Keynote Address/Conférence plénière: Richard Walsh

Jeudi 28 novembre/Thursday 28 November, 2019, 9h15 

EHESS 105 Boulevard Raspail 75006 Paris, Amphithéâtre Furet

Premises for the Diachronic and Comparative Study of Fictionality 

This paper will argue that diachronic and comparative perspectives upon fiction have something to teach us that goes beyond the terms in which fiction is, of course, routinely studied in relation to specific historical and cultural contexts. The relatively unexplored variable, I suggest, is not the changing subject matter, thematics, form or style of fictions, but the changing communicative force of their fictionality itself. This variable does not correlate directly with linguistic variety in the designation of fiction; rather, it is a matter of the varying conception of fiction (however designated) as a culturally situated practice. For such a view to be properly intelligible, its theoretical premises need to be made explicit, and that is the main task of the paper. I will seek to clarify the sense in which fictionality can be understood as a clear and distinct, yet mutable object of study. Its mutability is somewhat curtailed by the assumption that there is a common referent to which various words all point, evident both in the call for papers and in my own resort above to the phrase “fiction (however designated),” and this tendency is exacerbated by an emphasis upon fiction as product, as “a creation of the imagination.” Yet when the call for papers speaks of fiction as process, as perhaps “a universal competency,” it begs an antithetical question, which is how a cultural variable can be conceived at the same time as universal, everywhere and always a manifestation of the same concept. We need to go behind the term fiction itself to avoid circular thinking, and in doing so we must also formulate some hypothesis about the mechanisms for this particular kind of cultural variation within universally – or cognitively – defined parameters. I will outline two, which are a dependence upon the implicit, and innate reflexiveness. 

Prémisses pour une étude diachronique et comparative de la fictionnalité 

Le présent article soutient que les perspectives diachroniques et comparatives de la fiction ont quelque chose à nous apprendre qui va au-delà des termes dans lesquels la fiction est, bien sûr, étudiée régulièrement en relation avec des contextes historiques et culturels spécifiques. La variable relativement inexplorée, à mon avis, n’est pas l’évolution du sujet, des thèmes, de la forme ou du style des fictions, mais la force de communication changeante de leur fictionnalité elle-même. Cette variable n’est pas en corrélation directe avec la variété linguistique dans la désignation de la fiction ; la question est plutôt celle de la conception variable de la fiction (quelle que soit sa désignation) comme pratique culturellement située. Pour qu’un tel point de vue soit intelligible, ses prémisses théoriques doivent être explicitées, et c’est là la tâche principale de cette contribution. Je chercherai à clarifier le sens dans lequel la fictionnalité peut être comprise comme un objet d’étude clair et distinct, mais changeant. Sa mutabilité est quelque peu limitée par l’hypothèse qu’il existe un référent commun auquel tous les mots renvoient, évident à la fois dans l’appel à communications et dans mon propre recours ci-dessus à l’expression « fiction (quelle que soit sa désignation) » ; cette tendance est exacerbée par un accent sur la fiction comme produit, comme « une création de l’imagination ». Pourtant, lorsque l’appel à communications parle de la fiction comme d’un processus, comme, peut-être, une « compétence universelle », il soulève une question antithétique, à savoir comment une variable culturelle peut être conçue en même temps qu’universelle, partout et toujours une manifestation du même concept. Nous devons aller au-delà du terme même de fiction pour éviter la pensée circulaire, et ce faisant, nous devons également formuler des hypothèses sur les mécanismes de ce type particulier de variation culturelle à l’intérieur de paramètres universellement – ou cognitivement – définis. J’en soulignerai deux, qui sont une dépendance à l’égard de l’implicite, et une réflexivité innée.