” Onze études sur la mise en abyme, présentées par Fernand Hallyn. – Belgique, Gent Belgique, coll. Romanicia gandesia, 1980.

Dällenbach, L. Le récit spéculaire: Essai sur la mise en abyme. Paris: Seuil, 1977.

Genette, G. Métalepse: de la figure à la fiction. Paris : Éditions du Seuil, 2004.

Gide, A. Journal, éd. établie, présentée et annot. par Éric Marty [et Martine Sagaert]. Nouv. éd. – Paris : Gallimard, 1996.

Hutcheon, L. Narcissistic Narrative: The Metafictional Paradox. New York: Methuen, 1984.

Lavocat, F. Fait et fiction – Pour une frontière. Paris: Éd. du Seuil, 2016.

Métalepses: Entorses au pacte de la representation, sous la dir. de J. Pier et J.- M. Schaeffer. – Paris: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2005.

Muravieva, L. “Mise en Abyme in the Aspect of Intermediality”, Narratorium Journal, Moscow, 2017, no. 1(10). (in Russian).

Muravieva, L. “Mise en Abyme: Ways of Presentation in Narrative Text”,  Narratorium Journal, Moscow, 2016, no. 1 (9). (in Russian).

Masahiro Iwamatsu (Kwansei Gakuin University)

Chô-kyokô (sur-fiction) et meta-mystery : Deux notions métafictionnelles dans les années 1980-90 au Japon

Le terme métafiction, propose en 1972 par un romancier étasunien William Henry Gass, devient populaire au Japon dans la deuxième moitié des années 1980. Mais en 1979, un romancier japonais Yasutaka TSUTSUI a déjà inventé un mot chô-kyoko (sur-fiction), tout en ignorant la notion de métafiction, autant que celle de “surfiction”, un autre nom proclamé par un romancier français-américain Raymond Federman en 1973.  Dans sa critique et dans ses expérimentations romanesques, Tsutsui montre toute la possibilité de la fiction auto-référentielle.

À la fin des années 1980, un autre mouvement métafictionnel apparaît dans la literature japonaise : le méta-mystery, roman policier qui prend une conscience métafictionnelle et souvent ludique, avec la narration auto-référentielle, la structure gigogne, le truquage narratif et le défi au réalisme.  Ce mouvement continue à travers la décennie qui suit et exerce une influence remarquable sur les mangas, l’animation, les jeux vidéo et même sur les pièces dramatiques au XXIe siècle au Japon.

Je présenterai quelques exemples des expérimentations métafictionnelles aux au Japon : TSUTSUI, Takemaru ABIKO, Natsuhiko KYÔGOKU, etc.  En plus, j’examinerai la mise au premier plan de la communication fictionnelle entre le narrateur et le lecteur dans une nouvelle de Katsuhiko OTSUJI qui s’intitule “Nouvelle” (1991), en la comparant avec les exemples de Italo Calvino, Julio Cortázar, Agota Kristof et Paul Auster. Ces exemples montreront comment l’écriture fictionnelle japonaise est hantée par la réflexion sur la nature de fiction.

Chô-kyokô (Super-Fiction) and Meta-Mystery: Two Metafictional Notions in Japan in the 1980s and 1990s

The term metafiction, coined in 1972 by the American novelist William Henry Gass, became popular in Japan in the second half of the 1980s. But in 1979, the Japanese novelist Yasutaka TSUTSUI had already invented the word chô-kyoko (sur-fiction), without knowing either the notion of metafiction or that of “surfiction”, another name proclaimed by the French-American novelist Raymond Federman in 1973.  In his criticism and fiction experiments, Tsutsui shows the full potential of self-referential fiction.

At the end of the 1980s, another metafictional movement appeared in Japanese literature: the meta-mystery, a form of detective novel that became metafictional and often playful, with self-referential narrative, nested structures, narrative faking and a challenge to realism.  This movement continued throughout the following decade and has had a remarkable influence on manga, animation, video games and even dramatic plays in 21st-century Japan.

I will present some examples of metafictional experiments in Japan: TSUTSUI, Takemaru ABIKO, Natsuhiko KYÔGOKU, etc.  In addition, I will examine the emphasis on fictional communication between narrator and reader in the short story “Nouvelle” (1991) by Katsuhiko OTSUJI, comparing it with examples by Italo Calvino, Julio Cortázar, Agota Kristof and Paul Auster. These examples will show how Japanese fiction writing is haunted by reflection on the nature of fiction.

Atelier C: Perspectives diachroniques, transculturelles, interdisciplinaires

Session C: Transcultural, Diachronic and Interdisciplinary Perspectives

Otto Pfersmann (EHESS, Paris)

Is a Revolutionary Change of the Legal System Able to Change the World?

Legal systems seem in a way to be part of the objective world. They contain norms which are applied by courts or administrative agencies through decisions having a very concrete impact on their addressees. A modification of within a legal system may have a highly important incidence on those concerned, precisely in that it changes their “legal situation”. Changing the legal system itself through a set of revolutionary actions imposing a new order is generally seen as a set of events having the highest and most radical impact on people’s lives. In this paper, however, I shall contend that the element changing the real world can never be found in law itself, but resides in cognitive and practical attitudes related to merely fictional data – and that legal scholarship is perfectly unable to explain what really happens in such situations. 

Un changement révolutionnaire de système juridique est-il capable de changer le monde ?

Les systèmes semblent d’une certaine façon faire partie de notre monde objectif. Ils contiennent des normes appliquées par des juridictions ou des organes administratifs à travers des décisions ayant un impact très concret sur leurs destinataires. Une modification au sein du système juridique peut avoir une incidence très importante sur la vie des intéressés, précisément parce leur « situation juridique » est soumise à un changement. Changer le système juridique lui-même par un ensemble d’actions révolutionnaires octroyant un nouvel ordre est généralement considéré comme un ensemble d’événements ayant le plus fort impact sur la vie des gens et le plus radical. Dans cette contribution, j’entends néanmoins montrer que l’élément modificateur du monde réel ne peut guère être trouvé dans le droit lui-même, mais dans des attitudes cognitives et pratiques relatives à des données fictionnelles – et que la science juridique est parfaitement incapable d’expliquer ce qui se passe réellement dans de telles situations.

Henriette Korthals Altes (University of Essex)

Surveillance, Literature, or How to do Law with Fiction?

The legal, like the religious domain, is one of the fascinating areas where discourses are performative and obviously the law and the sacred have long been intertwined in religious practices. In the Civil Law systems rulings tend to be normative which in France translates into a legal fiction or metaphor that is encapsulated in the adage that prevails since the revolution: “le juge est la bouche de la loi”. In the Common Law system, however, the judge creates precedents through case law and it is in this context that fiction, rather than just essays or jurisprudence, is invoked to enhance the persuasiveness of a legal position. Since the 1970s, the so-called ‘Law and Literature’ movement has developed into a creative interdisciplinary field. It originated in the wake of the Watergate scandal when it proved that the ethical education of lawyers became an urgency. The US law schools have a long tradition since the 19th century of reading the so-called Victorian Legal Novels – see the Wigmore list of legal novels – that had a heuristic and educational value. The force of fiction – from Dickens’s depiction of the absurdities of the courts system in Bleak House to the reversal of fortune and inheritance in David Copperfield – were meant to have educational value by virtue of the belief in the exemplarity of story and character.

This paper will therefore look at how fiction is used to shape law, and look in particular at how surveillance literature – with the Ur-examples of Orwell’s 1984 and Kafka’s as quoted and used in American supreme courts, in particular, United Steelworkers of America v. Weber; Florida v. Riley; PGA Tour, Inc. v. Martin. My paper will examine the effectiveness and functions of such quotes.  It will assess the following questions. Whether and how their persuasiveness functions and adds to the legal argument? What community of interpretation they presuppose? Do they actually allow to reverse opinions and rulings or are they solely rhetorical? In case of reversal, do they create precedents. What ethical or humane values that the law lacks do quotation bring in? In the light of such questions, I will assess the role of surveillance classics and what legal or ethical authority they hold.

Surveillance, littérature, ou comment la fiction façonne le droit ?

Le domaine juridique, comme le domaine religieux, est l’un des domaines fascinants où les discours sont performatifs et, évidemment, le droit et le sacré sont depuis longtemps entrelacés dans les pratiques religieuses. Dans les systèmes de droit civil, les jugements tendent à être normatifs, ce qui, en France, se traduit par une fiction ou une métaphore juridique qui est résumée dans l’adage qui prévaut depuis la révolution : « le juge est la bouche de la loi ». Dans le système de common law, cependant, le juge crée des précédents par la jurisprudence et c’est dans ce contexte que la fiction, plutôt que les essais ou la jurisprudence, est invoquée pour accroître le caractère persuasif d’une position juridique. Depuis les années 1970, le mouvement appelé « Droit et littérature » s’est développé dans un champ interdisciplinaire créatif. Il est né à la suite du scandale du Watergate, lorsqu’ il a été a prouvé que l’éducation éthique des avocats devenait une urgence.  Les facultés de droit américaines ont une longue tradition depuis le XIXe siècle de lecture des romans juridiques dits victoriens – voir la liste des romans juridiques de Wigmore – qui avaient une valeur heuristique et pédagogique. La force de la fiction – de la représentation par Dickens des absurdités du système judiciaire dans Bleak House à l’inversion de la fortune et de l’héritage dans David Copperfield – était censée avoir une valeur éducative en vertu de la croyance en l’exemplarité de l’histoire et du personnage.  

Cette contribution examine donc comment la fiction est utilisée pour façonner le droit, et en particulier comment la littérature de surveillance – avec les exemples Ur d’Orwell’s 1984 et de Kafka’s tels que cités et utilisés par les cours suprêmes américaines, en particulier, United Steelworkers of America v. Weber ; Florida v. Riley ; PGA Tour, Inc. v. Martin. Mon article examinera l’efficacité et les fonctions de telles citations.  Il évaluera les questions suivantes. Si et comment leur pouvoir de persuasion fonctionne et ajoute à l’argument juridique ? Quelle communauté d’interprétation présupposent-ils ? Permettent-ils réellement de renverser les opinions et les décisions ou sont-ils uniquement rhétoriques ? En cas d’inversion, créent-ils des précédents. Quelles sont les valeurs éthiques ou humaines que la loi ne cite pas ? À la lumière de ces questions, j’évaluerai le rôle des classiques de la surveillance et l’autorité juridique ou éthique qu’ils détiennent.

Simonin, Anne , « Éloge de l’éclectisme. Penser le champ « Droit et Littérature » à partir des listes de Legal Novels (1900-1987) », in Revue Textyles  (31 : 12-27)

Posner, Richard A. ‘A Literary Eduction for Lawyers ?’, in Law and Literature (Cambridge, Mass.: Harvard University Press: 1998), pp. 305-333

Frank Zipfel (University of Mainz)

The Role of Imagination in Fiction. Diachronic and Transcultural Reflections

The concept of imagination plays an important role in contemporary theories of fiction. Imagination, however, is an extremely complex and controversial concept which can be understood in many different ways. Moreover, the paper proposes to investigate the relationship between the concept of fiction and imagination in a diachronic and transcultural perspective.

Le rôle de l’imagination dans la fiction. Réflexions diachroniques et transculturelles

Le concept d’imagination joue un rôle important dans les théories contemporaines de la fiction. L’imagination, cependant, est un concept extrêmement complexe et controversé qui peut être compris de nombreuses façons différentes. De plus, cette contribution propose d’étudier la relation entre le concept de fiction et l’imagination dans une perspective diachronique et transculturelle.

Atelier D: Intermedialité et performance

Session D: Intermediality and Performance

Raphaël Baroni (Université de Lausanne)

De quoi les bandes dessinées sont-elles capables ?
Médiagénie et pouvoirs de la fiction

Chaque média a une manière particulière d’immerger son destinataire et de façonner des mondes fictionnels, ces paramètres dépendant d’un horizon historique et culturel mais aussi des propriétés sémiotiques du support. Les vecteurs utilisés pour l’immersion fictionnelle définissent donc non seulement des « postures immersives » (Schaeffer 1999 : 244), mais également une « médiagénie » (Marion 1997), c’est-à-dire une adéquation potentielle entre le média et des imaginaires plus ou moins spécifiques. Cela explique le caractère organique des récits transmédiatiques, qui s’appuient sur les « affordances » de différents médias pour produire des univers complexes, qu’un média unique ne pourrait pas produire à lui seul (Jenkins 2006). Si l’on souhaite réfléchir à la manière dont les fictions transforment le monde, il est dès lors impossible de faire l’économie d’une réflexion sur le paramètre médiatique, car il détermine en partie le sujet des représentations, mais également leur capacité d’ébranlement ou d’enrichissement de l’horizon esthétique. Dans cette présentation, on se penchera sur le cas particulier de la bande dessinée, en examinant rapidement quelques genres ou thématiques qui, au cours de son histoire, sont entrés en résonnance avec ce média en raison de ses spécificités formelles, notamment la satire, la fable animalière, l’aventure exotique, le superhéroïsme, la science-fiction, l’autobiographie et l’autofiction. La présentation se penchera en particulier sur deux horizons apparemment antinomiques des représentation bédéiques : d’une part la construction spectaculaire de mondes exotiques (préhistoriques, médiévaux ou science-fictionnels), qui correspond à des genres populaires encore bien vivaces, et d’autre part la représentation de l’intimité, qui sera associée soit au registre des scénettes du quotidien ou à un expressionisme onirique. À travers quelques exemples (Mézières, Jeffrey Brown, David B), nous verrons comment une fiction graphique, tracée par la main de l’auteur et libre de toute contrainte technique, ouvre des perspectives singulières aux représentations fictionnelles.

Reference / Références

Baroni, Raphaël & Claus Gunti, (dir.) (2020), Introduction à l’étude des cultures numériques. La transition numérique des médias, Paris, Armand Colin.

Baroni, R. (2016) « (Un)natural Temporalities in Comics », European Comic Art, n° 9 (1), p. 5-23.

Groensteen, Thierry (2005), « Médiagénie et réflexivité, médiativité et imaginaire: comment s’incarnent les fables », Belphégor, n° 4 (2). En ligne, consulté le 15 juillet 2019, URL : https://dalspace.library.dal.ca//handle/10222/47702

Jenkins, Henry (2006), Convergence Culture: Where Old and New Media Collide, New York New York University Press.

Marion, Philippe (1997), « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en communication, n° 7 p. 61-88.

Marion, Philippe (1993), Traces en cases. Travail graphique, figuration narrative et participation du lecteur (essai sur la bande dessinée), Louvain-la-Neuve, Academia.

Schaeffer, Jean-Marie (1999), Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999, p. 244.

What Are Comics Capable of?
Mediageny and the Power of Fictions

Each medium has a particular way of immersing its audience and shaping fictional worlds, these parameters depending on a historical and cultural horizon but also on the semiotic properties of the medium. The vectors used for fictional immersion therefore define not only “immersive postures” (Schaeffer 1999: 244), but also “mediageny” (Marion 1997), i.e. a potential adequacy between the medium and more or less specific imaginaries. This explains the organic nature of transmedia storytelling, which rely on the “affordance” of different media to produce complex universes, which a single media could not produce on its own (Jenkins 2006). If we wish to reflect on how fictions transform the world, it is therefore impossible to avoid a reflection on the media parameters, because it partly determines the subject of representations, but also their capacity to shake or enrich the aesthetic horizon. In this presentation, we will look at the particular case of the comic strip, by briefly examining some genres or themes that, during its history, have resonated with this medium because of its formal specificities, including satire, animal fables, exotic adventures, superhero stories, science fiction, autobiography and autofiction. The presentation will focus in particular on two apparently antinomic horizons of comic representations: on the one hand, the spectacular construction of exotic worlds (prehistoric, medieval or science-fictional), which corresponds to still very lively popular genres, and on the other hand, the representation of intimacy, which will be associated either with the register of everyday scenes or with dreamlike expressionism. Through a few examples (Mézières, Jeffrey Brown, David B), we will see how a graphic fiction, drawn by the author’s hand and free of any technical constraints, opens up unique perspectives to fictional representations.

Yasusuké Oura (University of Kyoto)

Pour une théorie de la fiction comme show, performance, entertainment

On a eu tendance jusqu’ici, pour définir la fiction, à prendre pour modèle le roman, le récit écrit, ce qui faussait parfois, me semble-t-il, la vue d’ensemble des produits fictionnels. On peut même se demander si cette définition souvent trop littéraire, voire essentialiste, n’est pas cause d’une rigidité (sinon d’une frigidité) théorique. Prenant pour modèle la fiction non écrite, théatrale, cinématographique ou télévisuelle, je propose ici une approche, résolument peu orthodoxe, des phénomènes appelés show, performance ou entertainment, phénomènes peu explorés jusqu’ici en tant que fiction et dont le statut fictionnel reste évidemment ambigu. Deux objectifs : élargir la notion de la fiction en l’adaptant à la réalité de nos consommations courantes, et déplacer et “aérer” par là, tant soit peu, l’ensemble de nos théories de la fiction.

For a Theory of Fiction as Show, Performance, Entertainment

In defining fiction, we have had a tendency until now to take as a model the novel, written narrative. This sometimes distorts, in my view, our overall view of fictional products. One may even wonder whether this definition, which is often too literary or even essentialist, does not lead to theoretical rigidity (or even frigidity). Taking as a model unwritten, theatrical, cinematographic or televisual fiction, I propose here a resolutely unorthodox approach to those phenomena called show, performance or entertainment—phenomena that have not been explored much in terms of fiction, and whose fictional status obviously remains ambiguous. My paper has two objectives: to broaden the notion of fiction by adapting it to the reality of our current cultural consumption, and to displace and thus “freshen up,” at least a little, all our theories of fiction.

Keynote Address/Conférence plénière:

Gregory Currie (University of York)

A Promise of Knowledge: Literature as Thought Experiment

The success of thought experiments in philosophy and in physics has suggested to people that imaginative stories can sometimes lead us directly to knowledge, further suggesting that literary fictions (and perhaps movies as well) might count as epistemically successful thought experiments of an extended kind. I consider how thought experiments should work if they are to support the knowledge-from-imagination model. I suggest some reasons for thinking that literary fictions would be especially unreliable instances of this model. 

Une promesse de savoir : La littérature comme expérience de pensée

Le succès des expériences de pensée en philosophie et en physique a suggéré aux gens que les histoires imaginatives peuvent parfois nous mener directement à la connaissance, suggérant en outre que les fictions littéraires (et peut-être aussi les films) pourraient être considérées comme des expériences de pensée épistémiques d’un type étendu. J’examine comment les expériences de pensée devraient fonctionner si elles devaient soutenir le modèle de la connaissance à partir de l’imagination. Je suggère quelques raisons de penser que les fictions littéraires seraient des exemples particulièrement peu fiables de ce modèle.

Vendredi 29 novembre/Friday 29 November 2019

Atelier E: Modification des idées collectives

Session E: Modification of Collective Ideas

Simone Mueller (Universität Zürich)

Etiquette to “Change the World”? Fiction and Reality of Temporal Procedures at the Imperial Court in Medieval Japan

In premodern Japan we find a genre called nitchū gyōji, describing the daily routine at the imperial court. It gives witness of the fact that the court was a “clockwork” that functioned as an integral system in which time and space interweaved to form a dense and refined mechanism. Nitchū gyōji also had an important political function, however: they aimed at confirming the emperor’s authority as well as prescribing court etiquette for future generations. This raises the question of to what extent these prescriptive and politically motivated texts correspond to court reality. Were they really followed strictly or did they rather have a symbolic function? Did they reflect the court’s real practice or were they representative? By comparing the Godaigo Tennō nitchū gyōji written in the first half of the 14th century with other court documents at the time, this paper aims at tracing the interrelation and/or gap between fiction and reality of temporal procedures at the medieval Japanese court. The Godaigo Tennō nitchū gyōji is an especially interesting case study, as emperor Godaigo is known for his efforts to restore the court’s power. The Godaigo Tennō nitchū gyōji may therefore be considered a means to revive the court’s etiquette and daily structure to this very end, thus “changing the world” by means of a literary text.

L’étiquette pour « changer le monde » ? Fiction et réalité des processus temporels à la cour impériale dans le Japon médiéval

Dans le Japon pré-moderne, on trouve un genre appelé nitchū gyōji, décrivant la routine quotidienne à la cour impériale. Il témoigne du fait que la cour était un « mouvement d’horlogerie » qui fonctionnait comme un système intégral dans lequel le temps et l’espace s’entremêlaient pour former un mécanisme dense et raffiné. Nitchū gyōji avaient cependant aussi une fonction politique : Ils visaient à confirmer l’autorité de l’empereur ainsi qu’à prescrire l’étiquette de la cour pour les générations futures. Cela soulève la question de savoir dans quelle mesure ces textes normatifs et politiquement motivés correspondaient-ils à la réalité du court ? Ont-ils vraiment été suivis à la lettre ou ont-ils plutôt eu une fonction symbolique ? Ont-ils reflété la pratique réelle à la cour ou étaient-ils plutôt représentatifs ? Dans ma présentation, en comparant le Godaigo Tennō nitchū gyōji écrit dans la première moitié du XIVe siècle avec d’autres documents de la cour de l’époque, je vise à retracer l’interrelation et/ou l’écart entre la fiction et la réalité des procédures temporelles à la cour médiévale du Japon. Le Godaigo Tennō nitchū gyōji est un exemple particulièrement intéressant, car l’empereur Godaigo est connu pour ses efforts visant à restaurer le pouvoir de la cour. Le Godaigo Tennō nitchū gyōji peut donc être considéré comme un moyen de faire revivre l’étiquette et la structure quotidienne de la cour pour accomplir justement ces fins, et donc de « changer le monde » au moyen d’un texte littéraire.

Nicolas Correard (Université de Nantes)

Lucianic Fictions and the Development of Unbelief (XVth-XVIIIth centuries)

The rediscovery of Lucian of Samosata, “who spares neither men nor gods”, and the vogue of Lucianic writing in the Renaissance has long been recognised as one the driving forces in the development of religious incredulity in the humanist elites, with some nuances (Lucian was to some degree “christened” by his reception). But we still lack a full assessment of its impact in the history of ideas and beliefs. Lucian’s irony was mustered by Erasmus or Rabelais in their campaign for a radical brand of evangelism, but his works were also one of the favourite readings of such thinkers as Alberti, Bruno, La Mothe le Vayer, Voltaire, Hume or Wieland… More than the doctrines of Ancient philosophers, his satiric fictions provided models for an ironic understanding of the collective hallucination at stake in the early-modern “witchcraze”; the tricks of religious quacks; the vanity of theological doctrines; or the aporia to which any serious consideration of the problems raised by Christian providence would lead to. We would like to point how the massive wave of censorship that struck Lucianic writings at the end of the 16th century was a desperate reaction from the Church, from various churches, to what was felt as a real political challenge, going far beyond humanist circles:  Lucianic fictions, when written in vulgar languages, did spread subversive ideas in a wide audience, including the first ever recorded expressions of full-fledged atheism since Antiquity. Staging unrepentant unbelievers who poke fun at the creed in hell in dialogues of the dead; exposing religious fanatics acting out of perverse and obscure motivations on earth; or imagining a comical Jupiter confronted with his own incapacity to manage the skies: these were the many ways in which early modern authors could think and express all around Europe what was yet (and maybe remains) difficult to express, or even hardly thinkable: that modern religious creeds, no less than the ancient ones, were merely fictions.

Fictions lucianesques et développement de l’incroyance (XVe-XVIIIe siècles)

La redécouverte de Lucien de Samosata, « qui n’épargne ni les hommes ni les dieux », et la vogue de l’écriture lucianesque à la Renaissance ont longtemps été reconnue comme l’un des moteurs du développement de l’incrédulité religieuse chez les élites humanistes, avec quelques nuances (Lucien fut dans une certaine mesure « christianisé » par sa réception). Mais il nous manque encore une évaluation complète de son impact dans l’histoire des idées et des croyances. L’ironie de Lucien a été mobilisée par Erasme ou Rabelais dans leur campagne en faveur d’un évangélisme radical, mais ses œuvres sont aussi l’une des lectures préférées de penseurs comme Alberti, Bruno, La Mothe le Vayer, Voltaire, Hume ou Wieland… Plus que les doctrines des anciens philosophes, ses fictions satiriques fournissent des modèles pour une compréhension ironique des enjeux collectifs de la vague de croyance en la sorcellerie ; des astuces des charlatans religieux ; de la vanité des doctrines théologiques ; ou de l’aporie à laquelle conduirait toute réflexion sérieuse sur les problèmes soulevés par la providence chrétienne. Nous voudrions souligner à quel point la vague massive de censure qui a frappé les écrits lucianesques à la fin du XVIe siècle a été une réaction désespérée de l’Église, de diverses Églises, à ce qui a été ressenti comme un véritable défi politique, allant bien au-delà des milieux humanistes :  les fictions lucianesques, lorsqu’elles ont été rédigées dans des langues vulgaires, ont vraiment répandu des idées subversives auprès d’un large public, y compris les premières expressions d’athéisme à part entière jamais enregistrées depuis l’Antiquité. Mettre en scène des incroyants impénitents qui se moquent du credo de l’enfer dans les dialogues des morts, exposer des fanatiques religieux agissant sur terre mus par des motivations perverses et obscures, ou imaginer un Jupiter comique confronté à sa propre incapacité à gérer le ciel : telles étaient les nombreuses façons dont les premiers auteurs modernes pouvaient penser et exprimer partout en Europe ce qui était encore (et peut-être reste) difficile à exprimer, voire à imaginer : que les croyances religieuses modernes, pas moins que les anciennes, sont des fictions.

Charles Vincent (Université de Lille)

Fictions politiques des années 1770 : Mercier, Diderot et Marmontel

Les fictions jouent sur le politique pour en penser les conditions de possibilité et de réalisation dans l’histoire. La décennie qui a vu la mort de Louis XV et l’avènement de Louis XVI a été riche de ces fictions en un moment de sacre des Philosophes et de crise des institutions monarchiques. Nous revenons sur trois tentatives de repenser le politique à travers la fiction qui témoignent d’attitudes totalement antagonistes sur la place de cette dernière dans le jeu politique : l’uchronie de Mercier (L’an 2440), le rêve utopique de Diderot (Supplément au voyage de Bougainville) et l’histoire romancée de Marmontel (Les Incas). En effet, la fiction travaille le réel selon des modalités spatio-temporelles contraires : l’avenir idéal parisien chez Mercier, le présent lointain et incertain d’Otahiti chez Diderot, le passé historique à jamais disparu des Incas chez Marmontel. La fiction ne se donne pas à voir et à lire de la même manière : tantôt (en apparence) simple ajout pour l’intérêt chez Marmontel, elle devient structurellement un écart impossible avec le réel chez Diderot, tandis qu’elle consacre le devenir souhaitable de l’organisation sociale chez Mercier. Accompagnement, écart ou guide, la fiction fraie des voix et voies différentes pour la politique à venir.

Enlightenment’s Political Fictions: Mercier, Diderot and Marmontel.

Fictions sometimes aim at presenting the conditions of realization of political systems. There were many such fictions during the decade from 1770 to 1780, which saw Louis XV’s death and his replacement by Louis XVI. This was the period when the Philosophers triumphed and the crisis of monarchical institutions began. This presentation considers three attempts to reflect on politics through fiction, which illustrate antagonistic understandings of the place of fiction in politics: Mercier’s uchronia (l’An 2440), Diderot’s utopian dream (Supplément au voyage de Bougainville), and Marmontel’s fictionalized history (Les Incas). Fiction reframes space-time reality differently in each case: a Parisian ideal future for Mercier, the faraway and uncertain present of Tahiti for Diderot, the vanished past of the Inca empire for Marmontel. Fiction is sometimes understood as a mere addition to attract the reader’s interest, sometimes as an impossible disjunction with reality, or else as the desired development of our own social organization.

Anne Duprat (Université de Picard Jules Verne)

 Fiction et modélisation du hasard

A la suite du renouvellement des théories occidentales de la fiction depuis les années 1980, l’étude des rapports entre fiction et hasard a abouti à de nouvelles propositions, notamment en France, en Allemagne et aux Etats-Unis au cours des vingt dernières années. La narratologie post-classique, les approches cognitivistes de la littérature, ou encore les essais d’application de la logique des mondes possibles au cas des fictions littéraires sont quelques-uns des domaines dans lesquels le rôle joué par la fiction dans les conceptions de la contingence et dans les attitudes humaines face au risque a fait l’objet d’une attention inédite. Pendant la même période, plusieurs études ont repris sur nouveaux frais la question des transformations historiques de ces rapports depuis la première modernité. Les mutations des figures littéraires et allégoriques de la fortune à la Renaissance ont ainsi été bien étudiées (Cave 1999, Demonet 2006, Buttay 2008) ; de même, le passage de la fortune au hasard pendant le classicisme (Lyons 2012), les conséquences de l’émergence des probabilités sur les fictions des Lumières (Vogt 2011), la matérialisation des effets du hasard dans le roman européen entre XVIIIe et XIXe siècle (Meiner 2016), l’usage de l’aléatoire en poétique à partir des années 1960 (James 2009, Wit [2019]) chez Borges, Calvino ou Butor, ou encore ses nouveaux usages dans la littérature numérique ou dans les jeux de rôle (Caïra 2007, 2016) ont également fait l’objet de propositions utiles.

            Au croisement de ces nouvelles propositions une question se pose : en simulant le hasard, la fiction littéraire se contente-t-elle d’imiter le comportement de la contingence dans la réalité et d’en proposer ainsi un substitut plus ou moins crédible, et porteur dans l’histoire de différents discours sur le monde ? Ou bien ses productions propres se comportent-elles différemment, en l’occurrence comme des projections qui sontalors intégrées par le public qui les reçoit dans les différents modèles qu’il construit pour comprendre, prévoir et agir dans le monde ?

Fiction and Models of Chance

In the wake of the renewal of Western theories of fiction since the 1980s, scholarship on the relationship between fiction and chance has led to new approaches over the past twenty years, particularly in France, Germany and the United States. Postclassical narratology, cognitivist approaches to literature, or applications of the logic of possible worlds to literary fictions are some of the areas in which the role played by fiction in conceptions of contingency and human attitudes to risk has received unprecedented attention. During the same period, several studies have taken up on a new basis the question of the historical transformations of these relationships since the beginnings of modernity. The mutations of literary and allegorical figures of fortune in the Renaissance have thus been well studied (Cave 1999, Demonet 2006, Buttay 2008); the same is true for the shift from fortune to chance during classicism (Lyons 2012), the effects of the emergence of probabilities on the fictions of the Enlightenment (Vogt 2011), and the materialization of the effects of chance in the European novel between the 18th and 19th centuries (Meiner 2016), The poetic use of randomness from the 1960s (James 2009, Wit[2019]) by such writers as Borges, Calvino or Butor, or its new uses in digital literature or role-playing games (Caïra 2007, 2016), have also been the subject of useful proposals.

            At the intersection of these new proposals, a question arises: by simulating chance, does literary fiction merely imitate the behavior of contingency in reality and thus propose a more or less credible substitute for it, reflecting the history of different discourses on the world? Or do fiction’s own productions operate differently, in this case as projections that are then integrated by its audience into the different models we build in order to understand, predict and act in the world?

Nathalie Kremer (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

De l’Eve future au « Geminoid HI » de Ishiguro : le cas d’une métalepse réelle ?

Nous nous intéresserons ici au rêve de la ‘copie vivante’, à partir du cas de l’androïde, appelé Geminoid HI, qu’a réalisé le professeur Ishiguro à Osaka. Sa réalisation technologique est certes le résultat d’un savoir-faire à la pointe de la technologie et du numérique moderne, mais aussi de la persistance du rêve ancestral de l’automate devenu être vivant. Ces fictions ancestrales où l’artificiel devient réel repose sur des métalepses, toutes fictionnelles bien sûr, mais peut-on parler dans le cas du Geminoid (et de ses avatars), lorsque la fiction devient réalité, de métalepse réelle ?

From The Future Eve to Ishiguro’s “Geminoid HI”: the case of a real metalepsis?

We will focus here on the dream of the “living copy”, on the basis of the case of the android Geminoid HI, created by Professor Ishiguro in Osaka. Its technological realization is certainly the result of expertise at the forefront of engineering and modern digital technology, but it also reveals the persistence of the ancestral dream of the automaton becoming a living being. These ancestral fictions, where the artificial becomes real, are based on metalepses—all fictional of course, but can we speak in the case of Geminoid (and of its avatars), when fiction becomes reality, of a real metalepsis?

Monica Villen (Universidad Francisco de Vitoria, Madrid)

Cyberespace: De la science fiction à l’informatique avec Neuromancien de William Gibson

La réalité virtuelle est apparue dans les romans de SF avant de devenir une technologie « réelle » et la notion de cyberespace de William Gibson—le néologisme qu’il a présenté dans Burning Chrome (1982) et popularisé dans Neuromancer (1984)—est devenue un terme accepté par la communauté scientifique et le grand public, bien que l’écrivain n’ait que peu, voire aucune connaissance technique sur le développement des domaines virtuels dans les années 80. Sa représentation du cyberespace a même permis aux scientifiques et aux ingénieurs informaticiens de communiquer leurs idées sur le virtuel: « Reality has left the physical world and moved into the virtual one[1].» Le domaine que recouvrait le terme cyberespace s’est étendu de la fiction à la réalité et la métaphore est devenu un terme lexical qui est apparu dans le dictionnaire.

Cyberspace: From Science Fiction to Computer Science with William Gibson’s Neuromancer

Virtual reality appeared in SF novels before becoming a “real” technology, and William Gibson’s notion of cyberspace—the neologism he introduced in Burning Chrome (1982) and popularized in Neuromancer (1984)—became an accepted term in the scientific community and the general public, although the writer had little or even no technical knowledge about the development of virtual domains in the 1980s. His representation of cyberspace has even allowed scientists and computer engineers to communicate their ideas on the virtual: “Reality has left the physical world and moved into the virtual one.” The domain covered by the term cyberspace has extended from fiction to reality, and the metaphor has become a lexical term that appears in the dictionary.

Atelier F: Fiction et action politique

Session F: Fiction and Political Action

Victoria Garcia (Universidad de Buenos Aires)

The potentialities and limits of fiction. Patricio Pron’s narrative in Argentina’s post-dictatorial period

Fiction has played an important role in the social processes of memory, truth and justice which have developed since the 1980s in the context of Argentine post-dictatorship. It has often contributed to build narrative perspectives which seem rare or even unacceptable within the framework of factual discourse practices, such as politics and legal. Post-dictatorship fictions entail specific political-ideological positions and have a particular impact on the configuration of social memory, sometimes with controversial effects. In this sense, our presentation aims to address the powers and limits of fiction in post-dictatoship Argentina, with special attention to litterature. Firstly, we will present a panorama of different functions that fiction has fulfilled in the literary representation of State terrorism, considered as a complex social experience. Secondly, we will address the autofiction El espíritu de mis padres sigue subiendo en la lluvia, by Patricio Pron (2011). Focusing on the son-father debate which was triggered by the publication of the novel, we will show that not only the meaning of the past is raised as an issue within such controversy, but also the limits of fiction as a particular way of approaching the historical past, with implications that concern ethics, aesthetics and politics.

Potentialités et limites de la fiction. La littérature de Patricio Pron dans le contexte de la post-dictature argentine

La fiction a joué un rôle important dans les processus de construction de la mémoire, de la vérité et de la justice de la dernière dictature militaire argentine, développés depuis les années 80, en introduisant des perspectives inhabituelles ou perturbatrices dans le contexte des discours factuels, tels que politiques ou légales. Les fictions sur la dictature sont construites à partir de positions politico-idéologiques spécifiques et ont un impact particulier sur la configuration socioculturelle et politique de la mémoire de ce processus historique, avec parfois des effets controversés. Le travail proposé abordera, dans ce sens, les utilisations et les effets sociaux de la fiction dans l’Argentine après la dictature, avec une attention particulière pour la fiction littéraire. Nous présenterons tout d’abord un aperçu des différentes fonctions de la fiction dans la narration de l’expérience complexe du terrorisme d’État en Argentine. En second lieu, nous aborderons l’autofiction El espíritu de mis padres sigue subiendo en la lluvia, par Patricio Pron (2011). Nous allons nous concentrer sur le débat fils-père qui a été déclenché par la publication du roman, pour montrer que non seulement le sens du passé est évoqué comme sujet de controverse, mais aussi les limites de la fiction comme une manière particulière d’aborder le passé historique, avec des conséquences éthiques, esthétiques et politiques.

Victoria Saramago (University of Chicago)

Mario Vargas Llosa and the Amazon: Fiction, Ecology, Politics

The Amazonian region occupies a singular place in the fictional and nonfictional works of the Peruvian writer Mario Vargas Llosa. Author of paradigmatic novels on the Peruvian Amazon, such as La casa verde [The Green House] (1966) and El hablador [The Storyteller] (1987), among others, Vargas Llosa nevertheless has repeatedly defended an extensive exploitation of Amazonian natural resources in his essays and political activities at the expenses of indigenous rights and environmental conservation. Such positions have led to public confrontations with indigenous and non-indigenous leaders, activists, and intellectuals. This talk discusses the conflictive relationship between Vargas Llosa’s fictional and nonfictional works on the Amazon through the lenses of a theory of mimesis present in his essayistic work across decades, which suggests the independence of the fictional text in relation to the referential reality it represents. By revisiting his novels, writings about fiction, and positions as a public intellectual and politician from the 1960s to the 1980s, this paper argues that the existence of fictional environments in Vargas Llosa’s work does not owe anything to the actual environments and imaginaries it mobilizes. As such, this autonomy of fiction explains, to a certain extent, how the fascination for the Amazon present in the author’s novels coexists with his defense, as a politician and public intellectual, of drastic changes in the region through the environmental exploitation and the acculturation of indigenous populations. As a result, the non-transitive notion of mimesis put forward by Vargas Llosa as an affirmation of aesthetic autonomy gradually gains reactionary undertones in the changing expectations of the 1980s and 1990s, if compared to the reception context he enjoyed in the 1960s.

Mario Vargas Llosa et l’Amazonie: Fiction, écologie, politique

La région amazonienne occupe une place singulière dans les œuvres fictives et non fictives de l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa. Auteur de romans paradigmatiques sur l’Amazonie péruvienne, comme La casa verde (1966) et El hablador (1987), entre autres, Vargas Llosa a néanmoins défendu à plusieurs reprises une exploitation extensive des ressources naturelles amazoniennes dans ses essais et ses activités politiques au détriment des droits indigènes et de la préservation de l’environnement. De telles positions ont donné lieu à des confrontations publiques avec des dirigeants, des militants et des intellectuels autochtones et non autochtones. Cet exposé traite de la relation conflictuelle entre les œuvres fictives et non fictives de Vargas Llosa sur l’Amazonie à travers les lentilles d’une théorie de la mimésis présente dans son travail essayiste depuis des décennies, qui suggère l’indépendance du texte fictif par rapport à la réalité référentielle qu’il représente. En revisitant ses romans, ses écrits de fiction et ses positions d’intellectuel et de politicien public entre les années 1960 et 1980, cet article soutient que l’existence d’environnements fictifs dans l’œuvre de Vargas Llosa ne doit rien aux environnements et aux imaginaires réels qu’il mobilise. Cette autonomie de la fiction explique, dans une certaine mesure, comment la fascination pour l’Amazonie présente dans les romans de l’auteur coexiste avec sa défense, en tant qu’homme politique et intellectuel public, de changements radicaux dans la région par l’exploitation environnementale et l’acculturation des populations indigènes. En conséquence, la no conception non-transitive de mimésis proposée par Vargas Llosa comme affirmation de l’autonomie esthétique acquiert progressivement des nuances réactionnaires dans les attentes changeantes des années 1980 et 1990, si on la compare au contexte de réception dont il bénéficiait dans les années 1960.

Annick Louis (Université de Reims, EHESS)

La fiction ou la mort

Dans la littérature argentine, il existe, depuis le XIXe siècle, un corpus de textes qui se sont positionnés entre la fiction et le document, de façon à questionner les frontières entre les deux, faisant de l’écriture un acte. Il ne s’agit pas d’une négation de la fiction, ni d’une impossibilité de penser la fiction, mais d’une extension des modes narratifs fictionnels, qui ne peut être expliquée exclusivement par le contexte politique et social, même si la violence est souvent à l’origine de ces œuvres. Nous proposons d’étudier dans notre intervention les traits de cette tendance, qui s’est développée dans les dernières années, utilisant des media audiovisuels, Facebook, des blogs, ainsi que les théories de la fiction auxquelles elle a donné lieu.

Fiction or Death

In Argentine literature, since the 19th century, there has been a corpus of texts that position themselves between fiction and document, in order to question the boundaries between the two, making writing into an act. This is not a negation of fiction, nor an impossibility of conceiving fiction, but an extension of fictional narrative modes that cannot be explained exclusively by the political and social context—even if violence is often at the origin of these works. This presentation proposes to study the characteristic features of this trend, which has developed further in recent years, using audiovisual media, Facebook, blogs, as well as the theories of fiction to which it has given rise.

Anne Isabelle François (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Résistances féministes et pouvoirs de la fiction

Les théories féministes s’intéressent à la fiction comme un des terrains permettant d’explorer et de donner à voir l’asymétrie des rapports de pouvoir, le « territoire idéologique » (Stuart Hall) au sein duquel se développent un discours stéréotypé et les normes de genre, suivant le principe que ces normes débordent de la fiction et investissent la réalité, participant à construire le paradigme même de cette réalité, jusqu’à mener aux violences et inégalités concrètes. La fiction est dès lors aussi investie comme modalité pour résister aux impératifs normés, individuels et collectifs, ou aux régimes qui entendent transformer les corps en entités « dociles » (Foucault), dans un geste d’empowerment, de reconquête, de survie même, permettant de lutter contre la société patriarcale et une conception de la bipartition genrée naturalisée. Il s’agit donc de prendre la fiction au sérieux, de déchiffrer de manière critique les codes répressifs et d’y répondre par des stratégies révisionnistes, ce qui se traduit aussi par des réceptions clivées et des ripostes partisanes. Ce sont ces enjeux qui seront examinés, avec une attention particulière au monde dystopique de Gilead imaginé par Margaret Atwood (romans et série TV) ainsi qu’aux créations de Chloé Delaume.

Feminist Resistance and Powers of Fiction

Feminist theories engage intensely with fiction as a space that allows the exploration and unmasking of the asymmetry in power relations, the “ideological field” (Stuart Hall) where stereotypical discourses and gender norms emerge, based on the principle that these norms cross over into reality, make inroads into it, and participate in its construction, leading to very real acts of violence and inequalities. Fiction therefore also becomes a means of resisting individual as well as collective normative imperatives, or regimes that aim to transform bodies into “docile” entities (Foucault), via an act of empowerment, reconquest, or even survival, in a struggle to oppose patriarchal society and naturalized gendered conceptions. The issue is to take fiction seriously, to decipher critically repressive codes and resist them by revisionist strategies, which also lead to divided receptions and partisan responses. These issues will be discussed with a particular focus on the dystopian world of Gilead imagined by Margaret Atwood (novels and TV adaptation), and on Chloé Delaume’s creations.

Charlotte Krauss (Université de Poitiers / FoReLLIS)

La construction de la nation par la fiction théâtrale

A la question « la fiction peut-elle changer le monde ? », on peut répondre qu’elle contribue en tout cas à restructurer le monde dans lequel nous vivons et qu’elle permet de diffuser parmi un public parfois très grand des idées abstraites, en les illustrant. Dans ma contribution, je me propose de revenir sur un changement essentiel des systèmes politiques en Europe au début du XIXe siècle et à l’effort pédagogique fourni par le théâtre de l’époque – mais aussi à une réception d’abord difficile. Après 1800, le concept de nation remplace en effet progressivement celui des monarchies de droit divin comme fondement des États : les sujets d’un souverain absolu deviennent des citoyens, qui, dans l’idéal, sont convaincus d’appartenir à un peuple national. Cette conception de l’État, qui nous semble aujourd’hui normale, n’a en réalité rien de naturel : la nation est un concept abstrait. La construction de tout un imaginaire national passe dans une large mesure par la fiction littéraire et notamment par un retour sur des épisodes historiques transposés dans et transformés par la fiction. Si l’épopée est identifiée comme le récit idéal (on redécouvre voire on rédige alors des textes qualifiés d’épopées), c’est notamment par la scène, par le théâtre, que les intellectuels de l’époque comptent atteindre la population. Je me propose de m’arrêter sur quelques exemples – allemand, français et polonais – pour montrer la fictionalisation de l’histoire dans le but de la rendre nationale. Je montrerai également que l’influence de l’idéal épique contribue à rendre ces projets dramatiques injouables, à en faire des spectacles dans un fauteuil qui demandent un effort d’imagination individuel à leurs lecteurs – du moins à l’époque de leur parution.

The Construction of the Nation by Theatrical Fiction

To the question “Can fiction change the world?”, we can answer that it contributes to restructuring the world in which we live, and that it allows us to disseminate abstract ideas by illustrating them for sometimes very large audiences. In my paper, I will consider an essential change in European political systems at the beginning of the nineteenth century and the educational effort provided by the theater of the time – as well as its initially difficult reception. After 1800, the concept of the nation gradually replaced that of the monarchies of divine right as the basis of the state: the subjects of an absolute ruler become citizens, who, in ideal circumstances, are convinced of belonging to a national people. This conception of the state, which may seem normal to us, is in fact not natural: the nation is an abstract concept. To a large extent, the construction of a whole national imagery is indebted to literary fiction and in particular to historical episodes transposed into and transformed by fiction. If the epic was identified as the ideal narrative (texts described as epics were rediscovered or even written at that time), it was particularly through the stage, through theater, that intellectuals aimed to reach the population. I propose to focus on some German, French and Polish examples to demonstrate how history was fictionalized in order to depict it as national. I will also show that the influence of the epic ideal contributes to making these dramatic projects unperformable, turning them into closet dramas that appeal to the individual imagination of their readers – at least at the time of their publication.

Anne Besson (Université d’Artois, Arras)

Engagement et enchantement : usages éthiques et politiques des fictions de l’imaginaire contemporaines

Une idée reçue associe encore les littératures de l’imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique) et les pratiques culturelles qui leur sont associés (jeux de rôle ou jeux en ligne dans des « univers », fictions amateurs, etc.) à une « évasion » loin des dures réalités de l’existence, où l’immersion dans l’ailleurs a valeur de divertissement pascalien. Les exemples sont pourtant nombreux et anciens qui montrent au contraire une forte association de ce domaine culturel et d’usages éthiques et politiques : vecteurs de valeurs et d’idéologie comme le sont de manière plus générale les produits culturels « populaires » ou « de masse » (voir les discours colonialistes, scientistes ou collectivistes par exemple pour la science-fiction au cours du XXe siècle) leurs spécificités – la projection d’autres possibles – les associe également à des forces de propositions, susceptibles de contourner ou de subvertir les normes en vigueur (voir l’usage fait des univers imaginaires partagés par les revendications homosexuelles aux Etats-Unis à partir des années 70 : Gaylaxians et Star Trek, les Amazones de Ténébreuse).

S’étant imposés au premier rang des repères partagés par les générations nées depuis le tournant du XXIe siècle, les fictions de l’imaginaire se voient enjoindre au moins autant voire davantage que des fictions « réalistes » de donner la plus juste représentation de la diversité physique, sociale, raciale et genrée, et d’en imaginer les prolongements désirables ou les points d’achoppement à éviter. Les études culturelles les ont très largement investis, mais on s’intéressera davantage ici aux « fan-activistes » qui se réclament d’Harry Potter, d’Hunger Games ou encore d’Avatar comme source d’inspiration pour leur engagement, de telles références leur permettant en outre de toucher un public adhérant a priori peu aux formes traditionnelles de communication politiques.

Ma communication se propose de présenter quelques-unes de ces actions, afin d’évaluer le sens et la portée des usages éthiques et politiques ultracontemporains des fictions de l’imaginaire : est-ce bien, comme le pensent en général ses amateurs, une « valeur ajoutée » à la légitimité de ces genres et médias que d’en faire des outils de réflexion et même d’action sur le monde ? Ou bien faut-il y voir le fer de lance d’une nouvelle pensée critique où des idéologies concurrentes se livreront à nouveau bataille par textes interposés ?

Engagement and Enchantment: Ethical and Political Uses of Contemporary Fantasy Fiction

An accepted idea still associates the literatures of the imaginary (science-fiction, fantasy, fantasy) and the cultural practices associated with them (roleplay or online games in “universes,” fanfictions, etc.) with “escapism”, away from the harsh realities of existence. Immersion in imaginary worlds is considered as a form of pascalian “divertissement”. However, many examples, some of them old, show on the contrary a strong association of this cultural field with ethical and political uses: as vectors of values ​​and ideology, as is the case more generally for “popular” or “mass cultural” products (for instance, the colonialist, scientistic or collectivist discourses present in science-fiction during the twentieth century), their singularities—the projection of other possible worlds—also associate them with new claims for right that are likely to circumvent or subvert norms (see the uses made of imaginary shared universes by gay-rights activists in the United States from the 70s: Gaylaxians and Star Trek, the Amazons of Darkover).

               Now at the forefront of the cultural benchmarks shared by the generations born since the turn of the 21st century, fantasy fictions are expected (at least as much as, or even more than, “realistic” fictions) to give the fairest representation of diversity (whether physical, social, racial, or gendered), and to imagine their desirable extensions or the stumbling points to avoid. Cultural studies have shown a great deal of interest in them, but here we will focus more on the “fan-activists” who lay claim to Harry Potter, Hunger Games or Avatar as inspiration for their commitment. These references also allow them to reach an audience that does not adhere to traditional forms of political communication.
               My paper aims to present some of these actions, in order to evaluate the meaning and scope of the ultracontemporary ethical and political uses of fantasy fictions. Does making these fictions into tools of reflection and even action on the world give (as the amateurs generally think) an “added value” to the legitimacy and accuracy of these genres and medias today? Or should we see in this tendency the spearhead of a new critical thought, in which competing ideologies will again engage in the battlefield of values, using fictions as weapons?

Keynote Address/Conférence plénière:

Anna Abraham (Leeds Beckett University)

The World in My Mind

In considering the issue of whether or not fiction changes the world from an epistemological standpoint, one is compelled to contend with at least six immediately relevant (and related) questions. As a starting point, the nature of fiction is contrasted with that of its antipode – reality.

(1) What do we know about how our world is shaped by reality?

(2) How is this different from the way our world is shaped by fiction?

(3) If fiction changes the world as we perceive it and know it, then how does it do so and under what conditions do such changes transpire?

(4) In what way do the varied mediums of fictional experience (via books, film, computer games, and so on) differentially impact our understanding of the world? And in doing so, do some mediums exert a more persuasive influence than others?

(5) What is the significance of the types of fictional worlds we encounter (ranging from highly similar to highly dissimilar and/or highly artificial to highly familiar vis-à-vis our own reality) in their potency to induce a necessary reconstruction of the real world? 

(6) What does the structure of such changes – ephemeral or lasting, deep or superficial – tell us about the very nature of the reality-fiction distinction?

In attempting to provide a range of answers to these open questions, I draw on theoretical and empirical work in the disciplines of psychology, psychiatry and neuroscience. A case will be made to re-consider the central question – “Does fiction change the world?” – by means of a Janus-faced approach that necessitates the adoption of an ever-alternating subjective/objective lens.

Le monde dans mon esprit

En examinant la question de savoir si la fiction change le monde d’un point de vue épistémologique, on est obligé de se poser au moins six questions immédiatement pertinentes (et liées entre elles). Comme point de départ, la nature de la fiction contraste avec celle de son antipode – la réalité.

(1) Que savons-nous de la façon dont notre monde est façonné par la réalité ?

(2) En quoi est-ce différent de la façon dont notre monde est façonné par la fiction ?

(3) Si la fiction change le monde tel que nous le percevons et le connaissons, comment le fait-elle et à quelles conditions ces changements se produisent-ils ?

(4) En quoi les divers médias de l’expérience fictionnelle (livres, films, jeux vidéo, etc.) influencent-ils de façon différente notre compréhension du monde ? Et ce faisant, certains médias exercent-ils une influence plus persuasive que d’autres ?

(5) Quelle est la signification des types de mondes fictionnels que nous rencontrons (allant de très similaires à de très dissemblables et/ou de très artificiels à de très familiers vis-à-vis de notre propre réalité) dans leur capacité à induire une reconstruction nécessaire du monde réel ? 

(6) Que nous apprend la structure de ces changements – éphémères ou durables, profonds ou superficiels – sur la nature même de la distinction réalité-fiction ?

Pour tenter d’apporter un éventail de réponses à ces questions ouvertes, je m’appuie sur des travaux théoriques et empiriques dans les disciplines de la psychologie, de la psychiatrie et des neurosciences. La question centrale “La fiction change-t-elle le monde ?” sera réexaminée – par le biais d’une approche double qui nécessite l’adoption d’une lentille alternativement subjective et objective.

Atelier G: Fiction et non-fiction, connaissances et culture

Session G: Fiction/Nonfiction, Knowledge and Culture

Manuel García-Carpintero Sánchez-Miguel (University of Barcelona)

Acts of Fiction-Making: Can Fiction Convey Knowledge?

In previous work, I have argued that narrative fiction and narrative non-fiction (such as documentaries, in the case of visual narratives) are constitutively at odds. Narrative non-fiction consists of an assertoric core—a speech act governed by a norm requiring truth for its correctness. Fiction consists of a core of fiction-making—speech acts governed by a norm not necessarily requiring truth for correctness, such as one requiring rather for correctness that imaginings interesting on different relevant dimensions are invited. This is compatible with fictions involving truth and allowing for the acquisition of knowledge, on at least two counts. In the first place, like other speech acts (say, rhetorical questions), acts of fiction-making can indirectly convey assertions. Secondly, fictions in some genres (biopics, fictionalizations of actual events) assert background facts about the time, the place, or the people setting up the fiction. In this paper I present and discuss illustrative examples of both kinds. For the first, I will use as illustrative examples Hitchcock’s Rear Window, Vertigo and North by Northwest and Lynch’s Mulholland Drive, which, I claim, indirectly make assertions precisely about the philosophical topic of this paper, whether fictions can convey knowledge. For the second, I will discuss Zvyagintsev’s Leviathan and Zhangke’s A Touch of Sin.

Actes de fiction : La fiction peut-elle transmettre des connaissances ?

Dans des travaux antérieurs, j’ai soutenu que la fiction narrative et la non-fiction narrative (comme les documentaires, dans le cas des récits visuels) étaient fondamentalement en désaccord. La non-fiction narrative consiste en un noyau assertif – un acte de langage régi par une norme exigeant la vérité pour être correct. La fiction consiste en un noyau de fabrication de la fiction – un ensemble d’actes de langage régis par une norme qui n’exige pas nécessairement la vérité pour être correcte, requerrant plutôt pour être correcte que l’on invite à imaginer des choses intéressantes sur différentes dimensions pertinentes. Ceci est compatible avec les fictions impliquant la vérité et permettant l’acquisition de connaissances, sur au moins deux plans. En premier lieu, comme d’autres actes de discours (par exemple, des questions rhétoriques), les actes de fiction peuvent indirectement véhiculer des assertions. Deuxièmement, les fictions dans certains genres (biographies, fictions d’événements réels) affirment des faits d’arrière-plan sur l’époque, le lieu ou les personnes qui ont créé la fiction. Dans cette communication, je présente et discute des exemples illustrant de ces deux types. Pour la première, j’utiliserai comme exemples Rear Window, Vertigo and North by Northwest d’Hitchcock et Mulholland Drive de Lynch, qui, selon mon hypothèse, font indirectement des affirmations précisément sur le sujet philosophique de cet article, à savoir si les fictions peuvent transmettre des connaissances. Pour illustrer le second type, je parlerai du Léviathan de Zvyagintsev et de A Touch of Sin de Zhangke.

Nancy Murzilli (Université Paris 8)

La fiction comme instrument d’action

Des expériences de pensée en attente d’incubation, voici comment peuvent être envisagées certaines formes que prend la fiction aujourd’hui: une production d’OVNIS (objets verbaux non identifiés), dont les règles d’usage ne sont pas encore fixées, réalisés au moyen de dispositifs fictionnels qui fonctionnent comme des opérateurs d’expériences de pensée instituant nos actions communes futures. Si l’on conçoit la fiction selon une définition élargie, dont l’effet ne repose pas sur une structure narrative, mais est engendré par sa capacité dispositale à transformer notre réalité, elle peut être considérée comme une activité de possibilisation de notre expérience du réel dans sa dimension transactionnelle, capable de modifier le cours de nos actions et l’agencement de notre réalité institutionnelle. L’activité fictionnelle ne se limite alors pas à la production de récits, mais s’étend à tout type de dispositif permettant d’activer des expériences de pensée mettant à l’essai d’autres formes de transaction avec notre milieu. Ces dispositifs fictionnels sont de pures constructions théoriques, dont la fonction instrumentale et heuristique leur permet d’agir dans l’espace social comme des outils producteurs de nouvelles médiations ou de remédiations utiles à la représentation et à la résolution de problèmes publics. C’est ce que cette communication se propose de montrer en prenant exemple sur des formes littéraires expérimentales et hors du livre et, plus particulièrement, sur le projet de recherche création en cours « Evaluation générale : l’agence de notation comme dispositif artistique », qui a pour but de créer des formes littéraires collaboratives à partir d’un texte d’évaluation issu d’enquêtes et d’audits non orthodoxes.

Fiction as an Instrument of Action

Certain forms of contemporary fiction can be considered as thought experiments awaiting incubation: a production of Unidentified Verbal Objects (UVOs), whose rules of use are not yet fixed, carried out by means of fictional devices that function as operators of thought experiments setting out our future common actions. If we conceive of fiction according to a broad definition, whose effect is not based on a narrative structure, but is rather generated by its dispositional capacity to transform our reality, it can be considered as an activity of possibilisation of our experience of reality in its transactional dimension, capable of modifying the course of our actions and the organization of our institutional reality. Fictional activity is thus not limited to the production of stories, but extends to any type of device which activates thought experiments that test other forms of transaction with our environment. These fictional devices are pure theoretical constructions, whose instrumental and heuristic function allows them to act in social space as tools that produce new mediations or remediations, which may be used for the representation and resolution of collective problems. This paper proposes to demonstrate this claim by taking as an example experimental and non-book-based literary forms and, more specifically, the ongoing creative research project “General evaluation: the rating agency as an artistic device.” This project aims to create collaborative literary forms on the basis of an evaluation text derived from unorthodox surveys and audits.

Maya Djikic (University of Toronto)

Effect of fiction on self-change: On how beauty breaks into the world

Literature can change the world only through the mediating effect of individual consciousness. How it is, then, that literature changes people?  The answer takes two directions: 1) the impact of truth (how fictional and non-fictional stories break self-deceptive narratives that maintain identity) and 2) the impact of beauty (how the enlivening effect of beauty gives energy for self-transformation). In this paper, I will discuss experimental evidence that beauty in literature causes the stable system of personality (or self) to be temporarily dysregulated, placing the self-system into a state of potentially rapid change (Djikic et al, 2009). This dysregulation, when combined with intensely creative propensity associated with being faced with beauty (Scarry, 1999), creates optimal conditions that accelerate the usually sluggish process of self-change. The radical decentering that beauty provides (Weil, 1973) does not only allow us to enter empathically into other worlds (Oatley, 2016) and so changes our beliefs and actions, but allows for the potential change in the very centre of what we consider to be our ‘self’. 


Effet de la fiction sur le changement de soi: Comment la beauté pénètre le monde

La littérature ne peut changer le monde que par l’effet médiateur de la conscience individuelle. Comment se fait-il que la littérature change les gens? La réponse prend deux directions: 1) l’impact de la vérité (comment les histoires fictives et non-fictives brisent les récits auto-trompeurs qui maintiennent l’identité) et 2) l’impact de la beauté (comment l’effet vivifiant de la beauté donne de l’énergie pour la transformation autonome) . Dans cet article, je traiterai des preuves expérimentales selon lesquelles la beauté dans la littérature provoque une dysrégulation temporaire du système stable de la personnalité (ou de soi), plaçant ainsi le système de soi dans un état de changement potentiellement rapide (Djikic et al, 2009). Cette dysrégulation, associée à une propension créatrice intense associée au fait d’être confronté à la beauté (Scarry, 1999), crée des conditions optimales qui accélèrent le processus généralement lent de changement de soi. Le décentrement radical que procure la beauté (Weil, 1973) ne nous permet pas seulement d’entrer avec empathie dans d’autres mondes (Oatley, 2016) et modifie donc nos croyances et nos actions, mais permet également un changement potentiel au centre même de ce que nous considérons être notre “moi”.

Nir Evron (University of Tel Aviv)

Fragile Fictions: The Rise of Culturalism and the Novel

Recent years have seen a growing interest, among literary historians and critical anthropologists, in the historical roots of the modern concept of culture (as a whole way of life), with special emphasis on the nineteenth-century novel’s role in its emergence. Raymond Williams, Catherine Gallagher, Ian Duncan, James Buzard, Katie Trumpener, Ayelet Ben Yishai and others have each, in his or her way, drawn links between the late-eighteenth-century rise of a certain conception of fictionality—the kind typically associated with the realist novel—and the first stirrings of culturalist thought in Europe. Taken together, these studies present a challenge to traditional accounts of culture’s emergence, while also presenting us with new way of thinking about its genealogy. Seeing as this modern term continues to shape emotional, political and juridical realities, the stakes in understanding how we came to think of ourselves in its terms are quite high.

After briefly mapping the state of critical discourse on the topic of culture and fictionality, my paper will look more closely at two early formulators of the culture-concept (Burke and Herder), in an attempt to tease out further connections between culturalist and novelistic discourses.

Fragiles fictions: L’essor du culturalisme et du roman

Ces dernières années, les historiens de la littérature et les anthropologues critiques se sont intéressés de plus en plus aux racines historiques du concept moderne de la culture (dans son ensemble), en insistant particulièrement sur le rôle du roman du XIXe siècle dans son émergence. Raymond Williams, Catherine Gallagher, Ian Duncan, James Buzard, Katie Trumpener, Ayelet Ben Yishai et d’autres ont, chacun, à leur manière, établi des liens entre la montée, à la fin du XVIIIe siècle, d’une certaine conception de la fiction – celle qui est généralement associée au roman réaliste – et les premiers mouvements de pensée sur la culture en Europe. L’ensemble de ces études remet en question les récits traditionnels de l’émergence de la culture, tout en nous présentant une nouvelle façon de penser sa généalogie. Étant donné que ce terme moderne continue à façonner les réalités émotionnelles, politiques et juridiques, comprendre comment nous en sommes venus à penser à nous-mêmes en ses termes représente un enjeu particulièrement important.

Après une brève description de l’état du discours critique sur le thème de la culture et de la fiction, mon article examinera de plus près deux des premières formulations du concept de culture (par Burke et Herder), dans le but de dégager d’autres liens entre les discours sur la culture et le roman.

Mario Slugan (Queen Mary University of London)

Revisiting the Solution to the Paradox of Fiction: An Alternative to Thought Theory

Originally formulated, the paradox of fiction involves three assertions. Separately they all appear intuitively correct but taken together they cannot all hold simultaneously: 1) fictional objects and entities cause genuine emotions, 2) only objects and events which we believe truly exist can cause genuine emotions, 3) we do not believe that fictional objects and emotions truly exist (Colin Radford and Michael Weston 1978; Kendall Walton 1978). The present-day view is that the paradox is not really a paradox, i.e. the proposition 2) is seen as false (Robert Stecker 2011; Eva-Maria Konrad, Thomas Petraschka, and Christiana Werner 2018). In other words, the generally accepted solution – dubbed the “thought theory” – is that there are numerous objects and events in whose existence we do not believe but which do cause genuine emotions (Noël Carroll 2003). One example includes sexual fantasies which lead to actual emotional arousal. In the case of horror, then, we actually fear the monster lurking in the shadows. This presentation offers an alternative solution. While not denying the idea that nonexistent objects can cause genuine emotions, I argue that the view that we actually fear monsters in horror films does not accurately describe the standard spectatorial response. Rather, I propose that what we fear is the possibility, however minute or irrational it might be, that in actual life there might be some monster-like entity which might do us harm. I propose that this is not only applicable to horror and fear but that it can be generalized to numerous other emotional engagements with fictional objects and entities. For instance, when we are concerned about the well-being of our favorite character like Tyrian Lannister in Game of Thrones, we do not actually fret for his life. What is really making an emotional effect on us is the possibility that we will no longer enjoy the show as much as we do with him as a character.

Revisiter la solution au paradoxe de la fiction : Une alternative à la théorie de la pensée

Formulé à l’origine, le paradoxe de la fiction implique trois affirmations. Séparément, elles semblent tous intuitivement correctes mais, prises ensemble, elles ne peuvent pas tous tenir simultanément : 1) les objets et les entités fictionnels causent des émotions authentiques, 2) seuls les objets et les événements que nous croyons vraiment exister peuvent causer des émotions authentiques, 3) nous ne croyons pas que les objets et les émotions fictifs existent vraiment (Colin Radford et Michael Weston 1978 ; Kendall Walton 1978). L’opinion actuelle est que le paradoxe n’est pas vraiment un paradoxe, c’est-à-dire que la proposition 2) est considérée comme fausse (Robert Stecker 2011 ; Eva-Maria Konrad, Thomas Petraschka, et Christiana Werner 2018). En d’autres termes, la solution généralement admise – appelée « théorie de la pensée » – est qu’il existe de nombreux objets et événements dans l’existence desquels nous ne croyons pas mais qui provoquent de véritables émotions (Noël Carroll 2003). Par exemple, les fantasmes sexuels qui conduisent à une véritable excitation émotionnelle. Dans le cas de l’horreur, nous craignons donc que le monstre ne se cache dans l’ombre. Cette présentation offre une solution alternative. Sans nier l’idée que des objets inexistants peuvent provoquer de véritables émotions, je soutiens que l’idée que nous craignons réellement les monstres dans les films d’horreur ne décrit pas exactement la réponse spectatoriale standard. Je propose plutôt que ce que nous craignons, c’est la possibilité, aussi infime ou irrationnelle soit-elle, qu’il y ait dans la vie réelle une entité semblable à un monstre qui pourrait nous faire du mal. Ma proposition est que cela ne s’applique pas seulement à l’horreur et à la peur, mais que cela puisse être généralisé à de nombreux autres engagements émotionnels avec des objets et entités fictifs. Par exemple, lorsque nous nous préoccupons du bien-être de notre personnage préféré comme Tyrian Lannister dans Game of Thrones, nous ne nous inquiétons pas pour sa vie. Ce qui a un effet émotionnel sur nous, c’est la possibilité que nous n’appréciions plus le spectacle autant que nous le faisons avec lui en tant que personnage.

Bibliography

Carroll, Noël. The philosophy of horror: Or, paradoxes of the heart. Routledge, 2003.

Konrad, Eva-Maria, Thomas Petraschka, and Christiana Werner. “The Paradox of Fiction–A Brief Introduction into Recent Developments, Open Questions, and Current Areas of Research, including a Comprehensive Bibliography from 1975 to 2018.” Journal of Literary Theory 12.2 (2018): 193-203.

Radford, Colin, and Michael Weston. “How can we be moved by the fate of Anna Karenina?.” Proceedings of the Aristotelian Society, Supplementary Volumes 49 (1975): 67-93.

Stecker, Robert. “Should we still care about the paradox of fiction?.” The British Journal of Aesthetics 51.3 (2011): 295-308.

Walton, Kendall L. “Fearing fictions.” The Journal of Philosophy 75.1 (1978): 5-27.

Alexander Bareis (University of Lund)

The Margins of Fiction in an Intermedial Perspective

The theory of fiction as make-believe, as defined by Kendall Walton in 1990, considers fiction to be a phenomenon common to all representational art—from novels to plays, paintings, sculptures, films and photographs. Yet, even the overarching and extremely broad definition of fiction in terms of Walton makes a distinction between fiction and non-fiction. Walton’s way to divide the turf, however, finds itself in opposition to many if not all of the established ways of categorization within the specialized fields of study, such as the study of the novel, film studies, and the history of art. The aim of my presentation is to investigate Walton’s approach to the notion of fiction by addressing the margins of fictionality within different media and in relation to the notion of reality: What is the difference between the feature films and the documentaries by the Austrian filmmaker Ulrich Seidl? What about the readymades by Andy Warhol? How should we categorize the photorealism of Ralph Goings and Chuck Close in relation to Walton’s understanding of fiction? Is Duchamp’s Fountain a work of fiction or just a piece of bathroom porcelain? The answer to an understanding of fiction that does not concentrate on just one form of art, or one form of representation, or one form of media, or just one discipline within the Humanities should become clearer if one looks at the very margins of the respective fields and the works that are challenging ordinary ways to de- and confine fiction. My presentation aims to give a suggestion that in particular downplays the question of fiction’s often misunderstood relation to reality: to be made up, unreal, or fictitious is neither necessary nor contingent to define fictionality.

Les marges de la fiction dans une perspective intermédiale

La théorie de la fiction en tant que faire-semblant, telle que l’a définie Kendall Walton en 1990, envisage la fiction comme un phénomène commun à tous les arts figuratifs – des romans aux pièces de théâtre, peintures, sculptures, films et photographies. Pourtant, même la définition générale et extrêmement large de la fiction dans les termes de Walton fait une distinction entre fiction et non-fiction. La façon dont Walton divise le territoire, cependant, se trouve en opposition avec plusieurs, sinon avec toutes les modes de catégorisation établis dans les domaines d’études spécialisés, comme l’étude du roman, des études cinématographiques et de l’histoire de l’art. Le but de ma présentation est d’examiner l’approche de la notion de fiction par Walton en abordant les marges de la fiction dans différents médias et par rapport à la notion de réalité : quelle est la différence entre les longs métrages et les documentaires du réalisateur autrichien Ulrich Seidl, et les ready-made d’Andy Warhol ? Comment devrions-nous classer le photoréalisme de Ralph Goings et Chuck Close par rapport à la compréhension par Walton de la fiction ? La Fontaine de Duchamp est-elle une œuvre de fiction ou un simple morceau de porcelaine de salle de bains ? La réponse à une compréhension de la fiction qui ne se concentre pas sur une seule forme d’art, ou une seule forme de représentation, ou une seule forme de média, ou une seule discipline au sein des humanités devrait être clarifiée si l’on regarde les marges mêmes des domaines respectifs et les œuvres qui remettent en question les moyens ordinaires de définir et de délimiter la fiction. Ma présentation a pour but de suggérer, en particulier, de minimiser la relation souvent mal comprise de la fiction à la réalité : être inventé, irréel ou fictif n’est ni nécessaire, ni contingent pour définir la fictionnalité.


Atelier H: Représentation des effets de la fiction dans la fiction

Session H: Fiction’s Effects in/on Fiction

John Pier (Université de Tours)

The Theory of Fiction and Modeling the Plot

Current research has made it possible to group theories of fiction into three models. Monist: certain cultural practices do not distinguish between fact and fiction (ritual in ancient civilizations, modern panfictionalism, etc.); dualist: fiction is marked by linguistic, stylistic, pragmatic or ontological features that set it off from the factual; triadic: fiction comes under the “as if” and relates neither to the truth of history nor the lie of fiction (cf. Lavocat and Duprat, Fiction et cultures, 2010).

This talk will explore some of the links between these models of fiction and the theory of plot developed by Yuri Lotman. Lotman opposes the text without sjužet to the text with sjužet, the latter characterized by the violation of a border. An example of the first is myth, which is organized in a cyclical manner: repetitive and without either beginning or end, myth postulates a series of isomorphic and homomorphic equivalences translatable into one another, and it models a stable world. From the point of view of fiction, it is monist. The text with sjužet is linear, highlighting the unexpected, the anomaly, surprise; it exists thanks to an event that violates borders and, as a result, destabilizes the pre-established order (incidents, the anecdote, the novella, etc.). Unlike texts without sjužet, those with sjužet, plot-narrations, elicit judgments of factuality and fictionality and are thus dualist. For Lotman, the theory of plot is part typological, part historical: the two text-generating mechanisms are mutually dependent upon one another, text with sjužet presupposing the existence of text without sjužet. The two have combined over the ages to produce numerous narrative genres. However, such configurations are characterized as what Bakhtin has characterized as monological. Lotman extends his system to cover cases of dialogical discourse. The resultant complexification of internal tensions tends to mitigate or even neutralize judgments of truth and falsehood, of factuality and fictionality, and to intensify the “as if” quality of fictional narrative.

Théorie de la fiction et modélisation de l’intrigue

La recherche actuelle permet de regrouper les théories de la fiction selon trois modèles. Moniste : certaines pratiques culturelles ne distinguent pas le fait et la fiction (le rituel dans les civilisations antiques, le panfictionnalisme moderne, etc.) ; dualiste : la fiction est marquée par des traits linguistiques, stylistiques, pragmatiques ou ontologiques qui la différencient du factuel ; triadique : la fiction relève du « comme si » et ne répond ni au vrai de l’histoire ni au mensonge du mythe (cf. Lavocat et Duprat, Fiction et cultures, 2010).

Cet exposé explorera quelques-uns des liens de ces modèles de la fiction à la théorie de l’intrigue élaborée par Iouri Lotman. Lotman oppose le texte sans sjužet au texte à sjužet, le dernier caractérisé par la violation d’une frontière. Un exemple du premier est le mythe, organisé de manière cyclique : répétitif et sans début ni fin, le mythe postule une série d’équivalences isomorphes et homomorphes traduisibles les unes dans les autres, et il modélise un monde stable. Du point de vue de la fiction, le mythe est moniste. Le texte à sjužet est linéaire, mettant l’accent sur l’inattendu, l’anomalie, la surprise ; il existe par un événement qui enfreint les frontières et, du coup, déstabilise l’ordre préétabli (incidents, l’anecdote, nouvelle, etc.). Contrairement aux textes sans sjužet, les textes à sjužet suscitent des jugements de factualité et de fictionnalité, et ils sont par conséquent dualistes. Chez Lotman, la théorie de l’intrigue est mi-historique, mi-typologique : les deux mécanismes générateurs de texte sont dépendants l’un de l’autre, le texte à sjužet présupposant l’existence du texte sans sjužet. Au fil du temps, les deux se sont combinés de multiples façons pour produire de nombreux genres narratifs. Pourtant, de telles configurations sont caractérisées comme « monologiques » (Bakhtine). Lotman élargit son système afin de couvrir le discours dialogique. La complexification des tensions internes qui en résulte tend à atténuer, voire à neutraliser, les jugements de vérité et de fausseté, de factualité et de fictionnalité, et donc d’intensifier la qualité du « comme si » de la narration fictionnelle.

Alberto Voltolini (University of Turin)

Real Authors and Fictional Agents (Fictional Narrators, Fictional Authors)

A suitable account of fiction must involve a conceptual distinction between (at least) the following three figures, or roles: real authors, fictional narrators, fictional authors. Real authors may (rarely) coincide either with fictional narrators or with fictional authors. Fictional narrators, however, never coincide with fictional authors. For either one or the other is the fictional agent, the contextual factor that contributes to provide a (truthconditional) content to the fictional tale that is told.

Yet the reasons why we need all such figures just partly overlap with those Currie (1990) provides. We do need a fictional author for the very semantic reasons that make a fictional narrator necessary; namely, in order to account for the fictional truthconditions and truthvalues of fiction-involving sentences in their fictive, or fictional, use. For we need either a fictional narrator or a fictional author in order to have an agent of the relevant fictional context that enables a fiction-involving sentence in the above use to have a fictional (truthconditional) content. Yet we do not need a fictional author for epistemic reasons, having to do with reliability in narration. As a result, the semantic reasons for why we need a fictional author do not coincide with those Currie (1990) among others advocates, which actually appeal to an ascription of omniscience (as to the events in a fictional world) to the fictional author.

Auteurs réels et agents fictionnels (narrateurs de fiction, auteurs de fiction)

Une description appropriée de la fiction doit comporter une distinction conceptuelle entre (au moins) trois instances, ou rôles suivants : auteurs réels, narrateurs fictionnels, auteurs fictionnels. Les auteurs réels peuvent (rarement) coïncider soit avec des narrateurs fictionnels, soit avec des auteurs fictionnels. Les narrateurs fictionnels cependant, ne coïncident jamais avec les auteurs fictionnels. Car l’un ou l’autre est l’agent fictionnel, le facteur contextuel qui contribue à fournir un contenu (vericonditionnel) au récit fictionnel qui est raconté.

Cependant, les raisons pour lesquelles nous avons besoin de toutes ces instances recoupent partiellement celles fournis par Currie (1990). Nous avons besoin d’un auteur fictionnel pour les raisons très sémantiques qui rendent un narrateur fictionnel nécessaire, notamment pour rendre compte des conditions de vérité fictionnelles et des valeurs de vérité des phrases de fiction, dans leur usage fictionnel, ou fictif. Car nous avons besoin, soit d’un narrateur fictif, soit d’un auteur fictif afin d’avoir un agent du contexte fictionnel pertinent qui permette à une phrase de fiction (dans l’usage mentionné ci-dessus) d’avoir un contenu (vericonditionnel) fictionnel. Néanmoins, nous n’avons pas besoin d’un auteur fictionnel pour des raisons épistémiques, ayant à voir avec la fiabilité de la narration. Par conséquent, les raisons sémantiques pour lesquelles nous avons besoin d’un auteur fictionnel ne coïncident pas avec celles de Currie (1990), et d’autres, qui font appel à une attribution d’omniscience (quant aux événements dans un monde fictionnel) à cet auteur fictionnel.

Alexandra Effe (Oslo University/University of Oxford)

Literary Accounts of Fiction as (Self-)Transformation

There exists a long-standing debate on what fiction is, on how it is to be distinguished from related concepts, such as imagination, invention, and construction, and on its beneficial or harmful effects. This paper addresses these questions through a reading of literary texts that internalize the debate. Autofictional texts, in which an author self-reflexively integrates elements of his or her own life but also consciously and explicitly deviates from them, provide exemplary test cases in that they function as performance and commentary on processes of fictionalization. On the basis of a corpus from the 18th century to the 21st the paper describes literary representations of the transformative power of fictionality. These creative accounts are considered alongside those in literary theory and cognitive science, which serves to highlight terminological and conceptual differences in different disciplines and periods.

Représentations littéraires de la fiction comme (auto-)transformation

Il existe un débat de longue date sur ce qui est la fiction, sur comment on devrait la distinguer des concepts liés, telles que l’imagination, l’invention et la construction, et sur ses effets avantageux ou nuisibles. Cet article aborde ces questions au moyen d’une lecture des textes littéraires qui internalisent le débat. Les textes autofictionnels, où l’écrivain incorpore d’une manière auto-réflective des éléments de sa propre vie mais en même temps dévie d’eux d’une façon consciemment et explicitement, constituent des cas types étant donné qu’ils jouent le rôle d’une performance et d’un commentaire sur les processus de la fictionalisation. En s’inspirant d’un corpus du 18ème au 21ème siècle, cet article décrit les représentations littéraires du pouvoir de transformation de la fictionalité. Il considère ces récits créatifs en même temps que des exemples de la théorie littéraire et la science cognitive, qui sert de souligner les différences terminologiques et conceptuelles dans diverses disciplines et dans diverses époques.

Yen-Maï Tran-Gervat (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Le donquichottisme comme réflexion humoristique sur les effets de la fiction (littérature et cinéma)

Depuis sa parution en 1605-1615 (1ère et 2nde parties), le roman de Cervantès a, on le sait, donné lieu à de multiples imitations ou variantes, inspirées par ce que Harry Levin a appelé « le principe quichottique » (The Quixotic Principle. Cervantes and Other Novelists, 1970), syndrôme du personnage rendu fou par trop de lectures, au point qu’il en vient à ne plus savoir faire la différence entre fiction et réalité. Le propos de cette communication sera d’examiner la manière dont, dans les fictions quichottiques (de Cervantes à Salman Rushdie – Quichotte, 2019, en passant par Woody Allen – Play it again, Sam, 1972), on passe d’une évidente satire, en contexte réaliste, de la fiction « romanesque », à une réflexion humoristique de la fiction sur ses propres effets.

Quixotism as a Humorous Reflection on the Effects of Fiction (Literature and Cinema)

Since the publication of Don Quixote (1st part, 1605; 2nd part, 1615), many authors have used what Harry Levin called “the Quixotic principle” (the title of his 1970 essay), that is, the fact that a character reads so much fiction that he or she develops a form of madness that consists in no longer being able to tell reality from fiction. This paper wishes to examine precisely how, from Cervantes to Salman Rushdie (Quichotte, 2019), with a detour via Woody Allen’s Play it again, Sam (1972), what is usually seen as satire (of romance fiction in realistic contexts) could rather be considered a humorous reflexion by fiction on its own effects.

Maxime Decout (Aix-Marseille Université)

Peut-on tuer le lecteur ?

À propos de quelques effets secondaires regrettables de la lecture

Le fantasme est connu : un livre pourrait avoir une telle force sur son lecteur qu’il en viendrait à influencer son existence. Entre ascendant salutaire et magnétisme néfaste, la littérature tente de se situer par rapport à ces extrêmes. On peut alors réfléchir à cet imaginaire à partir de ses formes les plus exaspérées : quand le lecteur est la victime, inconsciente, maladroite ou consentante, d’un livre. Une fiction peut-elle transformer son lecteur en assassin ou le tuer – hormis dans le cas peu glorieux où elle le fait mourir d’ennui ? Cette situation est un creuset où s’interroge le pouvoir des livres tout en le construisant. Car sans le réaliser, elle le donne à voir, à imaginer et en fait éprouver au lecteur la possibilité dans sa chair. Si le débat n’est pas nouveau, ses formes et ses enjeux ont évolué peu à peu. Il convient dès lors de scruter ce qui est une variante de ce questionnement qui se manifeste dans la seconde moitié du XXe siècle : l’enquête textuelle, le livre assassin et le lecteur coupable. Ce sont ces formes intempérantes que nous regrouperons sous le terme de fictions assassines. Mais si le lecteur peut être victime du texte ou coupable d’un meurtre, et que les causes de notre défaite ne peuvent jamais être identiques à celles qui valent pour les personnages, n’est-ce pas affirmer avec fracas l’efficacité pragmatique de la fiction pour la contester plus implacablement encore ?

Is it Possible to Kill the Reader? On Some Unfortunate Side Effects of Reading

The fantasy is well known: a book might have such a strong influence on its reader that it would come to influence his or her existence. We can question this imaginary on the basis of its most extreme form: when the reader is the victim of a book. Can a fiction turn its readers into assassins or kill them? This situation both posits and questions the power of books. It stages this power and makes the reader feel it. The debate is not new, but its forms have evolved. It is possible to isolate one such form that emerged in the 20th century, and that we will call murderous fictions: textual investigations, the book as killer, and the guilty reader. Certainly, when the reader becomes a victim of the text, the power of fiction triumphs. But since the reasons for this situation can never apply exactly to us as readers, these texts also implacably affirm fiction’s lack of pragmatic efficacy.

Frank Wagner (Université de Haute Bretagne – Rennes 2)

Quand la fiction change le monde… de la fiction

L’hypothèse d’une action (maléfique ou, à l’inverse, bénéfique) de la fiction sur le monde qui l’accueille est déjà ancienne, et a intéressé de longue date aussi bien philosophes que sociologues ou encore théoriciens de la littérature. Sur ce point, les écrivains ne sont pas en reste : nombre de fictions représentent ainsi « en abyme » les vertus ou dangers de la fiction (livresque, cinématographique, etc.). On souhaiterait donc analyser ce cas particulier, en prêtant attention aux jeux et aux enjeux de la représentation intradiégétique des pouvoirs de la fiction dans divers romans. Le corpus, majoritairement « contemporain », comprendra des œuvres de Lovecraft, Dick, Sarraute, Butor, Volodine, Chevillard, Bello, etc.

When Fiction Changes the World… of Fiction

The hypothesis of fiction’s action (either harmful or beneficial) on the world that contains it is already an old one, and has long interested philosophers as well as sociologists and literary theorists. In this respect, writers are not to be outdone: many fictions thus represent through a “mise-en-abyme” the virtues or dangers of fiction (whether in textual, cinematic or other form). I therefore propose an analysis of this particular case, paying attention to the games and stakes of the intradiegetic representation of the powers of fiction in various novels. My corpus, which is mainly contemporary, will include works by Lovecraft, Dick, Sarraute, Butor, Volodine, Chevillard, Bello, etc.

Samedi 30 novembre/Saturday 30 November, 2019

Alberto Voltolini (University of Turin)

Projet COST: Applying a Sort of Imagination in Fiction

Kohei Takahashi (Doshisha Women’s College of Liberal Arts)A

The Seminar of Japanese literature and Fictionality

Since the 1990s, there have been several studies on the topic of modern Japanese literature from a political or historical perspective such as gender, postcolonial criticism, or cultural studies. However, few scholars have analyzed works of modern Japanese literature and related phenomena through the lens of the theories of fiction. For this reason, an academic group named The Seminar of Japanese Literature and Fictionality (JF-ken), mainly consisting of specialists of modern Japanese literature, was established in 2014. The group’s project has three main purposes: critical reading of books dealing with theories of fiction; developing a detailed account of fictionality in modern Japanese literary works; and connecting the researchers of modern Japanese literature with those who are studying literary theory. In this presentation, I report on the purpose, goals and current activities of the group.

Depuis les années 1990, les critiques et chercheurs de la littérature japonaise moderne et contemporaine se sont particulièrement intéressés aux études ayant une portée politico-historique comme les études féminines et les études postcoloniales. Les théories de la fiction, quant à elles, ne trouvaient qu’un faible écho. Pour combler cette lacune, nous avons lancé, en 2014, un projet de recherche : Littérature japonaise et théories de la fiction (JF-ken). Nous nous sommes fixé trois buts : 1) effectuer une lecture critique des ouvrages sur les théories de la fiction, 2) éclaircir la fictionnalité propre à la littérature japonaise moderne et contemporaine, 3) favoriser les rencontres et les échanges entre les spécialistes de la littérature japonaise et les théoriciens de la littérature. Nous proposons un bilan provisoire de notre projet.

Gregory Currie (University of York)

Heather Ferguson (University of Kent)

Stacie Friend (Birkbeck, University of London)

Lena Wimmer (University of Kent)

Learning from Fiction

The three-year Leverhulme funded project “Learning from fiction” brings together philosophical and psychological perspectives. Some of our early work is likely to focus on the role of fiction in affecting empathy, about which there has been both philosophical speculation and some controversial empirical work. In this session we will (i) present some new empirical results; (ii) discuss the problems associated with theorising empathy as a psychological category; (iii) discuss the problems involved in bringing empirical evidence to bear on what has traditionally been a discussion within philosophy and the literary humanities.

Apprendre de la fiction

Le projet de trois ans financé par Leverhulme “Apprendre de la fiction” réunit des perspectives philosophiques et psychologiques. Certains de nos premiers travaux se concentreront probablement sur le rôle de la fiction dans l’empathie, au sujet de laquelle il y a eu à la fois des spéculations philosophiques et des travaux empiriques controversés. Dans cette session, nous présenterons (i) de nouveaux résultats empiriques ; (ii) les problèmes associés à la théorisation de l’empathie en tant que catégorie psychologique ; (iii) les problèmes liés à l’apport de preuves empiriques à ce qui a toujours été une discussion dans la philosophie et les lettres et sciences humaines.

Anne Duprat (Université de Picardie-Jules Verne)

Alison James (University of Chicago)

Sébastien Wit (Université de La Rochelle)

Projet ALEA

« ALEA 2018-2023 » réunit une cinquantaine de chercheurs en littérature, arts visuels, philosophie, mathématiques et sciences cognitives dans la préparation de l’ouvrage collectif Figures du hasard. Pour une histoire littéraire de la contingence (dir. A. Duprat), qui paraîtra en 2023. Il produit également une série de manifestations et publications académiques et culturelles (colloques, journées d’études, spectacles, séminaires doctoraux, banque de données) autour des représentations culturelles du hasard.

ALEA Project

“ALEA 2018-2023” brings together some fifty researchers in literature, visual arts, philosophy, mathematics and cognitive sciences for the preparation of the collective book Figures of Chance: For a Literary History of Contingency (ed. A. Duprat), to be published in 2023. It will also encompass a series of academic and cultural events and publications (symposia, study days, performances, doctoral seminars, data banks) on cultural representations of chance.

Fludernik, Monika (University of Freiburg)

The Freiburg Graduate School Factual and Fictional Narration (GRK 1767) and the Collaborative Research Centre (SFB 1015) Otium

GRK 1767

Graduate school “Factual and Fictional Narration” (four cohorts of three years each), running from 2012 to 2021.

The graduate school “Factual and Fictional Narration” analyzes factual narratives and interfaces between factuality and fictionality. It provides funding for three-yearly PhD theses. Students are able to organize their own conferences, go to international conferences and present there, and they also engage in regular discussion groups in Freiburg. In addition, several offers of work-related ateliers exist, for instance voice training, learning how to produce films, or introductions to museum curating. The presentation will display selected titles of PhD theses and publications of the graduate school.

SFB 1015

Sonderforschungsbereich (Collaborative Research Centre) on Otium (“Muße”)

The collaborative research cluster focuses on what in German is called Muße, variously translatable as idleness, indolence or leisure in English and as oisiveté in French. The various projects in the research group are from a number of different disciplines, including the forestry department (Experiencing otium in the woods), psychology (How to teach doctors to find some peace and quiet despite a highly stressful work routine), cultural ethnology (analyzing how people going to spas and other courses teaching relaxation actually feel and what they experience in these classes), medicine (describing how people who have had to drop out of work due to serious illness discover a new pleasurable life for themselves away from work routines), literary studies (otium in contemporary anglophone and vernacular language South Asian novels; urban leisure around 1800 in London and Paris), musicology (experiencing otium when listening to music), architecture (spaces of otium and relaxation, like baths, churches and museums), empirical psychology (experiencing otium while waiting in particular spaces, cooperating with the previous project), ethnology (can otium be experienced in religious services?), and theology (the meeting of occidental monasticism and Eastern asceticism and monastic traditions in the reflection of Barlaam und Josaphat). Some of the publications of the project from its first phase will be presented.

École doctorale “Narration factuelle et fictionnelle” (quatre cohortes de trois ans chacune), de 2012 à 2021.

L’école doctorale “Narration factuelle et fictionnelle” analyse les récits factuels et les interfaces entre factualité et fictionnalité. Il finance des thèses de doctorat triennales. Les étudiants peuvent organiser leurs propres conférences, participer à des conférences internationales et y présenter des exposés, et ils participent régulièrement à des groupes de discussion à Fribourg. En outre, il existe plusieurs offres d’ateliers liés à l’emploi, par exemple une formation vocale, l’apprentissage de la production cinématographique ou l’initiation à la conservation dans les musées. La présentation présentera une sélection de thèses de doctorat et de publications de l’école doctorale.

SFB 1015

Sonderforschungsbereich (Centre de recherche collaboratif) sur l’otium (“Muße”)

Le pôle de recherche collaborative se concentre sur ce que l’on appelle en allemand Muße, que l’on peut traduire par oisiveté en français, et par idleness, indolence ou leisure en anglais. Les différents projets du groupe de recherche sont issus de différentes disciplines, dont le département forestier (Expérience de l’otium dans les bois), la psychologie (Comment apprendre aux médecins à trouver la paix et le calme malgré une routine de travail très stressante), ethnologie culturelle (analyse de ce que ressentent réellement les gens qui vont aux spas et autres cours de relaxation et de ce qu’ils vivent dans ces cours), médecine (description de la façon dont les personnes qui ont dû abandonner leur emploi en raison d’une maladie grave découvrent une nouvelle vie agréable en dehors de leur routine professionnelle), études littéraires (otium dans les romans contemporains anglophones et vernaculaires en langue du sud asiatique ; loisirs urbains vers 1800 à Londres et Paris), musicologie (vivre l’otium en écoutant de la musique), architecture (espaces d’otium et de détente, comme les bains, les églises et les musées), psychologie empirique (vivre l’otium en attendant dans certains espaces, coopérer avec le projet précédent), ethnologie (peut-on vivre l’otium dans les services religieux ?), et la théologie (la rencontre du monachisme occidental et de l’ascèse orientale et des traditions monastiques dans la réflexion de Barlaam et Josaphat). Certaines des publications de la première phase du projet seront présentées.

Françoise Lavocat (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

DEMOFIC

Après un siècle de controverses théoriques sur le caractère, le temps n’est-il pas venu de prendre un nouveau départ dans l’étude des êtres fictifs d’un point de vue qui ne serait ni formaliste ni psychologique ?

Compter est généralement considéré comme une activité humble. En quoi le comptage des personnages (œuvres littéraires, séries télévisées, mondes de la fantasy) pourrait-il constituer une nouvelle voie dans le domaine de la théorie littéraire ? Divers chercheurs (principalement des sociologues et spécialistes des médias audiovisuels) partagent actuellement l’approche démographique appliquée aux artefacts culturels. Mon hypothèse est que les sciences humaines numériques, les statistiques et les méthodes quantitatives nous permettent de renouveler complètement notre conception des personnages. Avec mon équipe, j’ai jusqu’à présent construit une base de données d’environ 15 000 personnages nommés et 354 000 personnages anonymes (de romans du XIXe siècle). L’un des objectifs du projet “Demofic” est de poursuivre et de développer le travail entrepris, mais aussi de l’ouvrir à des perspectives plus ambitieuses (en intensifiant le dialogue interdisciplinaire). J’envisage de développer la notion de “style démographique”, d’analyser les données de manière à apporter une contribution significative à l’histoire du roman et, peut-être, à celle de la fiction occidentale. Mon ambition est aussi d’ouvrir la recherche à des espaces extra-européens.

After a century of theoretical controversies about characters, is the time not ripe for a new beginning in the study of fictional beings from a point of view which would be neither formalist nor psychological? 

Counting is generally considered a humble activity. In what way, then, could counting characters (those in literary works, television series, fantasy worlds) constitute a new path in the field of literary theory? Various researchers (mainly audio-visual media sociologists) currently share the demographic approach applied to cultural artefacts. My claim is that digital humanities, statistics and quantitative methods allow us to renew completely our conception of characters. With my team, I have so far built a database of about 15,000 named and 354,000 unnamed characters (from 19th-century novels). One of the objectives of the project “Demofic” is to continue and build on the work undertaken, but also to open it up to more ambitious perspectives (stressing the interdisciplinary dialogue). I plan to develop the notion of “demographic style”, to analyse the data in such a way as to make a significant contribution to the history of the novel and, perhaps, to that of Western fiction. My ambition is also to open up research to non-European areas.

Sylvie Patron (Université Paris-Diderot)

With and Without Narrators: Optional-Narrator Theory (University of Nebraska Press, “Frontiers of Narrative”, forthcoming 2020, editor: Sylvie Patron)

The ubiquity of fictional narrators in fictional narratives has been a fundamental assumption that distinguishes narratology from previous narrative theories (see Barthes [1966] 1975; Genette [1972] 1980, and [1983] 1988; Bal [1978, 1985] 2017; Stanzel [1979] 1984; Prince [1982] 2012; Rimmon-Kenan [1983] 2002; Chatman 1990, etc.). However, since the first formulations of this assumption, voices have been raised to denounce oversimplifications and a dangerous confusion of issues. “[O]nly in cases where the narrative poet actually does ‘create’ a narrator, namely the first-person narrator of the first-person narrative, can one speak of the latter as a (fictive) narrator,” declares Käte Hamburger ([1957, 1968] 1993, 140; “fictive” means “fictional” here). For a long time, Hamburger’s, S.-Y. Kuroda’s, and Ann Banfield’s approaches have been marginalized by the power and dominance of the narratological discourse and practices. Yet, as A. C. Spearing puts it: “If one reads any of these theorists, one thing noticeable is that they present arguments in favour of their views, whereas those who hold the majority view simply assert it or take it for granted, and they almost never present arguments against those who do not agree with them” (What Is a Narrator?,” University of Mannheim, 2015; personal communication).

Recent years have seen a rising interest in what are now called optional-narrator theories (Patron [2009] 2016, Köppe and Stühring 2011) in the fields of literary narratology, film theory, transmedial narratology and media culture theory. Simultaneously, the proponents of the ubiquity thesis, or pan-narrator theorists (Köppe and Stühring 2011) have become more pugnacious and have started to form arguments (or at least to examine critically some of their opponents’ arguments; see Zipfel 2015). This is, briefly summarized, the context of the present volume.

Avec ou sans narrateurs: la théorie du narrateur optionnel (University of Nebraska Press, “Frontiers of Narrative”, à paraître en 2020, dir: Sylvie Patron)

La présence d’un narrateur fictionnel dans tous les récits de fiction est l’hypothèse fondamentale qui distingue la narratologie des théories narratives antérieures (voir Genette 1972 et 1983, Bal 1978, Stanzel [1979] 1984, Prince [1982] 2012 ; Rimmon-Kenan [1983] 2002 ; Chatman 1990, etc.). Cependant, dès les premières formulations de cette hypothèse, des voix se sont élevées pour dénoncer des simplifications excessives et une dangereuse confusion des questions. Selon Käte Hamburger, “Ce n’est que dans les cas où le poète narratif ‘crée’ un narrateur, à savoir le narrateur à la première personne du récit à la première personne, qu’on peut parler de ce dernier comme d’un narrateur (fictif)” ([1957, 1968] 1986, 128 ; traduction modifiée). Longtemps, les approches de Hamburger, S.-Y. Kuroda et Ann Banfield ont été marginalisées par le pouvoir et la domination du discours et des pratiques narratologiques. Pourtant, comme le dit A. C. Spearing : “Lorsqu’on lit tous ces théoriciens, on est frappé par le fait qu’ils présentent des arguments en faveur de leurs conceptions, alors que les tenants de la conception majoritaire affirment simplement celle-ci ou la tiennent pour acquise, et n’opposent presque jamais d’arguments à ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.”

Les dernières années ont vu un intérêt grandissant pour ce que l’on appelle aujourd’hui les théories du narrateur optionnel (Patron [2009] 2016, Köppe et Stühring 2011) dans les domaines de la narratologie littéraire, de la théorie du film, de la narratologie transmédiale et de la théorie des médias. Simultanément, les tenants de l’hypothèse pan-narratoriale (Köppe et Stühring) sont devenus plus pugnaces et ont commencé à formuler des arguments (ou du moins à examiner de façon critique certains des arguments de leurs adversaires ; voir Zipfel 2015). Tel est, brièvement résumé, le contexte du présent volume.

Henrik Skov Nielsen (Aarhus Centre for Fictionality Studies, Denmark)

Simona Zetterberg Gjerlevsen (Aarhus Centre for Fictionality Studies, Denmark)

Centre for Fictionality Studies – past, present and future research

“Fictionality” is a term typically associated with novels, short stories and movies. With very few exceptions, research on fictionality has examined it in these generic terms. In the Centre for Fictionality Studies, we investigate fictionality as a basic human ability and as a rhetorical and communicative strategy in various media and discursive contexts in a way that extricates it from fiction in the generic sense. The aim is to shed new light on how fictionality helps us navigate in a contemporary, cultural and political context, and how fictionality has been used in various historical contexts to legitimize or delegitimize actions and utterances. We will briefly present projects on politics, on the delimitation of fictionality as concept, and on how to bring the communicational approach to fictionality back into the study of literature and generic fiction.

Centre for Fictionality Studies – Recherches passées, présentes et futures

Le terme de “fictionnalité” est généralement associé aux romans, aux nouvelles et aux films. À de très rares exceptions près, la recherche sur la fictionnalité l’a examinée dans ces termes génériques. Dans le Center for Fictionality Studies, nous étudions la fiction en tant que capacité humaine fondamentale et en tant que stratégie rhétorique et de communication dans divers médias et contextes discursifs, d’une manière qui la fait sortir de la fiction au sens générique. L’objectif est de jeter un nouvel éclairage sur la façon dont la fiction nous aide à naviguer dans le contexte contemporain, culturel et politique, et comment la fiction a été utilisée dans divers contextes historiques pour légitimer ou délégitimer des actions et des propos. Nous présenterons brièvement des projets qui concernent la politique, la délimitation de la fiction en tant que concept et sur la façon de ramener l’approche communicationnelle de la fiction dans le domaine de l’étude de la littérature et de la fiction générique.


[1] M. L. Ryan, From Possible Worlds to Virtual Reality – Introduction, en « Style » 29 (sum 1995) 2, [173-183], 173.