Keynote Address/Conférence plénière: Anna Abraham

Vendredi 29 Novembre/Friday 29 November, 14h

Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris. Salle Athena.

The World in My Mind 

In considering the issue of whether or not fiction changes the world from an epistemological standpoint, one is compelled to contend with at least six immediately relevant (and related) questions. As a starting point, the nature of fiction is contrasted with that of its antipode – reality.  

(1) What do we know about how our world is shaped by reality?  

(2) How is this different from the way our world is shaped by fiction?  

(3) If fiction changes the world as we perceive it and know it, then how does it do so and under what conditions do such changes transpire?  

(4) In what way do the varied mediums of fictional experience (via books, film, computer games, and so on) differentially impact our understanding of the world? And in doing so, do some mediums exert a more persuasive influence than others? 

(5) What is the significance of the types of fictional worlds we encounter (ranging from highly similar to highly dissimilar and/or highly artificial to highly familiar vis-à-vis our own reality) in their potency to induce a necessary reconstruction of the real world?   

(6) What does the structure of such changes – ephemeral or lasting, deep or superficial – tell us about the very nature of the reality-fiction distinction?  

In attempting to provide a range of answers to these open questions, I draw on theoretical and empirical work in the disciplines of psychology, psychiatry and neuroscience. A case will be made to re-consider the central question – “Does fiction change the world?” – by means of a Janus-faced approach that necessitates the adoption of an ever-alternating subjective/objective lens.  

Le monde dans mon esprit 

En examinant la question de savoir si la fiction change le monde d’un point de vue épistémologique, on est obligé de se poser au moins six questions immédiatement pertinentes (et liées entre elles). Comme point de départ, la nature de la fiction contraste avec celle de son antipode – la réalité.  

(1) Que savons-nous de la façon dont notre monde est façonné par la réalité ?  

(2) En quoi est-ce différent de la façon dont notre monde est façonné par la fiction ?  

(3) Si la fiction change le monde tel que nous le percevons et le connaissons, comment le fait-elle et à quelles conditions ces changements se produisent-ils ?  

(4) En quoi les divers médias de l’expérience fictionnelle (livres, films, jeux vidéo, etc.) influencent-ils de façon différente notre compréhension du monde ? Et ce faisant, certains médias exercent-ils une influence plus persuasive que d’autres ? 

(5) Quelle est la signification des types de mondes fictionnels que nous rencontrons (allant de très similaires à de très dissemblables et/ou de très artificiels à de très familiers vis-à-vis de notre propre réalité) dans leur capacité à induire une reconstruction nécessaire du monde réel ?   

(6) Que nous apprend la structure de ces changements – éphémères ou durables, profonds ou superficiels – sur la nature même de la distinction réalité-fiction ?  

Pour tenter d’apporter un éventail de réponses à ces questions ouvertes, je m’appuie sur des travaux théoriques et empiriques dans les disciplines de la psychologie, de la psychiatrie et des neurosciences. La question centrale “La fiction change-t-elle le monde ?” sera réexaminée – par le biais d’une approche double qui nécessite l’adoption d’une lentille alternativement subjective et objective.